La Tribune
Antonin-Xavier Fournier : « Jean Charest est d’abord et avant tout une personnalité politique canadienne, ce n’est pas une personnalité politique québécoise. Il l’est devenu par la force des choses. Il a été chef du parti progressiste conservateur et il a été une quinzaine d’années à Ottawa. Il connaît bien le Canada d’est en ouest. Il serait le chef fédéral qui a fait le plus de campagnes électorales. »
Antonin-Xavier Fournier : « Jean Charest est d’abord et avant tout une personnalité politique canadienne, ce n’est pas une personnalité politique québécoise. Il l’est devenu par la force des choses. Il a été chef du parti progressiste conservateur et il a été une quinzaine d’années à Ottawa. Il connaît bien le Canada d’est en ouest. Il serait le chef fédéral qui a fait le plus de campagnes électorales. »

Jean Charest devant une fenêtre « très intéressante »

Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune
Le moment serait très bien choisi pour Jean Charest de se porter candidat à la succession d’Andrew Scheer, à la tête du Parti conservateur du Canada, selon Antonin-Xavier Fournier, professeur de sciences politiques au Cégep de Sherbrooke.