Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Considérée comme un enjeu majeur en région depuis plusieurs années, l’intégration des immigrants est au cœur de l’aide financière de 4 M $ que vient d’octroyer Québec au Service d’aide aux néo-canadiens (SANC).
Considérée comme un enjeu majeur en région depuis plusieurs années, l’intégration des immigrants est au cœur de l’aide financière de 4 M $ que vient d’octroyer Québec au Service d’aide aux néo-canadiens (SANC).

Intégration des immigrants : Québec octroie 4 M $ au SANC

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Une subvention de 4 millions $ est octroyée au Service d’aide aux néo-canadiens (SANC) afin d’offrir aux personnes immigrantes des services personnalisés visant à favoriser leur intégration.

Cette aide financière, répartie sur trois ans, découle du nouveau Programme d’accompagnement et de soutien à l’intégration (PASI), dévoilé en février dernier par Nadine Girault, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

En vertu de cette entente, le SANC dispensera six sessions de formation par année adaptées aux personnes immigrantes. Ces sessions pourront se donner le jour, le soir et la fin de semaine.

La directrice générale du SANC, Mercedes Orellana, a indiqué que ces formations seront axées sur les « cinq clés » caractéristiques de la société québécoises, à savoir que le Québec est une société francophone, démocratique, laïque et où l’égalité homme-femme est prescrite par la loi.

Depuis plusieurs années, l’intégration et la rétention des immigrants ont été identifiées comme des enjeux majeurs par les acteurs socio-économiques de la région en raison de leur impact sur l’économie, notamment au chapitre de la rareté de main-d’œuvre. 

À cet égard, la ministre Girault a souligné que le PASI vise à aplanir les difficultés que rencontrent les immigrants lorsque vient le temps de s’établir en région et de s’y intégrer.

« Un projet d’immigration, ça ne se réalise pas du jour au lendemain. Ça implique de nombreuses démarches. Nous devons éliminer les entraves le plus possible », a souligné la ministre mercredi lors de l’annonce du versement de la subvention.

Mercedes Orellana

Les services comprennent la tenue d’activités d’intégration portant sur la vie au Québec comme le fonctionnement des différents systèmes, dont la santé, l’éducation, l’habitation etc. 

Le financement annoncé permettra également au SANC de poursuivre son travail de soutien auprès des personnes réfugiées.

La présidente du conseil d’administration du SANC, Lucie Letendre, a indiqué que cette entente « va avoir un impact majeur sur notre organisme et va l’aider à répondre à sa mission qui est d’amener les nouveaux arrivants à une participation active dans notre collectivité »

Mme Letendre a indiqué que la fermeture des frontières avait eu pour effet de réduire le nombre de réfugiés auxquels le SANC a pu venir en aide au cours de la dernière année.

« Le fait que nos services s’adressent maintenant aux travailleurs temporaires et aux étudiants étrangers, pour une ville collégiale et universitaire comme Sherbrooke, c’est vraiment significatif », a ajouté la présidente du conseil d’administration en précisant que le SANC est venu en aide à 1263 personnes cette année, toutes catégories d’immigrants confondues.