Partager une boîte de chocolat, c’est surtout une occasion de se rapprocher les uns des autres près de la boîte. Et si les gens se trouvent dans une pièce fermée et qu’ils enlèvent leurs masques pour manger, les risques de se contaminer deviennent très élevés.
Partager une boîte de chocolat, c’est surtout une occasion de se rapprocher les uns des autres près de la boîte. Et si les gens se trouvent dans une pièce fermée et qu’ils enlèvent leurs masques pour manger, les risques de se contaminer deviennent très élevés.

Interdit de partager des beignes, du chocolat ou de la pizza

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Sherbrooke — C’est une tradition dans plusieurs milieux de travail dans le temps des Fêtes : à la pause ou après le dîner, les collègues partagent une boîte de beignes ou de chocolat ou de bons muffins maison. Certains d’entre eux commandent aussi des pizzas à partager pour le dîner. Cette année, ces pratiques seront à éviter totalement afin de limiter les risques de propagation de la COVID-19.