Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La marmotte Fred a prédit un printemps hâtif pour le Québec, mardi matin. 
La marmotte Fred a prédit un printemps hâtif pour le Québec, mardi matin. 

Fred la marmotte prédit un printemps hâtif au Québec [VIDÉOS]

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Article réservé aux abonnés
C’est officiel : le printemps sera hâtif. C’est du moins ce que prévoit Fred, la marmotte officielle du Québec, qui n’a pas vu son ombre mardi matin à Val-d’Espoir, en Gaspésie.

Dans la grisaille d’une veille de tempête, Fred, la marmotte officielle du Québec est catégorique : le printemps sera hâtif. «Elle nous apporte une bonne nouvelle, et elle est catégorique, les beaux jours s’en viennent!» a lancé l’organisateur Roberto Blondin en soulevant le rongeur.

Comme Fred n’a pas vu son ombre mardi matin, la tradition veut que le printemps commence officiellement dans six semaines. 

Depuis sa première prédiction, il y a une douzaine d’années, la marmotte gaspésienne a donné l’heure juste dans 57% des cas, selon le décompte de MétéoMédia. Ses collègues de la Pennsylvanie et de la Nouvelle-Écosse ont un taux de réussite de 50%, tandis que Willie, la marmotte ontarienne, se contente d’un maigre 25% de prédictions réussies. 

Une marmotte en télétravail

Aux alentour de sept heure, mardi matin, Fred a donné bien du fil à retordre à M. Blondin, qui a dû la convaincre de sortir de sa petite hutte en bois afin de prédire le retour des beaux jours. «Fred boude parce qu’il n’y a pas d’enfants pour le voir ce matin», a plaisanté M. Blondin. En effet, pandémie oblige, le rongeur était en «mode télétravail» pour l’édition 2021 de sa prédiction. 

Habituée à une foule de centaines de personnes, la marmotte a dû se contenter de quelques curieux lors de sa prédiction. En temps normal, des centaines de personnes se seraient rassemblées au petit matin sur le perron de l’église de Val-d’Espoir, un petit village maintenant intégré à la ville de Percé, pour assister à l’évènement.

«On se reprend l’an prochain, et avec des crêpes cette fois-là !» a conclu Roberto Blondin. 

Il est possible de voir en ligne la prédiction de Fred : www.fredlamarmotteofficielleduquebec.ca/.

«Elle nous apporte une bonne nouvelle, et elle est catégorique, les beaux jours s’en viennent!», a lancé l’organisateur Roberto Blondin en soulevant Fred, à Val-d'Espoir, en Gaspésie, mardi matin.

AILLEURS AU CANADA ET AUX ÉTATS-UNIS

Les marmottes les plus connues du Canada ont prédit un printemps précoce mardi, alors qu’elles livraient leurs prévisions annuelles en ligne en raison de la pandémie de COVID-19.

La marmotte la plus célèbre de Nouvelle-Écosse, Shubenacadie Sam, avait été la première à faire sa prédiction, émergeant avec hésitation de sa grange miniature sans voir son ombre.

À Wiarton, en Ontario, la célèbre marmotte albinos de la communauté, Wiarton Willie, était introuvable, alors que les responsables appelaient le début du printemps après avoir jeté un chapeau de fourrure dans les airs - un geste qui, selon eux, rappelle la première édition de la tradition vieille de plus de 60 ans.

Le message a été livré par la mairesse Janice Jackson dans une vidéo préenregistrée.

Selon la tradition folklorique, si une marmotte ne voit pas son ombre le jour de la marmotte, les températures printanières arriveront bientôt. Cependant, si la bête repère son ombre, l’hiver sera encore long.

Les folkloristes disent que le rituel du jour de la Marmotte pourrait avoir quelque chose à voir avec le fait que le 2 février se trouve à mi-chemin entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps, mais personne ne le sait avec certitude.

Dans l’Europe médiévale, les agriculteurs pensaient que si les hérissons émergeaient de leur terrier pour attraper des insectes, c’était un signe certain d’un printemps précoce.

Cependant, lorsque les Européens se sont installés dans l’est de l’Amérique du Nord, la marmotte a remplacé le hérisson.

Aux États-Unis, la populaire marmotte de la Pennsylvanie, Punxsutawney Phil, a offert une prédiction moins optimiste que ses semblables canadiennes. La marmotte américaine aurait vu son ombre, prédisant ainsi six autres semaines d’hiver.

L’animal a fait sa prédiction alors que le nord-est des États-Unis est frappé par une tempête majeure.

Avec La Presse Canadienne