Le Costco de Shanghai a dû stopper l’entrée des clients pour raisons de sécurité, mardi, alors que les rayons étaient envahis de milliers d’acheteurs s’arrachant caissons de viande, écrans plats ou ours en peluche géants.

Pris d’assaut lors de son inauguration, le premier Costco de Chine doit fermer [PHOTOS]

SHANGHAI — Le géant américain de la distribution Costco a été contraint mardi de fermer temporairement les portes de son tout premier magasin en Chine, quelques heures après l’inauguration qui a drainé des foules record.

La nouvelle grande surface spécialisée dans les achats en gros a dû stopper l’entrée des clients pour raisons de sécurité alors que les rayons étaient envahis de milliers d’acheteurs s’arrachant caissons de viande, écrans plats ou ours en peluche géants.

Quelques jours avant l’inauguration, certains spécialistes de la distribution disaient douter du succès de Costco en Chine, de grands noms du secteur ayant dû se résoudre ces dernières années à réduire considérablement la voilure dans le pays, notamment Metro, Tesco et Carrefour, victimes de la concurrence du commerce électronique.

Mais la frénésie d’achat du consommateur chinois ne semblait guère entamée mardi dans les allées de Costco Shanghai, bloquées par des embouteillages de chariots débordant d’achats.

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis n’a pas non plus dissuadé le consommateur chinois de s’approvisionner dans une chaîne américaine.

Costco a expliqué la semaine dernière à l’AFP qu’il s’approvisionnerait davantage dans d’autres pays, comme l’Australie, pour échapper à l’impact des hausses de droits de douane chinois sur les produits américains.

La frénésie d’achat du consommateur chinois était bien visible mardi dans les allées de Costco Shanghai, bloquées par des embouteillages de chariots débordant d’achats.
Costco a dû stopper l’entrée des clients pour raisons de sécurité alors que les rayons étaient envahis de milliers d’acheteurs s’arrachant caissons de viande, écrans plats ou ours en peluche géants.

Insolite

Un combat entre grizzlys capté sur vidéo en Colombie-Britannique [VIDÉO]

Une Canadienne qui circulait sur l’autoroute Stewart-Cassiar entre Stewart et Meziadin Junction, en Colombie-Britannique, a été témoin d’un spectacle rare, un combat entre deux grizzlys.

Cari McGillivray a partagé vendredi sur Facebook la vidéo d’un duel entre les deux animaux. On peut voir les deux grizzlys se faire face et grogner. Ils ont échangé des coups, passant de la route au fossé pour revenir sur l’asphalte. 

«C'était de loin l'une de mes rencontres préférées avec la faune», a écrit Cari McGillivray dans les commentaires.

À la fin de la vidéo, le plus petit des grizzlys abandonne le combat, poursuivi par l’autre animal. Également, au loin sur la route, on peut apercevoir un loup s’arrêter pour observer la scène.

La vidéo a été visionnée plus d’un demi-million de fois depuis vendredi. Elle a été partagée par plus de 21 000 personnes et a reçu de nombreux commentaires et j’aime.

Insolite

«Aliens» et base secrète dans le Nevada : la mobilisation fait un flop

LOS ANGELES — Les réseaux sociaux annonçaient deux millions de personnes pour «donner l’assaut» à une base secrète de l’armée américaine dans le désert du Nevada, accusée par les conspirationnistes de tout poil d’y cacher des extra-terrestres : ils ne sont finalement pas plus d’une centaine à avoir fait le déplacement.

Tout a commencé par un message sur Facebook organisant un événement intitulé «Prenons d’assaut la Zone 51, ils ne peuvent pas nous arrêter tous».

L’idée était d’envahir le 20 septembre à 3h du matin cette fameuse «Zone 51», une base de l’US Air Force si secrète que son existence même n’a été reconnue par la CIA qu’en 2013.

Relayé par les médias et moqué par les humoristes, l’événement avait fait grand bruit, incitant même l’armée américaine à adresser une sévère mise en garde aux audacieux qui auraient vraiment l’idée d’envahir le site.

Au total, deux millions de personnes s’étaient inscrites lorsque Facebook a supprimé début août l’événement, qui ne respectait pas ses critères de publication.

Seul hic : Matthew Roberts, l’initiateur de cet événement, a depuis reconnu qu’il s’agissait d’une simple blague qui lui était passée par la tête «quand il s’ennuyait à 2h du matin». Le jeune homme dit avoir été inspiré par un autre message Facebook qui appelait à voler les 10 000 lacs du Minnesota, avoir trouvé l’idée de la «Zone 51» pour faire encore plus loufoque puis être allé se coucher.

Selon des médias locaux, seule une centaine de personnes, souvent déguisées ou portant parfois un bonnet en papier d’aluminium pour se protéger des ondes, a finalement répondu à l’appel dans la nuit de jeudi à vendredi, pour un rassemblement plutôt festif qui s’est soldé par une seule arrestation.

L’infortuné contestataire est un homme ayant uriné sur l’entrée du site, dont la route d’accès avait été fermée environ 1,5 km en amont par les autorités.

Insolite

Nu avec les requins à l’aquarium de Toronto: il plaide coupable de méfait

TORONTO — L’homme qui avait plongé, nu, dans le bassin de requins à l’aquarium de Toronto il y a un an a plaidé coupable de méfait, après avoir présenté ses excuses.

David Weaver, de Nelson, en Colombie-Britannique, était ivre au moment des faits, selon un exposé conjoint lu jeudi dans un tribunal de Toronto. M. Weaver s’est rendu à l’aquarium Ripley, au centre-ville de Toronto, s’est déshabillé et a sauté dans le bassin de requins.

«Son comportement était plus que téméraire: il était criminel», a soutenu la procureure de la Couronne Heather Keating. «Il n’y a pas d’autre explication que le désir d’attirer l’attention.»

M. Weaver a indiqué à la cour qu’il était désolé de son geste. «Je veux juste prendre le temps de m’excuser pour vous avoir fait perdre votre temps, votre honneur, à vous et au tribunal, et pour mes actions de l’année dernière», a-t-il déclaré.

Il a été condamné à une peine de 12 mois avec sursis et devra obtenir des soins; il ne pourra plus, par ailleurs, remettre les pieds à l’aquarium de Toronto.

On a appris au tribunal que M. Weaver, âgé de 38 ans, avait un casier judiciaire et souffrait d’alcoolisme depuis une vingtaine d’années - depuis que son frère a tué son père. Son avocat a également plaidé que son client ne croyait pas que les animaux devraient être gardés en cages, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles il avait sauté dans le bassin de requins.

Une foule nombreuse se trouvait à l’aquarium ce soir-là et certains visiteurs avaient filmé la scène; une de ces vidéos a d’ailleurs été présentée au tribunal. Sur les vidéos, qui ont fait le tour du monde grâce aux médias sociaux, on voyait un homme nu nageant dans l’aquarium avec des requins-taureaux, un poisson-scie et des murènes. L’homme commence alors à sortir du bassin avant d’exécuter un plongeon arrière, sous les encouragements de la foule.

Les responsables de l’aquarium ont déclaré que l’homme était ensuite sorti du bassin, s’était rhabillé et était parti, avant l’arrivée des policiers.

M. Weaver a été arrêté quatre jours plus tard près de Thunder Bay, à des centaines de kilomètres de là, lors d’un contrôle routier. Il a alors passé trois nuits en prison, a-t-on appris au tribunal jeudi.

La police a également affirmé que le jour de l’incident à l’aquarium, M. Weaver avait aussi agressé un homme à l’extérieur d’un restaurant à thématique médiévale de Toronto. Une fenêtre aurait également été brisée ce jour-là. M. Weaver a été accusé de voies de fait et de méfait relativement à cette affaire, qui fera l’objet d’un procès distinct à la fin du mois d’octobre.

+

Insolite

Fin du périple pour un chamane sibérien en route pour «exorciser» Vladimir Poutine [VIDÉO]

MOSCOU - L’exorcisme n’aura pas lieu : la police russe a arrêté jeudi un chamane sibérien qui avait entamé un interminable périple à pied à travers le plus grand pays du monde avec l’ambition de bannir le «démon» Vladimir Poutine.

Alexandre Gabychev, qui avait entamé en mars sa marche et prévoyait d’arriver en 2021 à Moscou, a été interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi dans la république russe de Bouriatie, en Sibérie orientale, pendant qu’il campait avec des disciples sur une autoroute proche du lac Baïkal.

Il a été renvoyé dans sa région natale de Iakoutie, où il est «recherché pour avoir commis un crime», selon la police qui n’en a pas précisé la nature.

«Il y a quelques minutes, la route a été fermée par des policiers armés. Ils ont rapidement cerné notre camp et ont été directement dans la tente du chamane. Ils étaient quelques dizaines», a raconté l’un de ses «suiveurs» sur la chaîne YouTube d’Alexandre Gabychev, où il conte son aventure.

L’ambition de ce chamane de 51 ans, une fois arrivé dans la capitale russe, était d’organiser une «cérémonie d’exorcisme de Poutine».

«Dieu a dit qu’il était un démon. La nature ne l’aime pas. Là où il est présent, il y a des cataclysmes et des actes de terrorisme», a déclaré le chamane sibérien à la chaîne de télévision d’opposition Dojd en juillet.

«Une fois qu’il sera parti, il y aura mille ans de calme et de prospérité», a-t-il encore assuré devant des centaines de ses partisans lorsqu’il se trouvait dans la ville sibérienne de Tchita, portant un t-shirt à l’effigie de Che Guevara.

Ces dernières semaines, il a été rejoint dans son périple de 8000 km, dont 3000 déjà parcourus, entre sa ville de Iakoutsk et Moscou, par un petit groupe de disciples, convaincus ou amusés par ses déclarations sur le président russe. Cela lui avait aussi valu des reportages à charge sur les chaînes de télévision publiques russes et des problèmes avec les autorités locales.

+

Insolite

Une panthère noire se prend pour un chat de gouttière en France [PHOTOS]

LILLE - Une panthère noire, qui «s’est baladée» mercredi soir sur le toit d’un immeuble près de Lille (nord de la France) avant d’être capturée par les pompiers, venait du «domicile d’un particulier» qui la gardait illégalement chez lui, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture.

«Une enquête est en cours pour retrouver le propriétaire, qui a fui avant l’arrivée des secours», a indiqué la préfecture du département à l’AFP, rappelant qu’il est «bien sûr interdit de posséder une panthère».

Les pompiers avaient été appelés mercredi soir à Armentières pour déloger l’animal, qui «se baladait» sur le toit d’un immeuble d’habitation, comme un banal chat de gouttière.

Sur des photographies diffusées par les services de secours, on peut voir l’imposant animal déambuler tranquillement sur le rebord d’un toit, au troisième et dernier étage d’un immeuble en briques, se penchant dans le vide ou regardant par la fenêtre d’un appartement.

+

Insolite

Un randonneur australien rampe deux jours avec une jambe brisée

SYDNEY — Un randonneur australien a raconté mercredi comment il avait dû ramper pendant deux jours à travers la forêt et les broussailles, la jambe brisée en deux en chutant d’une cascade.

Neil Parker, 54 ans, a expliqué aux journalistes qu’il effectuait dimanche une paisible randonnée de trois heures, au nord-ouest de Brisbane (est), quand tout a viré au cauchemar. L’infortuné randonneur a effectué une chute de six mètres depuis le haut d’une cascade, se brisant la jambe et le poignet.

«J’ai fait la roue et je me suis cogné contre un rocher avant d’atterrir au fond du ruisseau», a-t-il déclaré depuis son lit d’hôpital.

La partie inférieure de sa jambe pendait inerte après s’être «nettement» brisée en deux.

Ce randonneur expérimenté s’est aussitôt dit: «je suis dans le pétrin parce que personne ne sait où je suis».

Après avoir essayé en vain d’appeler à l’aide avec son téléphone, qui ne fonctionnait plus après être tombé à l’eau, il a commencé à ramper vers une clairière où il pensait avoir plus de chances d’être secouru.

Neil Parker s’est ensuite confectionné une attelle de fortune sur sa jambe fracturée, mais cela a été tellement douloureux qu’il a été victime d’hallucinations.

Avec juste une «poignée de noix, une barre protéinée et quelques sucettes» pour tenir, le valeureux quinquagénaire s’est alors lancé dans un atroce voyage de trois kilomètres, rampant péniblement pour avancer petit à petit.

«Ce que j’avais remonté à pied en 40 minutes, j’ai mis près de deux jours à le redescendre en rampant», a-t-il expliqué.

Dimanche soir, il a vu un hélicoptère au-dessus de sa tête, mais il savait que ses chances d’être localisé étaient nulles, car il se trouvait sous des broussailles.

Le randonneur a dû attendre mardi après-midi pour être localisé par un hélicoptère qui l’a ensuite hélitreuillé.

Neil Parker, qui a fondé un club de randonnée et a déjà participé à des recherches de randonneurs, a affirmé que son expérience avait été essentielle à sa survie.

Insolite

À maître rondelet, chien en surpoids

COPENHAGUE - Tel maître, tel chien: les personnes en surpoids ont souvent des chiens trop gros, selon une étude de l’université de Copenhague publiée mercredi dans le journal Preventive Veterinary Medicine.

La prévalence des chiens affichant des kilos en trop est ainsi plus de deux fois plus élevée chez les propriétaires en surpoids (35%) que chez les propriétaires jugés minces ou de poids normal (14%).

Sur les 268 chiens de l’échantillon étudié, 20% étaient en surpoids.

La faute aux friandises: le maître de poids «normal» aura tendance à ne les utiliser qu’à des fins «éducatives», pour récompenser l’animal, tandis que celui en surpoids y recourt sans raison apparente, avancent les chercheurs.

«Par exemple, quand quelqu’un se repose sur son canapé et partage les derniers morceaux d’un sandwich ou d’un biscuit avec son chien», explique dans un communiqué la responsable de l’enquête, Charlotte Bjørnvad, vétérinaire et professeur à l’université.

Dans les pays développés, de 34 à 59% des chiens sont en surpoids, ce qui risque de réduire leur espérance de vie, d’affecter leur mobilité, de les rendre diabétiques ou de provoquer une maladie cardiaque, comme chez les humains, estimait une équipe internationale de chercheurs en 2016.

En moyenne, un chien trop gras vit 1,3 an de moins qu’un chien en bonne santé.

Les résultats obtenus à Copenhague ont également souligné que les mâles castrés développaient trois fois plus de risques de devenir obèses.

«La castration semble diminuer la capacité des chiens mâles à réguler leur appétit et, parallèlement cela peut aussi diminuer la motivation de faire de l’exercice et de ce fait augmente le risque d’obésité», a relevé Mme Bjørnvad.

Insolite

Quand le prince Charles fait une incursion piquante dans la mode

LONDRES — Le prince Charles a fait une incursion inattendue dans la mode en donnant les orties de son jardin au duo de stylistes Vin + Omi, qui en ont fait robes et manteaux, des créations écolos qui seront présentées lors d’un défilé mardi soir.

Les deux stylistes, pionniers de la mode durable, ont rencontré l’an dernier le prince de Galles, qui est depuis longtemps féru d’écologie.

«Nous discutions des différentes plantes sur lesquelles nous faisions des recherches, comme les orties, le raifort ou le cerfeuil sauvage et il nous a dit: ‘‘J’ai plein d’orties à Highgrove House (NDLR la résidence de campagne du prince Charles), pourquoi ne pas venir les prendre?’’», a raconté à l’AFP Vin, la moitié britannique du duo.

C’est ainsi qu’a débuté une collaboration improbable entre un membre de la famille royale et des stylistes qui se décrivent comme «très punks» et se cachent derrière de grandes lunettes de soleil. «C’est une union très bizarre», avoue Vin.

Mais le prince Charles est «époustouflant» assure Omi, styliste originaire de Singapour. «On ne penserait pas qu’un futur roi d’Angleterre s’intéresserait à ces questions», mais en réalité, «les discussions sur l’environnement le captivent».

Le résultat de ce partenariat insolite sera présenté mardi soir au prestigieux Savoy Hotel, au coeur de Londres, en marge de la Fashion Week.

Manteau d’ortie

Parmi les pièces, un élégant manteau beige ressemblant à de la laine, mais créé avec plusieurs milliers de plants d’orties - dans lequel on imaginerait bien Camilla, la seconde épouse de Charles.

Les plants ont été collectés par une équipe d’étudiants de l’université Oxford Brookes puis débarrassés de leurs feuilles.

Les deux stylistes ont développé une technique pour récupérer les fibres de chaque tige d’ortie puis les transformer en fibre duveteuse, blanchie avec des produits naturels qui ne nuisent pas à l’environnement.

Plantes urticantes, souvent vues comme de mauvaises herbes, «les orties sont utilisées depuis les anciens temps pour faire des vêtements, par ceux qui n’avaient pas de terres», observe Vin.

Travailler ces plantes est «laborieux, mais c’est faisable», selon lui.

Avec le jardinier en chef de Highgrove House, située dans le Gloucestershire (sud-ouest de l’Angleterre), le duo s’intéresse aussi à la façon dont d’autres éléments du parc voués à être jetés -- comme des sacs à végétaux ou des pots de fleurs - pourraient être utilisés de manière créative.

Du bois venant de la propriété du prince Charles a déjà été récupéré pour concevoir des bijoux que porteront mardi les mannequins.

Du cuir de champignon

Parmi les autres créations présentées mardi soir par Vin + Omi, des vêtements créés à partir de plastique collecté dans les fleuves et océans et réutilisé.

Le Victoria and Albert (V&A) Museum, grand musée d’art et de design à Londres, compte acquérir certains de ces habits pour enrichir sa collection permanente consacrée à la mode durable.

Au moment où l’urgence climatique fait la Une des médias, les créations de Vin + Omi semblent s’inscrire dans l’air du temps. Mais «Il y a 20 ans, quand on a été diplômés, on nous prenait pour des hippies, on prédisait que la mode durable ne serait jamais un grand sujet de préoccupation», se rappelle Omi, 43 ans.

Le mouvement écologiste Extinction Rebellion, qui a organisé des manifestations aux abords de la Fashion Week est «génial», estime Omi.

«Ils font ce qu’il faut faire en mettant la pression sur les institutions», ajoute-t-il, estimant que l’industrie de la mode ne fait pas grand-chose, excepté du «green washing», des mesures superficielles pour se donner une bonne conscience en matière de protection de l’environnement.

«Nous, on se rebelle en allant à l’intérieur du système et en montrant ce qu’on peut faire», plaide-t-il.

Le duo travaille sur une quarantaine de projets, du Royaume-Uni à la Chine en passant par les États-Unis où ils transforment le plastique collecté dans le fleuve Hudson à New York en T-shirts distribués localement.

Ils explorent l’usage d’autres matières naturelles comme la fabrication de cuir à partir de marrons ou de champignons.

Insolite

Chats, dauphins et corbeaux: l’histoire secrète des animaux espions de la CIA

WASHINGTON — Au début de l’année 1974, Do Da était le premier de sa classe d’espionnage, prêt à devenir un agent de haut vol de la CIA: ses performances étaient meilleures lorsqu’il était sous pression, il pouvait porter plus de poids que les autres, et semer ceux qui l’attaquaient.

Mais lors du test le plus ardu de son entraînement, il disparut, vaincu par deux autres spécimens de son espèce — des corbeaux.

Les oiseaux ont longtemps été une figure centrale d’un programme de la CIA visant à entraîner des animaux afin d’aider Washington à vaincre l’Union soviétique durant la Guerre froide.

Jeudi, la puissante agence de renseignement a publié des dizaines de dossiers sur ces tests, qui se sont étendus sur une décennie et ont concerné chats, chiens, dauphins et toute sorte d’oiseaux.

La CIA étudiait la façon dont les chats pouvaient être utilisés comme des outils d’écoute itinérants — des «véhicules de surveillance audio». Elle a également essayé de placer des implants dans le cerveau de chiens pour voir s’ils pouvaient être contrôlés à distance.

Aucune de ces tentatives n’est allée très loin.

Les efforts ont été plus poussés en ce qui concerne les dauphins, entraînés à devenir de potentiels saboteurs et à espionner le développement soviétique d’une flotte de sous-marins nucléaires, peut-être la plus grosse menace pour le pouvoir américain au milieu des années 1960.

Les projets Oxygas et Chirilogy cherchaient à déterminer si les dauphins pouvaient remplacer des plongeurs humains et placer des explosifs sur des navires amarrés ou en mouvement, se faufiler dans les ports soviétiques afin d’y laisser des balises acoustiques ou des outils de détection de missiles, ou encore nager aux côtés des sous-marins afin d’enregistrer leur signature acoustique.

Ces programmes, eux aussi, ont été abandonnés.

«Capteurs vivants» 

Mais l’imagination des responsables du renseignement s’est emballée autour des possibilités offertes par les oiseaux — pigeons, faucons, hiboux, corbeaux, et même quelques oiseaux migratoires.

Pour ces derniers, la CIA avait recruté des ornithologues afin de déterminer quels oiseaux passaient régulièrement une partie de l’année dans une région située au sud-est de Moscou, autour de la ville de Chikhany, où les Soviétiques possédaient des usines d’armes chimiques.

L’agence voyait les oiseaux comme des «capteurs vivants» qui, grâce à la nourriture ingurgitée, révèleraient dans leur chair quelles substances les Russes étaient en train de tester.

Au début des années 70, la CIA s’est tournée vers les rapaces et les corbeaux, dans l’espoir qu’ils puissent être entraînés pour des missions telles que déposer un micro enregistreur sur le rebord d’une fenêtre.

Pour un projet nommé Axiolite, des entraîneurs basés sur une île du sud de la Californie apprenaient aux oiseaux à voler sur des kilomètres au-dessus de l’eau.

Si un candidat s’en sortait bien, il était ensuite choisi pour être introduit clandestinement en territoire soviétique, relâché discrètement avec une caméra accrochée à lui afin de réaliser des images, et revenir.

Une mission compliquée. Les cacatoès étaient intelligents, mais «peut-être trop lents pour éviter les attaques» d’autres oiseaux. Deux faucons sont morts de maladie.

Le plus prometteur était Do Da, le corbeau. Très endurant, il était la «star du projet», selon les écrits d’un scientifique. Capable de déterminer la bonne altitude et les bons vents, il était assez malin pour éviter les attaques de ses congénères.

Mais sa séance d’entraînement, le 19 juin 1974, tourna mal. Il fut agressé par d’autres corbeaux, et plus jamais revu. Pour le plus grand malheur des scientifiques.

Des pigeons à Leningrad

Autre pan majeur du programme: les pigeons, utilisés depuis deux millénaires comme des messagers puis, durant la Première Guerre mondiale, pour prendre des photos.

Le défi posé par cette espèce est qu’elle travaille depuis un poulailler ou un perchoir familier.

La CIA possédait des centaines de pigeons, qu’elle testait sur le territoire américain en les équipant de caméras.

Bientôt, la cible fut déterminée: les chantiers navals de Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) où les Soviétiques construisaient leurs sous-marins nucléaires.

Mais les résultats des entraînements étaient mitigés: certains pigeons s’enfuyaient avec de coûteuses caméras et ne revenaient jamais.

Les documents publiés ne disent pas si l’opération de Leningrad a effectivement été tentée. Mais un rapport de la CIA de 1978 indiquait clairement que trop de questions se posaient quant à la fiabilité des oiseaux.

Insolite

Une toilette en or massif volée dans un palais anglais

LONDRES — Une toilette en or massif de l'artiste italien Maurizio Cattelan a été volée samedi au palais de Blenheim, occasionnant d'importants dégâts dans cet imposant château baroque du sud de l'Angleterre classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, a annoncé la police britannique.

Un homme de 66 ans a été arrêté mais le précieux lieu d'aisance n'a pas été retrouvé «pour le moment», selon la police locale.

Baptisée America, l'oeuvre en or 18 carats comprend siège, cuvette et chasse d'eau opérationnels. Sa valeur est estimée à environ un million de livres (1,66 million $CAN).

C'était une pièce phare de l'exposition consacrée depuis jeudi à l'iconoclaste Maurizio Cattelan dans le palais du XVIIIe siècle, dans l'Oxfordshire.

D'ici à la clôture de l'exposition le 27 octobre, des milliers de visiteurs auraient pu se soulager dans ces toilettes après avoir réservé un créneau de trois minutes. Une oeuvre présentée comme égalitariste par l'artiste de 58 ans : «de l'art du 1 % [comprenant les personnes les plus riches de la planète] pour les 99 autres pour cents».

Les voleurs «se sont introduits par effraction dans le palais durant la nuit et quitté les lieux vers 4h50 [23h50 heure du Québec]», a indiqué la police dans un communiqué.

«Comme la toilette était reliée à la plomberie du bâtiment, cela a causé d'importants dommages et une inondation», a précisé l'inspectrice Jesse Milne.

La police pense que les voleurs ont utilisé «au moins deux véhicules» pour commettre leur méfait. Disant n'avoir pas connaissance d'autres oeuvres qui auraient été volées, elle a indiqué lors d'une conférence de presse qu'elle allait analyser les images des caméras de surveillance.

Pas de garde

Les toilettes America avaient été exposées pour la première fois au musée Guggenheim de New York, où elles avaient été utilisées par quelque 100 000 personnes entre septembre 2016 et l'été 2017.

La toilette avait fait parler d'elle quand le président américain Donald Trump se l'était vue proposer en prêt par le musée new-yorkais, après que la conservatrice eut refusé de mettre à sa disposition un tableau de Vincent Van Gogh, comme l'avait demandé la Maison-Blanche.

«Nous savions que l'intérêt était énorme pour l'exposition d'art contemporain de Maurizio Cattelan», a réagi le palais de Blenheim dans un communiqué publié sur Twitter. «Il est dès lors vraiment dommage qu'un objet si précieux ait été volé.»

Le palais de Blenheim appartient au 12e duc de Marlborough et a vu naître l'homme d'État britannique Winston Churchill.

En août, le frère du duc et fondateur de la Blenheim Art Foundation, Edward Spencer-Churchill, avait dit ne pas prévoir de surveillance particulière pour ces toilettes.

«Ce ne sera pas la chose la plus facile à dérober», avait-il estimé dans le quotidien The Times. «Tout d'abord, c'est relié à la plomberie. Ensuite, un voleur potentiel n'aura aucune idée de qui a utilisé les toilettes en dernier ou ce qu'il a mangé. Donc non, je ne prévois pas de la faire garder.»

Le château doit rouvrir dimanche après avoir été fermé au public samedi. Conçu par l'architecte britannique John Vanbrugh, il accueille plus d'un million de visiteurs chaque année, selon son site Internet. Il avait été offert par la reine Anne au premier duc de Marlborough après sa victoire contre les Français lors de la bataille de Blenheim en 1704.

Justice et faits divers

Une moufette en détresse épargne un policier à Chelsea [VIDÉO]

Deux policiers de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais et une moufette peuvent se remercier mutuellement à la suite d’un incident cocasse survenu dans la nuit de mercredi à jeudi, à Chelsea.

Vers 2h30, les agents ont aperçu en bordure de la chaussée la petite bête en détresse alors qu’elle avait la tête coincée dans une pinte de lait en carton. 

N’ayant pas froid aux yeux, l’un des policiers s’est approché de l’animal pour le libérer de sa fâcheuse position. Il s’est est heureusement sorti sans être victime du tant redouté moyen de défense des moufettes. 

«Appréciant le geste, celle-ci s’est retenue d’arroser le policier et a décidé de quitter rapidement vers le parc de la Gatineau. Bravo Patrick et Nadia !», a ironisé le corps policier sur sa page Facebook, extrait vidéo à l'appui.

Insolite

De jeunes chimistes français marient luxe et écologie avec le cuir de poisson [PHOTOS]

SAINT-FONS - Un cuir venu de la mer? Trois jeunes entrepreneurs français inaugurent jeudi leurs ateliers près de Lyon (centre-est), où ils espèrent valoriser une partie des 50 000 tonnes de peaux de poisson qui partent chaque année à la décharge en France.

Les locaux - 300 mètres carrés situés dans une zone industrielle - sont encore modestes. Mais leur société, Ictyos Cuir marin de France, espère atteindre dans les cinq ans le stade industriel.

«On a tous un peu en tête l’idée que le cuir de poisson sent mauvais», concède Benjamin Malatrait, l’un des fondateurs de la startup. Mais c’est faux, enchaîne-t-il, échantillon à la main, «le cuir marin ne sent pas le poisson !».

D’un déchet, Ictyos fait même un produit de luxe: une peau de saumon tannée se vend entre 30 et 40 euros (environ 40 à 60 $CAN). Ce cuir, souple et résistant, «au rendu proche de celui du lézard», est notamment utilisé pour les bracelets de montre haut de gamme.

Tous les ans, la société entend sortir une nouvelle gamme de cuir. Après le saumon, ce sera l’esturgeon en 2020.

+

Insolite

La barbe de la soprano Cecilia Bartoli trouble ses admirateurs

PARIS - La diva italienne Cecilia Bartoli a semé le trouble parmi ses admirateurs avec une photo d’elle arborant une fausse barbe sur son nouvel album qui rend hommage à un célèbre castrat du 18e siècle, certains n’hésitant pas à la comparer à Conchita Wurst.

La maison de disque Decca Classics a annoncé mardi sur les réseaux sociaux la sortie en novembre du nouvel album de la célèbre soprano qui rend hommage à Farinelli, le plus célèbre des castrats - chanteur de sexe masculin ayant subi la castration avant sa puberté.

La couverture de l’album montre Cecilia Bartoli avec une fausse barbiche noire, les bras croisés sur sa poitrine nue. Decca a également diffusé des images vidéo de la séance de photos.

La photo a divisé les admirateurs de la soprano de 53 ans: si certains ont cru à une blague, d’autres ont relevé que les castrats n’avaient typiquement pas de barbe, tandis que beaucoup ont assimilé son look à celui du chanteur travesti à barbe autrichien Conchita Wurtz.

Adulé de son vivant, Carlo Broschi, alias Farinelli (1705-1782), était célèbre pour sa virtuosité et a triomphé dans plusieurs théâtres et cours d’Europe. Le phénomène musical des castrats est né vers la moitié du 16e siècle et a disparu au début du 20e.

Insolite

Des militants écologistes teignent en vert fluo une grande rivière en Suisse

GENÈVE — La rivière de Zurich, ville la plus peuplée de Suisse, a été teinte en vert fluorescent mardi, une action spectaculaire revendiquée par l’organisation Extinction Rebellion (XR), qui voulait protester contre la destruction de l’écosystème mondial.

«Rébellion Extinction Zurich a coloré la Limmat en vert», a indiqué sur Facebook la branche zurichoise de ce réseau international de désobéissance civile climatique lancé en octobre 2018 au Royaume-Uni.

Comme on peut le voir sur des images que l’organisation a publiées sur son site, des militants se sont élancés dans cette eau d’un vert intense, avant de simuler qu’ils étaient morts.

«XR veut attirer l’attention sur l’effondrement imminent de l’écosystème et sur le système toxique dans lequel nous nous trouvons», a précisé l’organisation, ajoutant que la couleur utilisée est constituée d’uranine, une substance «totalement inoffensive dont la toxicité est équivalente au sel de cuisine».

Alertée par des appels téléphoniques, la police zurichoise s’est rendue sur place pour déterminer si la couleur pose un danger pour la population, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

L’organisation XR a annoncé des actions en tous genres dans plusieurs villes suisses, du 9 au 20 septembre.

En Suisse, comme dans d’autres pays européens, des marches pour le climat ont été régulièrement organisées par des mouvements citoyens, en particulier par des jeunes. Une prochaine manifestation nationale est prévue le 28 septembre à Berne, moins d’un mois avant les élections parlementaires.

Insolite

Une Américaine voyage en cabine d'un avion avec son cheval miniature

NEW YORK — Une Américaine a réussi à voyager en cabine avec son cheval miniature lors d’un vol American Airlines reliant Chicago à Omaha (Nebraska, centre) d’une durée d’une heure et demie fin août.

Flirty, qui a la taille d’un grand chien, voyageait avec sa maîtresse, qui a besoin de la présence de cet animal de soutien émotionnel au quotidien pour l’aider à gérer des crises d’anxiété, a indiqué cette passagère dans un courriel à l’AFP lundi. Flirty, 7 ans, lui rappelle notamment de prendre ses médicaments, raconte-t-elle.

«Flirty est mon animal de soutien. J’ai besoin de l’avoir à mes côtés à tout moment pour des alertes médicales et aussi pour m’assister dans mes déplacements», indique Abrea Hensley.

Le cheval n’avait pas de siège assigné: «Je voyageais avec un journaliste, qui a bien voulu accepter de partager son espace. Nous étions assis sur une rangée derrière une cloison (sans siège devant) et donc Flirty était installée dans l’espace devant nos jambes», narre Mme Hensley.

«Si j’avais à voyager seule, je devrais acheter un billet pour un siège supplémentaire afin de m’assurer qu’il y ait suffisamment de place pour sa taille», dit-elle encore à l’AFP.

Mme Hensley affirme que c’était la première fois qu’elle prenait l’avion avec Flirty et qu’elle ne prévoit pas de renouveler l’expérience.

«Je préfère me déplacer en voiture avec elle», a-t-elle déclaré.

Le département américain des Transports (DoT) autorise, depuis début août, le voyage en cabine d’animaux de soutien émotionnel, bien dressés et d’une certaine taille.

Flirty «était un cheval miniature de soutien émotionnel dressé», a indiqué à l’AFP un porte-parole d’American Airlines, insistant sur le fait que la compagnie s’autorise à accepter des animaux en cabine au cas par cas.

«Nous reconnaissons le rôle important que peuvent jouer les chiens, chats et chevaux miniatures de soutien émotionnel bien dressés dans les vies de personnes présentant un handicap, mais pas seulement des aveugles, des sourds ou des personnes à mobilité réduite. Ils sont les bienvenus en cabine, sans frais, s’ils répondent aux critères», a déclaré le porte-parole.

D’après Abrea Hensley, les animaux de soutien émotionnel voyagent en cabine gratuitement parce qu’ils sont considérés comme des «équipements médicaux».

Insolite

De la neige en Gaspésie

De la neige est tombée en fin de semaine en Gaspésie, au sommet des monts Chic-Chocs.

 Cette photo a été prise par un chasseur, Maxime Mimeault, dans la Réserve faunique des Chic-Chocs. 

Le partage de la photo sur sa page Facebook, dimanche, a créé immédiatement le buzz. Normalement la neige apparaît généralement en octobre dans cette région.

Insolite

Des parents se plaignent du prêtre qui a interdit Harry Potter

NASHVILLE — Un prêtre du Tennessee qui a banni les livres d’Harry Potter de la bibliothèque d’une école catholique a été accusé par les parents des jeunes de leur avoir causé un tort spirituel et psychologique.

Un quotidien local, The Tennessean, a obtenu une lettre signée en 2017 par 14 parents de l’école catholique St. Edward, dans laquelle ils demandent au diocèse de Nashville de remplacer le père Dan Reehil.

La lettre, qui énumère 50 arguments, traite le père Reehil de narcissique toxique qui déteste le pape François et se perçoit comme un «soldat de Dieu». La lettre rappelle que: «Notre école accueille toutefois des enfants et non des soldats».

Un porte-parole du diocèse, Rick Musacchio, a dit que les positions du père Reehil, tout comme celles du pasteur retraité plus libéral qu’il a remplacé, ont toutes les deux leur place au sein de l’Église.

Le père Reehil n’a pas répondu aux demandes d’entrevue du quotidien. Dans un courriel, il a expliqué avoir retiré les livres de J.K. Rowling parce qu’ils contenaient de «véritables sorts et malédictions».

Insolite

Une Américaine tire sur sa fille venue lui rendre une visite surprise

WASHINGTON — Une Américaine a ouvert le feu sur sa fille, une étudiante de 18 ans venue lui rendre une visite surprise, la prenant pour un cambrioleur, rapportent mercredi les médias locaux.

La jeune femme a été blessée au bras vendredi soir à Girard dans l'Ohio, mais ses jours ne sont pas en danger. La mère qui dispose d'un permis de port d'arme était seule à la maison quand elle a entendu «des bruits vers sa cuisine ou son entrée», a expliqué à la chaîne le chef de la police locale John Norman. 

«Comme elle avait une arme à proximité, elle a ouvert le feu sur la personne qui franchissait sa porte», a-t-il ajouté, en précisant qu'elle avait été choquée en réalisant l'identité de sa victime. Le policier prévoit de transmettre un rapport au procureur local, qui décidera s'il y a matière à poursuite. 

Insolite

Le coq Maurice peut continuer de chanter sur l’île touristique d’Oléron, tranche une cour française

ROCHEFORT - La justice française a autorisé jeudi le coq Maurice, dont le cocorico matinal est devenu le symbole des traditions rurales, à continuer de chanter sur l’île touristique d’Oléron (sud-ouest), rejetant la plainte des voisins qui l’accusaient de les réveiller dès l’aube.

«On leur a volé dans les plumes!»: Corinne Fesseau, la propriétaire de Maurice, a poussé le cocorico de la victoire devant le tribunal de Rochefort (sud-ouest) qui a même condamné ses voisins à lui payer 1.000 euros de dommages et intérêts et ses frais de justice.

Car dans son jugement, dont l’AFP a eu copie, le tribunal s’en réfère à un constat d’huissier, venu trois nuits de suite vérifier l’heure de réveil et le volume du chant de Maurice. Verdict, le volatile fait son travail au lever du soleil «de façon intermittente» entre 06h30 et 07h00 seulement, et non pas dès 04h00 comme l’accusaient les voisins, et à un niveau «simplement perceptible donc peu intense» une fois la fenêtre fermée.

Bref les voisins, un couple d’agriculteurs retraités de Haute-Vienne (centre) dont la maison d’Oléron est la résidence de vacances, sur la côte atlantique, n’ont pas établi la preuve d’une nuisance. Ils ont même «agi de façon abusive» en portant plainte, d’autant qu’ils «n’ont pas attendu réellement la possibilité d’une solution amiable», a tranché le tribunal.

«C’est une victoire pour tous les gens dans la même situation que moi. J’espère que cela fera jurisprudence pour eux», s’est félicitée Corinne Fesseau.

«Tout le monde va être protégé derrière: les cloches, les grenouilles... Et pourquoi pas une loi Maurice pour protéger tous les bruits ruraux ?», a-t-elle ajouté. Une allusion aux autres querelles de voisinage liées au bruit qui émeuvent depuis quelque temps le monde rural en France, comme celle que le tribunal de Dax (sud-ouest) devra examiner en octobre, ciblant cette fois-ci les caquètements et gloussements de canards et d’oies en plein pays du confit et du foie gras.

«Team Maurice»

Article dans le New York Times, T-shirts «Let me sing» (Laissez-moi chanter) de la «Team Maurice» (Équipe Maurice), pétition pour «sauver Maurice» (140 000 signatures), le gallinacé de Saint-Pierre-d’Oléron est devenu en quelques mois le symbole de la ruralité menacée en France.

Au point d’amener le maire du petit village de Gajac (sud-ouest), à 70 km de la ville de Bordeaux, à proposer le classement de ces bruits au patrimoine national et fonder l’association L’Écho de nos campagnes, pour «protéger notre monde rural et nos traditions».

Lors de l’audience sur le cas du coq Maurice, le 4 juillet, une grande partie des débats avait porté sur la notion même de campagne.

Me Vincent Huberdeau, avocat des plaignants, avait ainsi rejeté l’idée d’un procès «entre citoyens bobos et ruraux», estimant que Saint-Pierre-d’Oléron, avec près de 7.000 habitants en hiver et 35.000 en été, n’est pas vraiment la campagne sur cette île vivant essentiellement du tourisme.

«Je ne suis pas une ville, je suis une petite commune», assurait pourtant le maire Christophe Sueur, volant au secours de Corinne Fesseau, issue d’une vieille famille de l’île d’Oléron. «On a toujours vécu avec des potagers, des poulaillers, on a une vie plutôt traditionnelle», insistait le maire.

Pour le géographe Jean-Louis Yengué, de l’université de Poitiers (centre-ouest), ces querelles naissent d’abord de l’idée fausse qu’ont les nouveaux arrivants du monde rural. Chants et cris des animaux d’élevage, moteurs des moissonneuses batteuses ou tronçonneuses... «Le calme n’est pas le propre de la campagne», souligne-t-il.

Ces querelles de voisinage liées au bruit, «qui font les choux gras des médias» en France, ne sont pourtant pas les plus nombreuses dans le monde rural, relève l’expert qui cite comme conflits récurrents «tout ce qui tourne autour de l’utilisation des pesticides».

Insolite

Un serpent à deux têtes découvert à Bali

BALI - Les habitants d’un village de Bali en Indonésie ont été stupéfaits quand ils ont aperçu un serpent à deux têtes, très rare à l’état sauvage.

Le reptile a été vu la semaine dernière en train d’onduler à Tabanan, dans le centre de cette île très touristique.

«Je rentrais du travail quand j’ai garé ma moto près du serpent», a déclaré le villageois Gusti Bagus Eka Budaya.

«J’ai regardé plus attentivement et j’ai vu qu’il avait deux têtes. Cela m’a fait un choc», a-t-il dit.

Une vidéo montre des enfants réunis autour du serpent, assez petit pour tenir dans la paume d’une main, qui glisse sur une feuille de bananier décorée d’une offrande traditionnelle chez les hindous de Bali.

Le type de serpent et sa venimosité ne sont pas connus.

Par le passé, des experts ont affirmé que les serpents à deux têtes étaient très rares à l’état sauvage, et qu’ils étaient généralement élevés en captivité.

Insolite

Clonage: la Chine se met aux chats, avant les pandas...

PÉKIN — Une entreprise pékinoise est parvenue à cloner un chat, une première en Chine où cette expérience pourrait constituer une avancée scientifique vers le clonage du panda, symbole mondial des espèces en danger.

Sept mois après la mort de son chat baptisé Ail, son propriétaire, Huang Yu, a eu la joie de retrouver son protégé sous la forme d'un adorable chaton gris et blanc.

Insolite

Chasser l’ouragan grâce au «pouvoir de l’esprit», l’idée d’une démocrate

WASHINGTON — L’improbable candidate démocrate à la Maison-Blanche et auteure à succès Marianne Williamson a suggéré mercredi que le «pouvoir de l’esprit» pourrait repousser l’ouragan Dorian qui a déjà ravagé l’archipel des Bahamas et menace les États-Unis, dans un tweet plus tard effacé.

«Les Bahamas, la Floride, la Géorgie, les Carolines... Prions pour eux tous. Que des millions d’entre nous voient Dorian se détourner des côtes n’est pas une idée de cinglés; c’est employer de façon créative le pouvoir de l’esprit», a-t-elle tweeté.

Puis elle a appelé à «deux minutes de prière, visualisation, méditation pour ceux qui sont sur la trajectoire de la tempête».

La candidate à la primaire démocrate a plus tard effacé ce tweet mais des internautes en ont fait une capture d’écran qui circulait mercredi.

Outrée, Marianne Williamson a d’ailleurs répondu à l’un d’eux, Yashar Ali, qui collabore avec plusieurs médias américains.

«Puisque je ne suis ni folle, ni irresponsable, ni dangereuse, j’apprécierais de pouvoir répondre à cette caricature», a-t-elle écrit.

Marianne Williamson n’a laissé qu’un tweet plus bref concernant Dorian, qui appelle à prier pour les habitants menacés dans le sud-est des États-Unis ou déjà frappés par l’ouragan dans les Bahamas.

Puis face au débat provoqué par son appel à la prière, Mme Williamson a mis en garde les démocrates contre tout mépris envers les croyants.

«Des millions de gens prient aujourd’hui pour que Dorian se détourne des côtes, et se moquer de ces gens ou les traiter avec condescendance parce qu’ils pensent que cela peut aider explique en partie pourquoi la gauche trop laïcisée a perdu de nombreux électeurs», a-t-elle écrit.

Les croyants seront «nécessaires si nous voulons gagner en 2020» contre le président républicain Donald Trump, a-t-elle estimé.

Figure excentrique plafonnant à moins de 1 % des sondages pour l’investiture démocrate, Marianne Williamson, 67 ans, est parvenue, à coups d’envolées passionnées à se faire mieux connaître du grand public lors de performances remarquées pendant les premiers débats démocrates.

Son premier livre, Un retour à l’amour, sorti en 1992 et alors promu par Oprah Winfrey, était devenu un véritable best-seller, le cinquième ouvrage le plus vendu cette année-là aux États-Unis, selon son auteure.

Insolite

Un Américain brandit une arme pour un sandwich au poulet en rupture de stock

WASHINGTON - Un homme a brandi une arme lundi soir à Houston, dans le sud des États-Unis, après avoir appris qu’un sandwich au poulet qui fait sensation depuis quelques jours était en rupture de stock, selon la police locale.

Un groupe de cinq adultes et un bébé est arrivé en voiture dans l’enseigne de restauration rapide Popeyes pour se procurer au drive-in son nouveau produit phare, a précisé la presse locale.

Informés de l’indisponibilité du sandwich, ils sont entrés dans le bâtiment et l’un d’eux a brandi une arme pour appuyer sa requête.

«Un homme a pointé une arme sur les employés du restaurant après la pénurie de sandwichs au poulet», a tweeté la police locale lundi soir, en annonçant l’envoi de renforts.

Les agents sont arrivés trop tard, le petit groupe s’étant envolé sans faire de blessés.

L’incident a suscité une flambée de commentaires désolés ou amusés sur les réseaux sociaux qui se passionnent depuis plusieurs jours pour le nouveau sandwich du groupe Popeyes, une chaîne spécialisée dans le poulet frit aux épices de Louisiane.

Lancé le 12 août, il a été au coeur d’une polémique sur Twitter entre Popeyes et son concurrent Chick-Fil-A. Leur dispute et une opération de communication très efficace ont accru la curiosité des Américains qui se sont rués sur le nouveau sandwich, si bien qu’il s’est retrouvé en rupture de stock il y a une semaine.

L’annonce a provoqué la colère des internautes qui ont dénoncé une pénurie organisée à des fins publicitaires.

Un habitant du Tennessee, Craig Barr, a même déposé plainte pour «publicité mensongère» contre le groupe, lui réclamant 5.000 dollars de dommages et intérêt.

«Je ne peux plus être heureux, j’ai ce sandwich en tête, je n’arrive plus à réfléchir», a-t-il confié au journal Times Free Press. «Il me consume.»

Insolite

En déplacement en Irlande, Mike Pence dort dans un hôtel... Trump

WASHINGTON - Le vice-président américain Mike Pence, actuellement en déplacement en Irlande, a choisi de dormir dans un club de golf appartenant à Donald Trump, suscitant une vive polémique sur l’utilisation des fonds publics.

Le «Trump International Golf Links & Hotel» est situé à Doonbeg, sur la côte ouest de l’Irlande, à environ 300 km de Dublin où ont lieu les rencontres officielles du vice-président.

Interrogé sur ce choix qui a suscité de vives critiques dans le camp démocrate, Marc Short, chef de cabinet de M. Pence a expliqué que la décision avait été prise sur une «suggestion», pas «un ordre», de M. Trump.

Comme pour tous les déplacements officiels du président et du vice-président, les frais sont pris en charge par l’État. M. Short a cependant précisé que le vice-président prendrait personnellement en charge les frais pour sa mère et sa soeur qui voyagent avec lui.

Le chef de cabinet de M. Pence a par ailleurs souligné que la famille du vice-président était originaire de Doonbeg, et aussi assuré que ce choix était à de nombreux égards plus pratique. «Le Secret Service a déjà protégé cette propriété (pour le président), donc ils connaissent les lieux», a-t-il avancé.

L’élu démocrate de Californie Ted Lieu a vivement dénoncé cette décision.

«Mike Pence, vous avez prêté serment pour protéger la constitution, pas Donald Trump», a-t-il tweeté. «Transférer l’argent du contribuable au président en dormant dans cette propriété de Trump, c’est de la corruption».

L’utilisation par Donald Trump et les membres de son équipe ou de son gouvernement des différentes propriétés qu’il possède à travers le monde fait l’objet de critiques récurrentes.

Le président américain a annoncé fin août qu’il envisageait d’organiser le prochain du sommet du G7, qui aura lieu aux États-Unis, dans l’un de ses clubs de golf, à Doral, près de Miami en Floride.

«C’est un endroit formidable», a-t-il avancé, tout en assurant qu’il n’en tirerait aucun bénéfice personnel.

Ces déclarations ont provoqué une levée de boucliers et entraîné l’ouverture d’une enquête parlementaire par l’opposition démocrate.

Insolite

Une école catholique de Nashville retire la saga Harry Potter de sa bibliothèque

NASHVILLE — Une école catholique de l'État américain du Tennessee a retiré de sa bibliothèque les livres de la saga Harry Potter, par crainte qu'ils amènent leurs lecteurs à invoquer de mauvais esprits.

Dans un courriel obtenu par le quotidien «The Tennessean», le père Dan Reehil de la St. Edward Catholic School de Nashville rapporte qu'il a consulté des exorcistes aux États-Unis et à Rome et que ceux-ci ont recommandé de retirer ces livres prenant place dans un univers magique.

«Les maléfices et les sorts utilisés dans les livres sont de véritables maléfices et sorts qui, lorsqu'ils sont lus par un être humain, risquent d'inviter de mauvais esprits à se manifester en présence de la personne qui lit le texte», a écrit le père Reehil.

La directrice du diocèse catholique de Nashville, Rebecca Hammel, a pour sa part déclaré que le père Reehil a le dernier mot dans cette école. Elle croit néanmoins que les livres de J.K. Rowling se trouvent toujours sur les tablettes des autres bibliothèques du diocèse.

Insolite

Un cobra en fuite sème la peur dans une ville allemande

BERLIN - Des appartements évacués, des habitants appelés à fermer portes et fenêtres : un cobra, introuvable depuis dimanche, sème la peur depuis plusieurs jours à Herne, une ville de l’ouest de l’Allemagne.

Malgré d’intenses recherches, le serpent, un cobra à monocle particulièrement venimeux, n’avait toujours pas été repéré mardi, ont déclaré les autorités locales.

Le reptile, dont la longueur pourrait dépasser un mètre, s’est échappé dimanche d’un appartement à Herne, une ville moyenne de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Quatre bâtiments dans le quartier où vit son propriétaire ont été évacués.

«Nous supposons que ce serpent est très probablement resté dans l’immeuble» de son propriétaire, a déclaré mardi à la presse un des responsables de la municipalité, Johannes Chudziak.

Une mue (peau) du reptile a d'ailleurs été retrouvée dans le sous-sol de l'immeuble en question.

«Nous avons donc pris la décision de maintenir les mesures de sécurité prises dimanche, c’est-à-dire que quatre bâtiments resteront fermés à clé et feront l’objet d’un contrôle régulier pour détecter toute trace du serpent», a-t-il précisé.

Les autorités ont notamment déversé de la farine dans l’immeuble dans l’espoir que le reptile y laisse des traces qui mettent les enquêteurs sur sa piste.

Des appels à la vigilance ont été lancés au reste de la population, à laquelle il est demandé de fermer portes et fenêtres. «Si possible, restez sur des sentiers pavés et évitez de marcher dans les hautes herbes ou dans la végétation dense», a aussi enjoint l’édile local.

Une vingtaine d’autres serpents ont été saisis chez le propriétaire du cobra.

L’animal, dont le nom scientifique est «Naja kaouthia» et dont la morsure est mortelle, est originaire d’Asie.

+

Insolite

Trump suggère de bombarder... les ouragans

WASHINGTON — Le président Donald Trump a suggéré de lâcher des bombes nucléaires sur les ouragans avant qu'ils ne touchent les États-Unis, a affirmé dimanche le site d'information américain Axios.

Selon Axios, M. Trump a demandé lors d'une réunion sur les ouragans s'il serait possible, pour les empêcher de se former complètement en mer, de lâcher une bombe atomique sur leur centre.

Insolite

Un ours noir s’invite chez un barbier dans le nord de l’Alberta [PHOTOS]

SLAVE LAKE, Alberta - Le propriétaire d’un salon de barbier du nord de l’Alberta a reçu la visite d’un poilu pas très délicat qui n’était pas là pour un dégradé avec chignon.

Sam Assaf avait laissé la porte d’entrée ouverte, mercredi, pour laisser entrer la brise d’air frais dans son tout nouveau salon, ouvert il y a à peine trois semaines à Slave Lake, à 250 kilomètres au nord d’Edmonton.

Sorti prendre l’air à l’extérieur, M. Assaf a aperçu l’ours noir et a commencé à prendre des photos, mais il s’est rapidement souvenu que sa porte était grande ouverte.

L’ours s’y est effectivement engouffré et a causé tout un ravage dans le salon - bien que des tondeuses très dispendieuses aient été épargnées par le gros visiteur.

La police a alors été appelée sur les lieux et a demandé aux passants qui prenaient des photos de laisser de l’espace à l’ours pour qu’il sorte enfin du salon; personne n’a été blessé dans l’aventure.

Ironie du sort: M. Assaf, qui n’avait jamais vu un vrai ours de sa vie, avait baptisé son salon «La fosse aux lions».

+

Insolite

Un bébé loutre pour un selfie: les réseaux sociaux sur le banc des accusés

GENÈVE - Publier des selfies avec une loutre de compagnie ou d’autres animaux menacés de disparition peut sembler anodin, mais les écologistes affirment que cette mode pourrait conduire à l’extinction de certaines espèces.

«Le commerce illégal des loutres s’est soudainement accru de façon exponentielle», explique Nicole Duplaix, qui co-préside le groupe spécialisé sur les loutres à l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Toutes les espèces de loutres d’Asie sont depuis longtemps considérées comme vulnérables ou menacées en raison du rétrécissement de leur habitat naturel et du commerce illégal de leur fourrure.

Mais les écologistes accusent les réseaux sociaux d’être à l’origine de la frénésie qui a fait bondir la demande de bébés loutres dans certains pays d’Asie, en particulier au Japon, et qui fait peser une menace sur l’avenir de l’espèce.

Les milliers de délégués venus à Genève (Suisse) pour participer à une conférence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) doivent notamment se prononcer sur la protection de deux espèces de loutres d’Asie particulièrement en danger.

«Trop mignonne»

La loutre cendrée, également appelée loutre naine, et la loutre à pelage lisse figurent déjà sur l’Annexe II de la CITES en tant qu’espèces menacées, mais l’Inde, le Népal, le Bangladesh et les Philippines demandent qu’elles soient incluses dans l’Annexe I, ce qui signifierait l’interdiction totale de leur commercialisation internationale.

Les écologistes estiment que cette démarche est vitale pour ces deux espèces, dont la population a chuté d’au moins 30% au cours des 30 dernières années et dont le déclin s’est encore accéléré avec la mode des loutres de compagnie.

«Il y a un vrai désir de posséder ces animaux exotiques qui est alimenté par les réseaux sociaux», selon Cassandra Koenen, de l’ONG canadienne Wildlife not Pets.

Certains comptes sur Instagram et Facebook drainent des centaines de milliers d’abonnés, qui postent à leur tour des commentaires attendris sur les photos de loutres naines, tels que «trop mignonne» ou «j’en veux une».

Mme Duplaix reconnaît que ce sont des «créatures très charismatiques», tout en déplorant que «ce soit justement leur côté mignon qui cause leur perte».

Les selfies masquent les souffrances endurées par ce petit mammifère qui vit en communauté dans la nature et que l’on place brusquement en captivité et à l’isolement.

Mme Koenen a notamment cité les nombreux «vidéos gags» montrant des loutres tournant sur elles-mêmes, ce qui, pour un oeil exercé, est la manifestation d’une «énorme souffrance».

Face à cette demande en pleine croissance, des chasseurs et des pêcheurs en Indonésie tuent les loutres adultes et emportent les bébés qui sont mis dans des cages et expédiés pour servir d’animaux de compagnie.

La principale destination est le Japon, où un bébé loutre peut valoir jusqu’à 10 000 dollars.

+