En Australie, des plantes contiennent du venin ressemblant à celui des scorpions [PHOTOS]

Insolite

En Australie, des plantes contiennent du venin ressemblant à celui des scorpions [PHOTOS]

BRISBANE - L’Australie compte un grand nombre d’espèces animales particulièrement dangereuses auxquelles vient désormais s’ajouter une plante qui secrète du venin ressemblant à celui des scorpions, qui peut provoquer des douleurs atroces durant des semaines, ont révélé des chercheurs.

Il suffit d’effleurer une feuille de la dendrocnide pour ressentir une douleur insoutenable.

Cette sorte d’ortie, que l’on trouve également dans certaines forêts des États-Unis et d’Europe, est connue sous le nom indigène de gympie-gympie.

Mais l’espèce de dendrocnide qui l’on trouve en Australie, notamment dans la forêt tropicale du nord-est de l’État du Queensland, produit une toxine bien plus puissante.

Très connue des randonneurs, elle possède de larges feuilles ovales ou en forme de coeur.

Une équipe de scientifiques australiens a affirmé mieux comprendre les raisons pour lesquelles une piqûre de gympie-gympie produit une douleur aussi intense.

Les victimes racontent comment au départ, elles ont ressenti «une sensation de brûlure, puis au fil des heures une douleur rappelant celle ressentie quand une partie du corps est coincée dans une portière de voiture qui a été claquée», ont indiqué jeudi des chercheurs de l’Université du Queensland.

Vers la fin, qui semble interminable, le seul fait de prendre une douche peut raviver la douleur.

Le gympie-gympie est couvert de poils très fins en forme d’aiguille, semblables à ceux d’autres orties.

Des essais visant à détecter la présence des agents irritants les plus répandus, comme les histamines, n’avaient jusqu’à présent rien donné.

Irina Vetter, professeure associée au sein de l’Institut de la biologie moléculaire de l’université du Queensland, a affirmé qu’une équipe de chercheurs a découvert une nouvelle classe de mini-protéines neurotoxiques, qu’ils ont baptisées «gympiétides».

«Même si elles proviennent d’une plante, les gympiétides sont similaires aux toxines des araignées et des escargots de mer coniques dans la façon dont elles se replient dans leurs structures moléculaires 3D et ciblent les mêmes récepteurs de la douleur, ce qui fait sans doute du gympie-gympie une plante vraiment vénéneuse», selon elle.

L’Australie est déjà tristement célèbre pour sa faune venimeuse, notamment des serpents, des méduses, des pieuvres à anneaux bleus et des araignées à toile-entonnoir.

Une piqûre ou une morsure de l’une des ces étranges créatures n’entraîne cependant que très rarement un décès.

Mme Vetter estime que la douleur provoquée par cette plante pourrait s’expliquer par le fait que les gympiétides modifient en permanence la composition chimique des neurones sensoriels affectés et non par le fait que ses poils restent dans la peau.

Les scientifiques espèrent que leurs recherches, publiées dans la revue Sciences Advances, contribueront à soulager la douleur des personnes piquées.

+

700 millions$ de timbres et de calligraphies dérobés lors d’un cambriolage à Hong Kong

Insolite

700 millions$ de timbres et de calligraphies dérobés lors d’un cambriolage à Hong Kong

Agence France-Presse
HONG KONG — Un cambrioleur a réussi à dérober à Hong Kong, en plein jour, une collection de timbres et de calligraphies estimée à près de 700 millions de dollars canadiens, a-t-on appris mercredi de source policière.

Le voleur est parvenu à s’introduire dans un appartement du collectionneur chinois Fu Chunxiao, dans un immeuble de 16 étages du quartier très animé de Kowloon où il a commis en deux heures l’audacieux vol, a précisé la source à l’AFP.

Le South China Morning Post rapporte que la valeur totale du butin s’élève à quatre milliards de dollars hongkongais (435 millions d’euros). Il inclut notamment une calligraphie réalisée par Mao Tsé-toung et cinq timbres très précieux.

Membre de la Société de philatélie de Hong Kong, M. Fu se trouvait en Chine continentale au moment du cambriolage commis le 10 septembre, selon la source policière.

Le South China Morning Post rapporte que la valeur du butin n’a été établie qu’une fois que la fille de M. Fu était rentrée à Hong Kong pour aider les enquêteurs.

Les biens de valeur dérobés se trouvaient dans un tiroir fermé à clé dans l’appartement, rapporte le quotidien.

Un tyrannosaure aux enchères à New York [PHOTOS]

Insolite

Un tyrannosaure aux enchères à New York [PHOTOS]

Agence France-Presse
NEW YORK — L’un des spécimens de tyrannosaure les plus complets au monde va être mis aux enchères lors d’une vente organisée par Christie’s le 6 octobre à New York, et pourrait battre le record en la matière.

Sept à huit tonnes de son vivant, 4 mètres de haut, 12 de long, Stan est un digne représentant de l’espèce reine des dinosaures, le Tyrannosaurus rex, qui fascine le monde entier.

Vieux de 67 millions d’années, il a été découvert en 1987 près de Buffalo, dans le Dakota du Sud.

Des paléontologues de l’Institut de recherche géologique de Black Hills, dans le Dakota du Sud, ont consacré plus de 30.000 heures de travail à le déterrer et reconstituer son squelette, fort de 188 os.

Il a depuis servi à des moulages destinés à des dizaines de musées dans le monde, désireux d’acquérir une copie de ce Tyrannosaurus rex d’exception, mort à une vingtaine d’années, selon les estimations des chercheurs.

Après un voyage au Japon, il est exposé depuis 1996 au musée de la Black Hills Institute.

En Thaïlande, le bouddhisme se permet toutes les fantaisies pour stimuler le tourisme [PHOTOS]

Insolite

En Thaïlande, le bouddhisme se permet toutes les fantaisies pour stimuler le tourisme [PHOTOS]

Agence France-Presse
CHON BURI — Dans un temple de Bangkok, les divinités bouddhiques côtoient des statues de Mickey Mouse, Superman, Che Guevara et David Beckham, une approche plus ludique de la religion destinée à attirer un maximum de visiteurs.

Le Wat Priwat Ratchasongkhram, très kitsh, est rempli de super-héros en mosaïques colorées qui côtoient David Beckham, l’ancienne vedette anglaise du football soutenant un immense Bouddha ou encore Albert Einstein et Che Guevara, cigare à la main.

Mais c’est aussi un véritable lieu de culte qui comprend de nombreuses déités bouddhiques.

Le fait qu’il y ait tous ces personnages sculptés n’est «pas contraire au bouddhisme», estime Lakkana Cherlpichit, un entrepreneur de 53 ans en visite dans le temple.

Ce bâtiment unique dans le royaume «pourrait aussi attirer les touristes étrangers» une fois que le pays, dont l’accès est très restreint depuis la pandémie de coronavirus, s’ouvrira à nouveau, estime-t-il.

En  Thaïlande, le  bouddhisme, pratiqué par 95% de la population, régit bien des aspects du quotidien.

Le royaume compte quelque 40.000 temples et certains s’autorisent toutes les fantaisies.

Refusée au Musée d’Orsay à cause de son décolleté

Arts et spectacles

Refusée au Musée d’Orsay à cause de son décolleté

Agence France-Presse
PARIS — Le Musée d’Orsay a présenté ses excuses à une jeune femme à qui l’on avait refusé l’entrée à cause de son décolleté et qui avait dénoncé l’incident dans une «lettre ouverte» devenue virale sur les réseaux sociaux.

Diffusée mercredi sur son compte Twitter, la «lettre ouverte» dénonce en détails la tentative d’expulsion de la jeune femme du prestigieux musée parisien.

Lindt dévoile une fontaine de chocolat haute de 9 mètres [PHOTOS]

Insolite

Lindt dévoile une fontaine de chocolat haute de 9 mètres [PHOTOS]

Agence France-Presse
KILCHBERG — Le chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a dévoilé jeudi une fontaine de chocolat de 9 mètres de haut dans sa nouvelle maison du chocolat près de Zurich, qui doit lui servir de vitrine pour soigner son image, un de ses plus grands atouts pour affronter le choc économique de la pandémie.

En forme de fouet à pâtisserie au bout duquel jaillit un immense jet de chocolat, cette gigantesque fontaine trône au centre d’un nouveau complexe où le chocolatier suisse espère accueillir quelque 350.000 visiteurs chaque année.

Le champion de tennis Roger Federer, l’ambassadeur de la marque, a activé la fontaine aux côtés du président du groupe, Ernst Tanner, et du ministre des Finances, diffusant les premiers effluves doux-amers dans ce centre qui abrite notamment un musée.

«C’est une attraction que personne n’oubliera jamais après avoir visité le centre», a déclaré M. Tanner, à l’AFP, en marge de l’inauguration, insistant sur le fait que l’objectif était de créer «quelque chose d’unique» pour présenter la marque sous toutes ses facettes «depuis la fève jusqu’à la tablette de chocolat».

Vidéo porno «<em>likée</em>» par un ambassadeur: la Chine dénonce un piratage

Insolite

Vidéo porno «likée» par un ambassadeur: la Chine dénonce un piratage

Agence France-Presse
PÉKIN — L’ambassade de Chine à Londres a appelé Twitter à enquêter sur ce qu’elle présente comme le piratage du compte officiel de son ambassadeur, lequel a «aimé» une vidéo pornographique.

Le court clip était présent mercredi pendant plus d’une heure dans la rubrique des publications «aimées» par Liu Xiaoming, attirant un flot de réactions amusées de la part d’internautes.

«Certains militants anti-Chine, faisant preuve de malveillance, ont pris pour cible le compte Twitter de l’ambassadeur [...] en utilisant des procédés méprisables afin d’usurper» son identité, a indiqué l’ambassade.

«Nous condamnons cet agissement avec la plus grande fermeté. Nous avons signalé l’incident à Twitter et nous réservons le droit de prendre des mesures complémentaires», a-t-elle souligné dans un communiqué publié mercredi heure de Londres.

«Nous appelons Twitter à mener une enquête minutieuse, à prendre cette affaire très au sérieux, en espérant que les internautes ne croiront pas à ces fausses informations et ne les propagerons pas.»

Contacté par l’AFP, un porte-parole du réseau social américain a refusé de réagir aux propos de l’ambassade de Chine.

Liu Xiaoming est l’un des diplomates chinois les plus directs et véhéments. Il n’hésite pas à accorder des interviews à la presse étrangère afin de défendre les positions de son gouvernement.

Twitter est bloqué en Chine et la pornographie y est interdite.

Mais de nombreux diplomates et journalistes de médias d’État ont ouvert ces dernières années des comptes sur le réseau social pour y publier leurs points de vue.

Liu Xiaoming a créé son compte Twitter en octobre 2019. Il compte actuellement plus de 85 000 abonnés.

Dakota du Sud: un rassemblement de motards serait lié à plus de 200 000 cas de COVID-19

Insolite

Dakota du Sud: un rassemblement de motards serait lié à plus de 200 000 cas de COVID-19

AFP
Agence France-Presse
WASHINGTON — Les 460 000 motards qui se sont rassemblés en août dans le Dakota du Sud et dans l'indifférence face à la pandémie ont conduit à un total de 260 000 nouveaux cas de COVID-19, estiment des chercheurs dans une étude publiée mardi.

Ce chiffre, non confirmé de façon indépendante, ferait de ce rassemblement de dix jours, le Sturgis Motorcycle Rally, le plus grand événement de propagation du coronavirus documenté à ce jour aux États-Unis.

L'étude, menée par des économistes de l'université de San Diego et publiée par l'Institute of Labor Economics (IZA), est une approximation statistique fondée sur des données anonymisées de mobilité issues des téléphones portables dans et autour de la petite ville de Sturgis, une région rurale très peu habitée envahie chaque année par une armée de motards.

Ces données ont permis de confirmer le nombre de gens venus camper, sortir, boire, manger et écouter des concerts, la plupart du temps sans masque, pendant la 80e édition du rassemblement, du 7 au 16 août. Elles ont aussi mis en évidence les régions d'origine des motards.

En rapprochant ces données géographiques aux chiffres officiels de cas de COVID-19 au cours du mois d'août, les chercheurs ont estimé la vague de contagions née à Sturgis et s'étant répandue dans tout le pays: 266 796 nouveaux cas, soit 19% des 1,4 million de cas détectés aux États-Unis entre le 2 août et le 2 septembre, pour un coût économique de 12,2 milliards de dollars, sur la base d'une étude ayant chiffré chaque cas non-mortel à 46 000 $.

Rien que dans le Dakota du Sud, le nombre de cas a bondi au cours de l'été, passant d'environ 100 nouveaux cas par jour début août à 300 fin août, selon le Covid Tracking Project, mais le nombre de décès est resté très faible (un mort par jour en moyenne).

Cette analyse statistique ne peut qu'être une approximation, puisque personne n'a suivi et testé chaque motard individuellement. En outre, elle n'a pas été publiée par une revue scientifique à comité de lecture, aucun scientifique indépendant n'a donc évalué la méthodologie. Enfin, le nombre de cas a également augmenté dans tout le Midwest au cours de l'été, pas seulement dans le Dakota du Sud.

Un chef de la Cosa Nostra croque et avale le doigt d’un gardien de prison

Insolite

Un chef de la Cosa Nostra croque et avale le doigt d’un gardien de prison

Agence France-Presse
ROME - Un chef de la Cosa Nostra, la mafia sicilienne, a sectionné cet été avec ses dents le petit doigt d’un gardien de prison avant de l’avaler, rapporte le journal de Rome Il Messagero.

Giuseppe Fanara, 60 ans, purge depuis neuf ans une peine de réclusion à vie dans la prison romaine de Rebibbia, sous le régime spécial de l’article «41 bis» du code pénal italien réservé aux mafieux.

Selon les informations du Messagero, le détenu a agressé en juin dernier sept policiers de la prison venus faire un contrôle dans sa cellule.

Au cours d’un corps à corps, sur le sol même de sa cellule, il a donné un coup de poing au visage d’un agent puis a mordu le petit doigt de sa main gauche. Le doigt n’a pas été retrouvé, ce qui a fait conclure à un procureur de Rome que le malfrat l’avait mangé, ajoute le journal.

À la suite de cet acte, le prisonnier se serait jeté sur les six autres collègues de l’agent en servant d’un manche à balai comme arme. «Je vous trancherai la gorge comme des porcs», aurait-il hurlé l’homme ensuite tranféré dans la prison de haute sécurité de Sassari en Sardaigne.

Un tableau de Frans Hals volé pour la troisième fois 

Arts et spectacles

Un tableau de Frans Hals volé pour la troisième fois 

Agence France-Presse
LA HAYE — Un tableau du grand maître de l’âge d’or de la peinture néerlandaise Frans Hals, Deux jeunes garçons riants, a été volé mercredi à l’aube, pour la troisième fois, dans un musée de la ville de Leerdam, aux Pays-Bas, a annoncé jeudi la police.

Le tableau, qui représente deux jeunes garçons riants avec une bouteille de bière, a été dérobé au cours des premières heures de la matinée au musée Hofje van Mevrouw van Aerden de Leerdam, à 60 km au sud d’Amsterdam. Il avait déjà été volé dans ce même musée en 2011 et 1988 avant d’être retrouvé respectivement six mois et trois ans plus tard.

À Rome, le dernier <em>Cinema Paradiso</em> du porno

Cinéma

À Rome, le dernier Cinema Paradiso du porno

Hervé Bar
Agence France-Presse
ROME — Il a survécu à la pornographie accessible à tous sur internet, mais résistera-t-il à la COVID? Le dernier cinéma porno de Rome, l’Ambasciatori, continue contre vents et marées à projeter ses films «sexy» des années 80, pour le plus grand plaisir de ses clients.

À deux pas du ministère des Finances, dans un quartier résidentiel proche de la gare centrale, «Les Ambassadeurs» se repère par une banale enseigne Ciné sur la façade d’un immeuble cossu du début XXème siècle.

Un accroc au dogme force un prêtre américain à refaire son baptême, sa communion et son ordination

Insolite

Un accroc au dogme force un prêtre américain à refaire son baptême, sa communion et son ordination

Agence France-Presse
CITÉ DU VATICAN — Un jeune prêtre américain du Michigan, dans le nord des États-Unis, s’est fait rebaptiser à la hâte, après avoir lu une récente «note doctrinale» du Vatican rappelant la formulation impérative de ce sacrement.

À son grand désespoir, le père Matthew Hood s’est rendu compte en visionnant une vidéo familiale que son baptême n’avait pas été conforme au dogme, raconte son archevêché de Detroit sur son site Internet.

Il vient d’être à nouveau baptisé avec la formule liturgique valide, mais il a aussi été obligé de refaire sa communion et son ordination de prêtre.

Dans une «note doctrinale» parue le 6 août, le Vatican avait fait un rappel sur le vocabulaire précis à utiliser au moment d’un baptême, face à de récentes variantes dans lesquelles liberté est prise d’évoquer la présence de la famille.

Un officiant doit obligatoirement dire : «Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit». Car il agit en tant que représentant du Christ.

Toute formulation avec un «nous», visant à inclure des personnes assistant à la cérémonie, rend le sacrement «invalide», selon la Congrégation pour la doctrine de la foi (gardienne de la foi héritière de l’Inquisition romaine).

À proscrire par exemple : «Au nom du papa et de la maman, du parrain et de la marraine, des grands-parents, des membres de la famille, des amis, au nom de la communauté, nous te baptisons».

Le pape en personne a tranché cet été, estimant que les personnes déjà baptisées avec de telles formules erronées devaient être rebaptisées «de manière absolue», c’est-à-dire en refaisant le rite en conformité avec les normes établies par l’Église.

Le diacre américain, aujourd’hui à la retraite, qui avait baptisé de manière non conforme le petit Matthew Hood, avait dit «nous te baptisons», une formulation d’ailleurs reproduite pendant des années.

Le père Matthew Hood avait été ordonné prêtre en 2017 et avait à ce titre multiplié depuis mariages et confessions.

Dans un questions-réponses très exhaustif, le verdict de l’archevêque du Michigan, Mgr Allen Vigneron, est sans appel : ces mariages et ces confessions ne sont pas valides.

Il recommande donc aux croyants de confesser de nouveau leurs plus graves péchés des dernières années.

Et il précise aux époux que leur union non conforme n’est pas «un péché», mais qu’ils doivent se rapprocher de leur prêtre pour étudier leur statut marital.

Paradoxalement, tous les baptêmes que le père Hood a pu célébrer ne posent aucun problème à l’Église, car un baptême ne requiert pas obligatoirement la présence d’un prêtre.

Chili: un agresseur sexuel pris en flagrant délit sur Tik Tok

Insolite

Chili: un agresseur sexuel pris en flagrant délit sur Tik Tok

Agence France-Presse
SANTIAGO DU CHILI — La police chilienne a annoncé jeudi l’arrestation d’un homme de 61 ans accusé d’avoir agressé sexuellement une jeune fille de 14 ans dans une affaire qui a été révélée grâce à une vidéo sur le réseau social Tik Tok.  

La vidéo, postée mi-juillet sur le réseau social chinois, montre au premier plan la sœur de la jeune fille en train de danser au centre de la pièce.  

Dans un mouvement de caméra, on aperçoit alors le suspect allongé sur un lit à côté de la victime. Puis en arrière-plan est filmé le moment où le sexagénaire agresse l’adolescente.  

«Cette vidéo apparaît sur les réseaux sociaux immédiatement après son enregistrement. C’est un contexte familial […] la sœur de la victime enregistre la vidéo et la télécharge sur les réseaux sociaux», a expliqué à la presse Francisco Ceballos, de la police judiciaire.  

L’homme détenu est le compagnon de la grand-mère maternelle de la victime. Il a été interpellé mercredi soir, lorsque la vidéo, entre temps devenue virale, a suscité une vague de critiques sur les réseaux sociaux.  

Le père de la victime avait porté plainte quelques jours après l’enregistrement de la vidéo. Le parquet a ordonné mardi l’arrestation du suspect.  

TikTok est particulièrement plébiscité par les plus jeunes grâce à ses vidéos autour de l’humour, de la danse et de la musique.  

La Chine défend une méga-fête techno à Wuhan

Insolite

La Chine défend une méga-fête techno à Wuhan

PÉKIN — La Chine a défendu jeudi l’organisation d’une méga-fête techno dans un parc aquatique bondé de Wuhan, épicentre de la COVID-19, saluant une «victoire» contre le coronavirus après la diffusion virale d’images de l’événement sur Internet.

Des photos et vidéos de l’AFP montrant des centaines de baigneurs en maillot de bain, dansant côte à côte au son d’une musique électronique et sans masque, ont été très partagées sur les réseaux sociaux.

La Chine est le premier pays à avoir recensé des cas de COVID-19 fin 2019 à Wuhan (centre). Mais l’épidémie a depuis été endiguée dans le pays, grâce à de stricts confinements, au port généralisé du masque et au suivi des contacts.

Aucun mort n’est ainsi à déplorer depuis mi-mai.

Les images du parc aquatique Maya Beach, prises le week-end dernier, ont toutefois suscité l’incompréhension ou l’étonnement d’une partie des internautes en Europe ou aux États-Unis, où le coronavirus continue de faire de nombreuses victimes.

La vidéo de l’AFP a accumulé plus de 16 millions de vues depuis sa diffusion.

+

Pour frauder, un New-Yorkais invente des salariés aux noms de célébrités

Insolite

Pour frauder, un New-Yorkais invente des salariés aux noms de célébrités

Agence France-Presse
WASHINGTON — Un New-Yorkais a été interpellé mardi pour avoir utilisé l’identité de 90 stars pour s’inventer des salariés et récupérer trois millions $US d’aide aux petites entreprises, avec lesquels il s’est acheté, entre autres, une Mercedes et une Rolex.

Cet homme de 24 ans avait effectivement une société, mais celle-ci n’employait que 14 personnes, selon un communiqué du département de la Justice.

Pour augmenter ses effectifs, et toucher plus de sous versés par le gouvernement américain dans le cadre du plan de soutien à l’économie pendant la pandémie, il a utilisé l’identité de 90 acteurs, sportifs et personnalités publiques : un présentateur de la célèbre émission de télévision Good Morning America, un ancien joueur de la National Football League, ou encore un entraîneur, aujourd’hui décédé, de l’équipe de football de Penn State University — université dont l’accusé est par ailleurs diplômé.

Il a ainsi fait des demandes de prêts à hauteur de sept millions $US, dont 3,7 millions ont été acceptés et 2,8 millions effectivement versés.

Avec cet argent, il a loué un appartement luxueux à 17 000 $US par mois, s’est offert une Mercedes à 80 000 $US, et une montre Rolex en or 18 carats à 40 000 $US.

Il a également dépensé 37 000 $US chez les maisons de luxe Louis Vuitton, Chanel, Burberry, Gucci, Christian Louboutin, et Yves Saint-Laurent, et a transféré 880 000 $US sur des comptes à Taiwan, au Royaume-Uni, en Corée du Sud et à Singapour.

Ce Taïwanais, qui était arrivé aux États-Unis avec un visa étudiant et se surnomme le «serial entrepreneur» («entrepreneur en série»), doit être présenté à un juge dans la journée.

Ces prêts ont été mis en place par le gouvernement fédéral pour aider les PME à continuer à payer leurs salariés malgré la crise de la COVID-19, et peuvent ensuite être transformés en subvention.

Début août, un habitant du Texas avait été arrêté pour une fraude similaire, avec laquelle il s’était également offert une Rolex, mais aussi une Lamborghini à 200 000 $US.

La musaraigne-éléphant de Somalie, une espèce pas si perdue

Insolite

La musaraigne-éléphant de Somalie, une espèce pas si perdue

Agence France-Presse
PARIS - Depuis un demi-siècle, beaucoup croyaient la musaraigne-éléphant de Somalie perdue. Mais le petit mammifère au nez en forme de trompe vivait tranquillement à l’écart des Hommes dans des zones rocailleuses de la Corne de l’Afrique, ont annoncé des scientifiques mardi.

Entre 1891 et 1973, des expéditions zoologiques avaient collecté quelques dizaines de spécimens du sengi de Somalie, une des espèces de musaraignes-éléphants (ou rat à trompe) répertoriées en Afrique. Des spécimens, conservés dans divers muséums d’histoire naturelle, qui étaient jusqu’alors les seules sources scientifiques d’information sur l’animal.

Après 1973, plus rien. L’ONG Global Wildlife Conservation avait même inscrit sur sa liste des «25 espèces perdues les plus recherchées» le petit insectivore de la taille d’une souris qui peut courir à près de 30km/h.

Début 2019, Galen Rathburn, spécialiste mondial de la musaraigne-éléphant, et d’autres scientifiques installent plus de 1.250 pièges garnis de beurre de cacahuète, de flocons d’avoine et d’extrait de levure dans 12 localités de Djibouti.

Ils sont persuadés qu’un sengi vit dans ce pays.

«Lors de nos entretiens, la population nomade et pastorale nous a dit qu’elle voyait des sengis régulièrement», explique à l’AFP Houssein Rayaleh, naturaliste de l’association Djibouti Nature et membre de l’expédition. «J’avais moi-même déjà observé des sengis».

Mais personne ne sait de quelle espèce il s’agit.

«Alors quand nous avons ouvert le premier piège, et que Galen Rathburn, décédé quelques mois plus tard, a vu la mignonne petite queue avec une touffe au bout, il m’a regardé et m’a dit: "Je ne peux pas y croire, je n’en ai jamais vu un de ma vie!"», raconte à l’AFP Steven Heritage, du Centre des lémuriens de l’université américaine de Duke.

La preuve est désormais faite que «le sengi de Somalie existe encore», conclut l’étude publiée mardi dans la revue PeerJ. Et qu’il n’est pas endémique de Somalie, mais vit aussi à Djibouti, et peut-être au-delà dans la Corne de l’Afrique.

Douze spécimens du mammifère au pelage brun, au long nez et aux yeux cerclés de blanc ont été récoltés.

L’équipe, qui veut organiser une nouvelle expédition pour en apprendre plus sur l’espèce, n’est pas capable d’estimer le nombre d’individus.

Mais les preuves de vie dans cette zone frontalière de l’Éthiopie et de la Somalie, «suggèrent fortement que le sengi de Somalie est un habitant des trois pays».

En outre, dans cette région aride et hostile, «son habitat n’est pas menacé par l’agriculture ou le développement humain», explique Steven Heritage.

Alors l’étude recommande que l’espèce soit classée dans la catégorie «préoccupation mineure» de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui disposait alors de «données insuffisantes» pour la caractériser.

«Généralement, quand une espèce est redécouverte, on trouve simplement un ou deux individus, et nous devons agir rapidement pour essayer d’empêcher leur imminente extinction», a commenté dans un communiqué Robin Moore, de Global Wildlife Conservation, y voyant un «espoir» pour d’autres.

Après la redécouverte ces dernières années du chevrotain à dos argenté au Vietnam ou de l’abeille géante de Wallace en Indonésie, il reste 20 espèces animales ou végétales sur la liste des 25 espèces les plus recherchées.

Une marque de serviettes hygiéniques commanditaire d’un club de cricket en Inde [VIDÉO]

Insolite

Une marque de serviettes hygiéniques commanditaire d’un club de cricket en Inde [VIDÉO]

Agence France-Presse
NEW DELHI - Une marque de serviettes hygiéniques indienne va sponsoriser l’un des huit clubs du championnat de cricket national, une compétition très suivie, dans une volonté de s’attaquer aux nombreux tabous autour de la menstruation en Inde.

Le logo de la société Niine figurera au dos du maillot des joueurs des Rajasthan Royals, formation basée à Jaipur, à l’occasion de l’édition 2020 de l’Indian Premier League (IPL). Le tournoi commence le 19 septembre et se déroule exceptionnellement cette année aux Émirats arabes unis en raison de la pandémie de coronavirus.

Les règles sont souvent considérées comme impures dans la société indienne, conservatrice et patriarcale. Dans certaines régions, particulièrement rurales, les femmes en période de menstruation doivent se placer à l’isolement et ne peuvent pas entrer dans les temples.

«Le cricket est indubitablement le sport le plus suivi du pays et offre la plateforme parfaite pour parler de santé et inciter la société à changer», ont déclaré les Rajasthan Royals dans un communiqué publié samedi.

«Les Rajasthan Royals sont appelés à devenir l’intermédiaire qui aidera à éduquer les hommes au cours de la saison 2020 de l’IPL en participant non seulement à la sensibilisation, mais aussi à la compréhension à une grande échelle», poursuit le texte.

Une porte-parole de l’équipe a indiqué à l’AFP que Niine payait pour ce commandite, mais a refusé de donner détails financiers.

+

Pour sauver sa femme, un Australien frappe un requin à coups de poing

Insolite

Pour sauver sa femme, un Australien frappe un requin à coups de poing

Agence France-Presse
SYDNEY — Un Australien est devenu un «héros» après avoir asséné des coups de poing à un requin jusqu’à ce qu’il libère enfin la jambe de son épouse.

Le couple surfait samedi matin sur une plage de Port Macquarie, à quatre heures au nord de Sydney quand le squale a mordu la femme à plusieurs reprises, la blessant à la jambe droite, selon la police.

«Son compagnon a été contraint de le frapper à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il lâche», a expliqué la police dans un communiqué.

Les services de secours ont prodigué sur la plage les premiers soins à cette surfeuse de 35 ans qui a ensuite été acheminée par voie aérienne dans un grand hôpital afin qu’elle subisse une intervention chirurgicale.

Un témoin, qui surfait non loin quand l’attaque s’est produite, a qualifié cet homme de «héros» pour avoir eu le courage d’affronter ce requin blanc qui mesurerait jusqu’à trois mètres de long.

«Il a commencé à s’attaquer au requin qui ne voulait pas lâcher, a affirmé Jed Toohey au Daily Telegraph.

«Il lui a sauvé la vie... il était vraiment incroyable».

L’époux de la trentenaire, Mark Rapley, a tenu à minimiser ses exploits, affirmant au quotidien  qu’il «avait fait ce que n’importe qui aurait fait à ce moment-là».

À l'aéroport de Francfort, une chienne des douanes renifle quasiment 400 000 $

Insolite

À l'aéroport de Francfort, une chienne des douanes renifle quasiment 400 000 $

Agence France-Presse
FRANCFORT — «L’argent n’a pas d’odeur», dit le dicton. Mais Aki, la chienne renifleuse de l’aéroport de Francfort, s’en moque, son museau ayant détecté en quelques jours un quart de million d’euros (environ 400 000 $) dans les affaires de passagers.

Entre la fin juin et début juillet, une douzaine de voyageurs considérés comme suspects ont été reniflés par ce berger belge malinois de 9 ans, permettant une saisie totale de 247 280 euros  (386 739 $) d’argent liquide non déclaré qu’ils transportaient avec eux, a indiqué mercredi le bureau des douanes du premier aéroport d’Allemagne.

L’argent se trouvait dans des sacs à main, des sacs à bandoulière et des poches intérieures de veste, entre autres.

La chienne entraînée à ne renifler que de l’argent liquide a notamment détecté près de 52 000 euros (81 283 $) dans une pochette ventrale d’un passager.

Les voyageurs vers des pays tiers sont normalement tenus de déclarer des espèces de 10 000 euros (15 632 $ )ou plus détenues sur eux lors de leur entrée ou leur sortie de l’Union européenne.

Ainsi, une amende a été infligée à cette douzaine de passagers s’apprêtant tous à quitter l’UE et qui n’avaient pas de déclaration à montrer en bonne et due forme.

Un «sculpteur d’arômes» français a reconstitué l'odeur... de la lune

Insolite

Un «sculpteur d’arômes» français a reconstitué l'odeur... de la lune

Marisol Rifai
Agence France-Presse
MONTÉGUT-LAURAGAIS — Il n’a jamais revêtu de scaphandre ni été dans l’espace. Mais dans son laboratoire aux mille flacons dans le sud-ouest de la France, le «sculpteur d’arômes» Michaël Moisseeff a reconstitué l’odeur... de la Lune.

Chemise fleurie et cheveux blancs attachés en arrière, ce généticien de formation de 66 ans a consacré sa vie à décortiquer les mystères de l’odorat et à produire, à partir de molécules, toutes sortes de senteurs, fragrances et émanations.

«Pour récréer l’odeur d’un sous-bois par exemple, il faut d’abord s’y rendre. Est-ce qu’il y a de la mousse ? Du lichen ? De l’humidité ? Je fais un inventaire et rassemble mes éléments comme un peintre avec sa palette de couleurs, puis travaille sur les proportions pour essayer au maximum d’être dans la finesse», explique l’aromaticien.

Mais pour la Lune, la Cité de l’espace à Toulouse à l’origine du projet, «n’a pas voulu me payer le voyage», plaisante M. Moisseeff dans sa maison transformée en musée aux mille et une effluves.

Seule opportunité pour ce «sculpteur d’arômes», comme il se définit, le recours aux descriptions faites par différents astronautes ayant marché sur la Lune, notamment Neil Armstrong.

«Faute d’oxygène sur la Lune, il ne pouvait évidemment rien sentir, mais une fois de retour dans le module, l’odeur de la poussière accrochée à son scaphandre lui a rappelé la poudre noire brûlée des vieux [fusils] six coups», dit-il.

Notes carbonées et soufrées

Comment la reproduire? M. Moisseeff décide de faire lui-même exploser, dans ses propres casseroles, de la poudre noire. Après plusieurs tentatives avortées et autant de frayeurs, il réussit à en «capturer» un dépôt brûlé.

Puis, une fois l’odeur recherchée en tête, cet alchimiste des temps modernes a rassemblé plusieurs éléments dans son laboratoire, pour un résultat aux notes métalliques, carbonées et soufrées qui titillent les narines et l’imagination.

«Cette odeur énigmatique reproduite à partir des descriptions de certains astronautes évoque des senteurs connues comme la poudre à canon et la cendre de cheminée, mais cela ne veut pas dire qu’on en trouve sur la Lune», tempère Xavier Penot, médiateur scientifique à la Cité de l’espace et à l’origine de l’idée.

Les nez de plus d’un million de visiteurs s’y sont frottés à la Cité de l’espace de Toulouse, le leader européen de la diffusion de la culture spatiale et astronomique auprès du grand public, à l’occasion de plusieurs expositions en 2009 et 2019.

«Sensation individuelle»

«Une odeur, c’est quand une molécule rencontre un capteur au niveau de votre muqueuse olfactive, générant un signal qui va provoquer une sensation chez vous», souligne M. Moisseeff.

«Et cette sensation est absolument individuelle, en fonction de la génétique et du vécu de chacun», ajoute-t-il, précisant que l’être humain possède environ 260 capteurs d’odeurs.

Ce Parisien d’origine, qui a décidé il y a une quarantaine d’années de poser ses valises dans le Sud-Ouest pour que sa fille «grandisse loin de la pollution», travaille depuis sans relâche au développement de la culture olfactive auprès du grand public.

«Les odeurs c’est comme en musique, il faut faire ses gammes tout le temps», soutient-il.

Le nez toujours en action, cet «artiste scientifique» conçoit depuis des années des installations et des expériences odorantes dans des cabines téléphoniques, des villages entiers ou des salles de spectacles à la demande de musées, d’associations ou d’entreprises et anime des formations et ateliers de «dégustations d’odeurs».

Son prochain défi? «Reconstituer l’odeur de la Joconde», c’est-à-dire un parfum de l’époque de la Renaissance, «un travail minutieux d’enquête et recherche historique», confie-t-il avec excitation.

Un fugitif arrêté aux États-Unis après 46 ans de cavale 

Insolite

Un fugitif arrêté aux États-Unis après 46 ans de cavale 

WASHINGTON — «Le FBI vous trouvera, peu importe le temps que cela prendra ou jusqu’où vous fuirez»: un fugitif a été arrêté aux États-Unis après 46 ans de cavale.

Richard Nixon était empêtré dans le scandale du Watergate, et Paul Newman et Steve McQueen se partageaient l’affiche du film «La Tour infernale» lorsque Luis Archuleta s’est échappé d’une prison de l’État du Colorado, en 1974.

Le fugitif, désormais âgé de 77 ans, a été arrêté mercredi par la police fédérale américaine (FBI) dans le Nouveau-Mexique, où il résidait depuis une quarantaine d’années sous une fausse identité, Ramon Montoya.

«Cette arrestation doit envoyer un signal fort à tous les violents criminels: le FBI vous trouvera, peu importe le temps que cela prendra ou jusqu’où vous fuirez, et vous conduira devant la justice», a déclaré l’agent spécial Michael Schneider, du bureau du FBI de Denver.

Luis Archuleta avait été emprisonné pour avoir tiré en 1973, sans le tuer, sur un policier de la capitale du Colorado, où il va être renvoyé afin d’y être jugé.

«Le temps passé n’excuse pas et n’efface pas ses crimes», a commenté le chef de la police de Denver Paul Pazen dans un communiqué du FBI n’expliquant pas ce qui a permis de conduire à l’arrestation du septuagénaire.

Un Américain se donne pour mission d’assister à un match de baseball majeur

Insolite

Un Américain se donne pour mission d’assister à un match de baseball majeur

James McCarten
La Presse Canadienne
WASHINGTON - Hayden Bluth n’est que l’un des 41 313 - au moins - partisans de la région de Washington qui n’ont pas été admis au Nationals Park, lundi. Mais il est le seul à s’y être présenté.

Bluth, un partisan des Mets de New York de la banlieue d’Arlington, en Virginie, est au coeur de cette manifestation d’une personne à l’extérieur du domicile des champions de la Série mondiale, qui affrontaient de nouveau les Blue Jays de Toronto, mardi soir, après leur revers de 4-1 subi la veille. Les Torontois ont de nouveau eu le dessus, 5-1. 

Lors de chacun des quatre derniers matchs, Bluth s’est livré à une longue veillée en solitaire, criant «Vendez-moi des billets», en plus de porter une pancarte avec la même phrase écrite à la main. Pendant ce temps, les matchs sont joués dans ce stade en plein air devant plus de 41 000 sièges abandonnés. Les sons du match, y compris les sons de foules préenregistrés, sont audibles de la rue.

«Nous sommes à l’extérieur présentement et je veux bien mettre mon masque», a déclaré Bluth, son couvre-visage dans ses poches, compte tenu de l’absence de gens autour par temps torride de 35 degrés Celsius.

«Je suis prêt à mettre mon masque et m’asseoir au deuxième ou troisième balcon, à distance sécuritaire des autres partisans. Je ne vois pas pourquoi c’est moins sécuritaire de se rendre au stade qu’au restaurant de l’autre côté de la rue.»

En octobre dernier, les Nationals étaient au centre de l’univers baseball, remportant la Série mondiale en sept matchs. Neuf mois plus tard, les tableaux demandent toujours aux gens de «faire du bruit», même s’il n’y a personne dans l’enceinte et que les fausses balles et circuits ricochent bruyamment sur les sièges inoccupés.

Bluth écoute les matchs sur son téléphone, mais la diffusion est différée d’au moins 30 secondes, si bien qu’il voit parfois une partie de l’action sur l’écran géant, partiellement visible de la rue, bien avant d’entendre le jeu dans ses écouteurs-boutons.

Si l’homme est au courant des statistiques et du nombre de décès aux États-Unis, il souhaite seulement exprimer son point de vue.

«Je ne veux pas avoir l’air insensible de quelque façon que ce soit, mais le monde continuera de tourner et nous devons vivre de façon sécuritaire», a-t-il souligné, en donnant pour exemple le cas d’Eric Sugarman, le responsable du contrôle des infections chez les Vikings du Minnesota.

Sugarman a confirmé lundi que plusieurs membres de sa famille et lui-même ont contracté la COVID-19. Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, a depuis annulé tout le calendrier préparatoire de la ligue.

«Tandis que je respecte ici la quarantaine, il est clair que le virus ne fait aucune discrimination, a déclaré Sugarman par communiqué. On doit continuer de le prendre au sérieux. J’encourage les gens à prendre les précautions nécessaires et de respecter les règles mises de l’avant par les autorités locales et nationales.»

Pour Bluth, il s’agit d’un signe clair que nous devons cessez d’éviter la menace.

«Si ceux qui tentent de nous protéger ne peuvent se protéger eux-mêmes, il est temps d’admettre que le virus n’est qu’un virus et que nous devons en tenir compte, mais vivre notre vie de la meilleure façon possible.»

Lundi, l’ouverture locale des Marlins de Miami a été reportée en raison d’une éclosion de cas au sein de l’équipe. Le match entre les Yankees de New York et les Phillies de Philadelphie a aussi été reporté: les Yankees devaient utiliser le vestiaire que venaient de quitter les Marlins au Citizens Bank Park.

Pour le gérant des Blue Jays de Toronto, Charlie Montoyo, plusieurs défis demeurent à être relevés. Particulièrement le mois prochain, alors que les Jays doivent accueillir les Marlins au Sahlen Field de Buffalo. Les Torontois ont aussi deux autres séries à jouer contre les Rays de Tampa Bay, une en Floride, l’autre à Buffalo, en plus de devoir rendre visite aux Marlins en septembre.

Selon lui, ce qui est arrivé aux Marlins «pourrait arriver à n’importe quelle équipe».

«Du moment où nous avons quitté le Canada, il y avait des inquiétudes. On doit suivre les protocoles, a dit Montoyo. Ce ne sera pas facile.»

Un Norvégien bat un record du monde en chantant du Elvis pendant 50 heures

Insolite

Un Norvégien bat un record du monde en chantant du Elvis pendant 50 heures

Agence France-Presse
OSLO — Un imitateur norvégien d’Elvis Presley a battu samedi matin à Oslo un record du monde en chantant des titres du «King» pendant plus de 50 heures, lors d’un marathon musical diffusé en direct sur internet.

En 50 heures, 50 minutes et 50 secondes, «Kjell Elvis», nom de scène de Kjell Henning Bjornestad, a pulvérisé de plus de sept heures le précédent record homologué par le Guinness des records. Celui-ci était détenu depuis 16 ans par un Allemand, Thomas «Curtis» Gäthje.

«Je ne le referai plus jamais», a déclaré à la télévision norvégienne NRK le sosie de la star américaine au terme de sa prestation vers 10 h 50. Il avait commencé à chanter jeudi matin à 8h locales dans un bar du centre d’Oslo, en tenue complète d’Elvis.

Selon son manager, il a été recommandé à l’artiste de ne pas forcer sur le café pour traverser notamment deux nuits entières. Smoothies, fruits et barres énergétiques lui ont permis de tenir la distance et de préserver sa voix, un peu éraillée dans les dernières heures.

Bjornestad, 52 ans, avait déjà reçu l’attention des médias internationaux en battant deux fois le record, la dernière fois en 2003 — un marathon de 26 heures à l’époque.

L’artiste avait lancé un appel aux dons sur la page internet de l’événement destiné en partie à la construction d’hôpitaux en Birmanie.

Un Floridien sort son pistolet plutôt que de mettre un masque

Insolite

Un Floridien sort son pistolet plutôt que de mettre un masque

Agence France-Presse
MIAMI — Un Floridien de 28 ans a été arrêté pour avoir braqué son pistolet sur un homme qui lui demandait de bien vouloir porter un masque dans un magasin à Palm Beach, a annoncé la police jeudi.

Alors qu’il faisait des courses chez Walmart, Vincent Scavetta n’a pas apprécié qu’un autre client lui demande de mettre un masque de protection contre le coronavirus. Il a refusé, une altercation verbale s’en est suivie et Scavetta a sorti son pistolet et l’a braqué sur son interlocuteur.

Il a été arrêté pour agression aggravée avec une arme létale et exhibition inappropriée d’une arme, selon le bureau du shérif de Palm Beach, qui a diffusé l’affaire sur Twitter.

Trump dit avoir excellé dans un test cognitif, met au défi Biden de le passer

Insolite

Trump dit avoir excellé dans un test cognitif, met au défi Biden de le passer

Agence France-Presse
WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a révélé des détails d’un test cognitif dans lequel il a selon lui «excellé», comprenant une épreuve de mémoire qui selon lui a montré qu’il avait «l’endurance mentale» nécessaire pour diriger les États-Unis.

Révélant mercredi à la chaîne Fox TV des détails du test, il a mis au défi son rival à la présidentielle de novembre Joe Biden, face auquel il est en difficulté croissante dans les sondages, de le passer.

«Les dernières questions sont beaucoup plus difficiles», a-t-il dit dans l’interview, au cours de laquelle il a mis en doute à plusieurs reprises les capacités mentales du candidat démocrate.

Donald Trump a indiqué que le test comprenait par exemple «une question de mémoire». «Ils vous disent de répéter des mots: personne, femme, homme, caméra, télé. J’ai dit: "Oui, c’est personne, femme, homme, caméra, télé"».

«Puis dix, quinze, vingt minutes plus tard, ils vous disent: "Vous vous souvenez de cette première question? Répétez."»

«Et vous y allez: personne, femme, homme, caméra, télé».

«Et ils disent: c’est formidable, comment avez-vous fait cela?»

«Je le fais parce que j’ai une bonne mémoire», a ajouté Donald Trump. «Parce que je suis là, cognitivement».

M. Trump, âgé de 74 ans, a mis au défi Joe Biden, 77 ans, de passer ce test.

«Vous avez besoin d’endurance physique», a-t-il dit. «Vous avez besoin d’endurance mentale [...] vous devez être vif. Le président Xi est vif, le président Poutine est vif, Erdogan est vif».

L’interview a rapidement été tournée en ridicule sur les réseaux sociaux.

«Sérieusement, je n’arrive pas à maintenir la cadence», a tweeté l’humoriste Sarah Cooper, devenue célèbre avec des parodies de Donald Trump.

Elle avait déjà refait  une interview récente du président sur Fox News, dans laquelle il expliquait avoir «cartonné» dans un test cognitif, montrant la preuve de sa réussite au test: une page d’un livre de coloriage.

C’est mathématique: impossible de manger plus de 84 hot dogs en 10 minutes

Insolite

C’est mathématique: impossible de manger plus de 84 hot dogs en 10 minutes

Agence France-Presse
PARIS - Les champions du gobage de hot dogs connaîtront désormais les limites: un humain ne peut en avaler plus de 84 en 10 minutes, selon une étude qui a passé au crible des modélisations mathématiques le traditionnel concours américain Nathan’s.

Un professeur de physiologie, spécialiste des performances sportives, s’est demandé un jour si les modèles élaborés pour les compétitions d’athlétisme pouvaient aussi s’appliquer à la compétition d’ingestion de hot dogs, organisée chaque année depuis plus de 100 ans à New York.

Et si un intestin pouvait s’entraîner, comme on entraîne ses muscles.

Le chercheur a donc récupéré les données du «Nathan’s Famous Hot Dog Eating Contest» - dont il est fan - sur 39 ans pour les soumettre à un programme statistique, et utilisé des équations, afin de «voir si un schéma pouvait expliquer comment la performance alimentaire avait considérablement progressé», a expliqué à l’AFP le Pr James Smoliga, auteur de l’étude parue dans la revue Biology Letters.

«Les records se sont améliorés de près de 700% au fil des ans, ce qui est énorme comparé à n’importe quel évènement sportif !», a commenté ce chercheur à l’Université High Point aux États-Unis.

En combinant les résultats de ces équations avec les connaissances sur la plasticité intestinale humaine, il a réussi à calculer le taux maximum de consommation: 84 hot dogs en 10 minutes.

C’est dix de plus que le record actuel détenu par le «mangeur professionnel» américain Joey Chestnut (plus de 21.000 calories).

La modélisation des performances sur 5 ans montre en outre que le taux maximal de consommation de «matière fraîche» augmente au fil des ans chez les compétiteurs, à mesure qu’ils s’entraînent.

Pour faciliter l’ingestion, les candidats trempent par ailleurs le pain brioché dans l’eau pour le ramollir, et se contorsionnent pour améliorer leur transit.

«On peut voir ces candidats comme un symbole de gloutonnerie, mais en réalité le fonctionnement de leur système digestif est différent, ce qui est clairement lié à leur entraînement- même s’il est possible qu’ils possèdent une capacité physiologique inhérente», selon le Pr Smoliga.

Cet exploit intestinal n’est en tout cas pas à la portée de tous et «il est peu probable qu’une personne +normale+ soit capable de manger plus de 10» de ces sandwichs à la saucisse en 10 minutes, dit l’étude.

En Norvège, les croque-morts se tournent vers l’État pour survivre

Insolite

En Norvège, les croque-morts se tournent vers l’État pour survivre

Pierre-Henry Deshayes
Agence France-Presse
OSLO - Si la pandémie de nouveau coronavirus a beaucoup tué sur la planète, elle a laissé certains croque-morts désoeuvrés en Norvège, les contraignant à se tourner vers l’État pour rester en vie.

Recul de la mortalité, cérémonies funéraires annulées... Pâtissant du succès du pays à endiguer la COVID-19, une demi-douzaine d’entreprises norvégiennes de pompes funèbres ont récemment recouru aux aides publiques visant à maintenir l’économie à flot, montrent des registres publics.

Dans la famille Lande, où l’on accompagne les morts vers leur dernière demeure de père en fils depuis trois générations, on n’avait jamais vu ça.

«Quand les mesures contre le coronavirus sont arrivées, il s’est avéré qu’elles ont eu la peau pas seulement du coronavirus, mais aussi celle d’autres virus,», explique à l’AFP Erik Lande, aujourd’hui à la tête de l’entreprise familiale dans le sud du royaume.

«Si bien qu’une partie des anciens et des malades qui seraient morts en temps normal se sont volatilisés», ajoute-t-il.

D’une grosse trentaine par mois normalement, le nombre de mises en bière est tombé, selon lui, à moins de dix dans les semaines qui ont suivi la mise en place d’un régime de semi-confinement. Et pas une seule à cause de la COVID-19.

Pour payer les coûts fixes tels que loyer et assurances, Landes begravelsesbyrå a reçu près de 32 000 couronnes (près de 4700 $CAN) d’argent public.

Fermeture des écoles, des bars et de nombreux espaces publics, interdiction des rassemblements sportifs et culturels, coup de frein sur les voyages avec l’étranger: la Norvège avait dévoilé le 12 mars les mesures «les plus intrusives» qu’elle ait jamais connues en temps de paix, de l’aveu même du gouvernement.

Aujourd’hui quasiment toutes levées, ces dispositions ont permis de juguler l’épidémie contrairement à la Suède voisine, qui s’est distinguée par une approche nettement plus souple et où le virus reste vivace.

Lumière au bout du tunnel

Sur les quelque 573 000 morts recensés dans le monde à cause de la maladie, seuls 253 ont été enregistrés sur le sol norvégien. Le royaume de 5,4 millions d’habitants ne compte plus aucun malade de la COVID-19 en soins intensifs et seule une poignée de personnes reste hospitalisée.

Grâce, vraisemblablement, à l’isolement des personnes âgées et au respect des gestes barrières, la mortalité semble même avoir décliné: la Norvège a par exemple déploré environ 6% de morts en moins en mai qu’un an plus tôt, et 13% en juin.

À Oslo, Verd Begravelsesbyrå a touché près de 37.000 couronnes d’aides publiques après avoir vu son activité s’effondrer, non pas du fait d’une baisse du nombre d’obsèques, mais parce que celles-ci ont pris un autre format.

«Avec l’irruption du coronavirus, beaucoup de clients ont renoncé à la cérémonie», souligne le directeur général, Henrik Tveter, qui précise que celle-ci représente «60 à 70%» du prix de funérailles.

Par choix, pour éviter les contaminations, mais aussi parce que le nombre maximal de participants a longtemps été strictement limité par les autorités et que certaines chapelles sont trop petites pour assurer la distanciation physique.

À Ålesund (ouest), Alfa Begravelsesbyrå a, un temps, mis ses cinq employés au chômage partiel et s’est elle aussi tournée vers l’État après une chute de 70% de son chiffre d’affaires entre mars et mai.

Mais, comme ses confrères qui font tous état d’une normalisation avec la réouverture du pays, le propriétaire Odd Sverre Øie dit voir la lumière au bout du tunnel.

«On sait que, vu la pyramide des âges, un certain nombre de personnes vont mourir en Norvège cette année», dit-il. «De sorte qu’on va sans doute se rattraper à l’automne quand la grippe et d’autres maladies de ce genre vont faire leur réapparition.»

L’énigme d’une momie sortie de l’imaginaire de Tintin suscite une bisbille

Arts

L’énigme d’une momie sortie de l’imaginaire de Tintin suscite une bisbille

Matthieu Demeestere
Agence France-Presse
BRUXELLES — Tintin et son univers sont un excellent produit d’appel pour attirer les visiteurs. En Belgique, un musée et un zoo affirment chacun posséder la momie amérindienne ayant inspiré à Hergé son Rascar Capac, héros effrayant de l’album Les 7 boules de cristal.

Le Musée Art et Histoire (MAH) de Bruxelles dit avoir reçu «régulièrement» la visite du créateur belge de Tintin (1907-1983) et expose de nombreux objets reproduits dans ses albums. Cette institution du paysage culturel belge pensait avoir mis tout le monde d’accord il y a dix ans sur l’importance de «sa» momie péruvienne au squelette recroquevillé.

Face à la COVID-19, le drôle de tutoriel d’un parc d’attractions [VIDÉO]

Insolite

Face à la COVID-19, le drôle de tutoriel d’un parc d’attractions [VIDÉO]

Agence France-Presse
TOKYO - Pour sensibiliser aux gestes barrière face à la COVID-19, deux responsables d’un parc d’attractions japonais se sont filmés en endurant des montagnes russes en silence: les visiteurs ont bien reçu le message de ce drôle de tutoriel, assure un porte-parole.

La vidéo montre deux dirigeants du parc, l’un en costume-cravate, l’autre en chemise et noeud papillon, subir un circuit de montagnes russes en restant parfaitement stoïques, à part l’un d’eux réajustant de temps en temps son masque ou ses cheveux.

À la fin de la vidéo, publiée le mois dernier, apparaît un slogan sur fond noir: «Merci de crier en votre for intérieur».

«À présent nos clients restent silencieux pendant les montagnes russes», a affirmé mardi à l’AFP un porte-parole de Fujikyuko, l’opérateur du parc d’attractions Fuji-Q Highland, au pied du Mont Fuji (ouest de Tokyo).

Les parcs d’attractions ont rouvert au Japon depuis le mois dernier après avoir adopté un code de bonnes pratiques face à la pandémie, bannissant notamment de parler fort ou de crier dans les attractions, pour éviter de répandre des postillons.

Comme certains clients se sont plaints en disant que c’était «difficile» voire «impossible», Fuji-Q Highland voulait montrer le «bon exemple» avec cette vidéo, a justifié l’opérateur sur son site internet.

Autant être pince-sans-rire jusqu’au bout: à ses visiteurs encaissant ses montagnes russes sans broncher, le parc promet un rabais sur les photos-souvenirs vendues à la fin du parcours.

+