Dans le rapport présenté aux élus municipaux lundi, on rapporte une augmentation du nombre de mouvements de 12 % à l’aéroport en 2017 et de 45,5 % au cours des quatre dernières années.

Investissements de 810 150 $ à l’aéroport de Sherbrooke

La Ville de Sherbrooke espère investir 810 150 $ à l’aéroport de Sherbrooke pour améliorer ses infrastructures aéroportuaires. Elle souhaite profiter d’une subvention de près de 325 000 $ du gouvernement du Québec.

« La partie intéressante est un investissement pour permettre l’accueil de gros appareils. Il s’agit de l’achat d’un camion-citerne de ravitaillement pour améliorer l’autonomie financière. En ce moment, nous confions cette tâche à un sous-traitant. Nous prendrons donc le contrôle des ventes de carburant, ce qui représente du profit », explique Claude Charron, président de la Corporation de l’aéroport de Sherbrooke.

Le camion représente à lui seul des dépenses de 150 000 $.

Parmi les autres interventions projetées dans ces investissements, notons 300 000 $ pour le drainage, le nivellement et l’amélioration de la capacité portante des abords de la piste. Il est aussi question de faire la mise à niveau du traitement des eaux usées, d’agrandir l’aire de virage pour avitaillement, d’améliorer l’éclairage du tablier et d’abaisser les puisards de piste. On ajoute l’acquisition d’un remorqueur d’avion télécommandé.

Dans le rapport présenté aux élus municipaux lundi, on rapporte une augmentation du nombre de mouvements de 12 % à l’aéroport en 2017 et de 45,5 % au cours des quatre dernières années. 

Boutin appelle Lussier à plus de leadership

Le conseiller Vincent Boutin a profité de l’occasion, et des déclarations récentes du ministre des Transports, Marc Garneau, qui semblait garder une porte ouverte pour une éventuelle désignation de l’aéroport de Sherbrooke, pour demander au maire Steve Lussier de faire preuve de leadership.

« Je trouvais intéressant que des acteurs régionaux réaffirment l’importance de l’aéroport pour notre développement économique. Compte tenu de la déclaration du ministre, de l’étude auprès des entreprises et institutions pour voir les besoins de transport dans la région, je pense que la Ville de Sherbrooke doit prendre position fortement pour l’aéroport. Je ne veux pas tomber dans le débat à savoir si on préfère le train ou l’aéroport. Les deux ont un rôle à jouer et peuvent se compléter. L’apport économique n’est plus à démontrer pour l’aéroport.

« Monsieur le Maire, je vous invite à prendre le leadership dans ce dossier-là. Il y a une fenêtre qui est ouverte et j’espère qu’on va finalement pouvoir faire décoller, sans mauvais jeu de mots, ce projet-là. »

M. Lussier a tenté de le rassurer. « J’ai rencontré tout comme vous le ministre Garneau la semaine dernière. Nous avons été capables d’échanger concernant la desserte de l’aéroport tant demandée et aussi concernant le dossier ferroviaire. Je vais continuer de dire qu’il faut être prudents concernant l’aéroport. Je veux une desserte, mais il y a la capacité de payer des citoyens à laquelle il faut faire extrêmement attention. On a eu la chance de voir certaines entreprises à l’époque s’installer à l’aéroport. Il ne faut pas répéter les mêmes erreurs et participer différemment avec ces entreprises. J’ai donné mon appui aux employés de la Ville pour continuer à regarder ce projet. Il faut trouver une solution rentable pour la région, et non juste Sherbrooke. »