Le ministre français de la transition écologique, Nicolas Hulot, à Paris, le 22 août

Un ministre français, Nicolas Hulot, démissionne subitement en direct à la radio

PARIS — Le ministre français de la transition écologique, Nicolas Hulot, a démissionné subitement mardi, en direct à la radio.

Clairement étreint par l’émotion, le militant écologiste bien en vue a affirmé sur les ondes de France Inter que ni sa femme, ni le président Emmanuel Macron, ni le premier ministre Édouard Philippe n’avaient été informés de sa décision au préalable.

Il a dénoncé les lents progrès de la France dans les dossiers environnementaux et son propre manque de pouvoir à faire avancer les choses.

M. Hulot a ajouté qu’il ne veut plus se mentir ou créer l’illusion que sa présence au sein du gouvernement signifie que la France s’acquitte de ses responsabilités en la matière.

L’inclusion de M. Hulot au sein de son équipe avait été un coup d’éclat pour Emmanuel Macron, qui souhaite que la France soit perçue comme une championne de l’environnement et qu’elle fasse contrepoids aux attitudes de Donald Trump dans les dossiers environnementaux.

M. Macron est actuellement en visite au Danemark et en Finlande.

M. Hulot a dit espérer que sa démission incitera les politiciens et le public français à agir.

Il a concédé que la France fait davantage que plusieurs autres pays, mais a prévenu qu’elle ne fait pas encore assez.

M. Hulot a expliqué que les intérêts à long terme devancent, au sein du gouvernement, les mesures à long terme requises pour combattre les changements climatiques. Il a affirmé être «seul» et avoir «un peu d’influence», mais ni pouvoir ni moyens.

M. Hulot était le seul autre ministre d’État au sein du gouvernement français, en compagnie du ministre de l’Intérieur.