Le cardiologue Serge Lepage

Insuffisance cardiaque : une arme éprouvée enfin abordable

Les 600 000 Canadiens - dont environ 1000 Estriens - qui sont atteints d'insuffisance cardiaque peuvent se réjouir : un nouveau médicament, Entresto, vient de s'ajouter à l'arsenal des cardiologues pour les aider à mieux vivre avec leur syndrome.
En fait, rarement l'arrivée d'un nouveau médicament sur la liste des médicaments payés par les assurances de la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) suscite-t-elle autant d'enthousiasme de la part des médecins. C'est le cas avec Entresto.
« Si c'était mon père qui était atteint d'insuffisance cardiaque, je ferais des pieds et des mains pour qu'il revoie son médecin au plus vite. Ce nouveau médicament peut améliorer la qualité de vie des patients et augmenter leur espérance de vie aussi vite qu'en 30 à 60 jours. Ça vaut vraiment la peine de l'essayer! » Celui qui parle ainsi n'est nul autre que le Dr Serge Lepage, directeur de la clinique sur l'insuffisance cardiaque du CIUSSS de l'Estrie-CHUS ainsi que professeur-chercheur à l'Université de Sherbrooke et au CRC du CHUS.
Ce médicament vise à remplacer l'un de ceux que prennent déjà les patients atteints d'insuffisance cardiaque. « Cent vingt Estriens le prennent déjà et le taux de succès est de 95 %. C'est un médicament habituellement très bien toléré. Ça fait 20 ans que je fais de la recherche sur l'insuffisance cardiaque, et c'est seulement le deuxième médicament qui a un tel impact! » se réjouit Dr Lepage.
Soulignons que ce médicament est commercialisé depuis quelques années, mais il n'était pas encore payé par les régimes d'assurance publics, ce qui le rendait difficile d'accès pour les patients. Il coûte environ 7 $ par jour, alors que les autres médicaments coûtent de 1 à 2 $ par jour.
Pour la moitié des patients
Attention cependant, le médicament ne s'adresse pas à tous les patients qui ont une insuffisance cardiaque.
Soulignons au départ qu'un coeur en bonne santé bat à 55 % de sa puissance. On parle d'insuffisance cardiaque lorsqu'il éjecte 40 % et moins de son contenu. Dans ce cas, le coeur est incapable de pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins de l'organisme. C'est un problème de santé important qui se traduit par un essoufflement et une fatigue disproportionnés par rapport à l'effort produit.
Mais il existe deux conditions qui expliquent l'insuffisance cardiaque, et les patients sont répartis à peu près également dans les deux groupes.
Dans le premier cas, le coeur se contracte moins, c'est-à-dire qu'il bat moins bien.
Dans le second cas, le coeur ne fournit pas assez de débit même s'il se contracte normalement.
Dans les deux cas, le coeur ne fait pas correctement son travail. Cependant, ce sont les patients du premier groupe qui pourraient prendre Entresto.
« Nous disposons de données qui indiquent qu'Entresto aide non seulement les patients à vivre plus longtemps, mais les garde éloignés des hôpitaux et leur permet d'accomplir plus de tâches quotidiennes, ce qui en fait un ajout important dans le traitement de l'insuffisance cardiaque. C'est un syndrome qui prend de l'ampleur en raison du vieillissement de la population. Toute mesure qui peut alléger le fardeau de l'insuffisance cardiaque des patients et de leur famille, ainsi que réduire les hospitalisations liées à cet état est la bienvenue », lance le chercheur.
Le syndrome de l'insuffisance cardiaque a de nombreuses répercussions pour les patients et pour le système de santé en général.
« Malgré tous les progrès réalisés en 20 ans, 10 % de nos patients meurent chaque année. Lors d'un diagnostic, on sait que le taux de mortalité est de 50 % sur cinq ans. Au CHUS, nous avons environ 450 patients hospitalisés chaque année en raison de leur insuffisance cardiaque durant sept à huit jours en moyenne », illustre le Dr Lepage.