Les tergiversations entourant le déménagement de la place Nikitotek font planer de l’incertitude sur toute l’industrie touristique, a déploré le copropriétaire de la Halte des Pèlerins, Marco Corbin, en réclamant des élus qu’ils prennent enfin une décision.

Inquiet pour l’avenir de l’industrie touristique

« Ce qui est pire qu’une mauvaise décision, c’est de ne pas prendre de décision du tout », a lancé Marco Corbin, copropriétaire de la Halte des Pèlerins, lundi à l’hôtel de ville, en s’inquiétant pour l’avenir de l’industrie touristique à Sherbrooke. Il réclame entre autres une décision dans le dossier de la place Nikitotek.

« L’incertitude plane sur l’avenir de notre industrie. La mauvaise presse, les sous-entendus, le déménagement de la place Nikitotek, toute cette publicité négative met en péril le développement de notre ville. Il faut impérativement renverser la vapeur. À ce jour, nous ne savons pas ce qui se passe avec le spectacle de la place Nikitotek. Pour le marché de groupe, nous sommes déjà à vendre les étés 2020 et 2021. Mais là, on vend quoi? Dans le passé, j’ai entendu un dirigeant de la ville qui disait vouloir augmenter le nombre de touristes. Quelques jours plus tard, on apprenait que le budget d’immobilisation pour le tourisme était à zéro », ajoute M. Corbin.

« La vague de fond que vous créez dans l’industrie touristique sera inévitablement néfaste pour nos entreprises. Pour ma part, je prédis une décroissance de 30 % des ventes par le manque du marché de groupe en 2020. La Halte des Pèlerins, c’est 2,5 M$ d’investissements à Sherbrooke, dont 500 000 $ cette année. Notre siège social ne déménagera pas. Les vignes sont là pour rester. Nous sommes présents dans 200 SAQ. Environ 80 % de notre clientèle provient de l’extérieur de Sherbrooke dont 10 % hors du Canada. »

Marco Corbin dit vouloir bâtir l’avenir de ses filles. « Pour la relève, j’ai le devoir de protéger l’industrie touristique. Lancez un signal. Faites un signe. La nature a horreur du vide. »

Marco Corbin

Une réponse « bientôt »

La présidente du conseil, Nicole Bergeron, a mentionné qu’une réponse concernant la place Nikitotek viendrait bientôt. « Il y aura une réponse très prochainement. On ne remettra pas ça aux calendes grecques. Ce ne sera pas ce soir, mais ce sera prochainement. »

Rappelons que la décision sur l’avenir de la place Nikitotek était attendue le 2 juillet. Le sujet a toutefois été retiré de l’ordre du jour. Si les élus en ont discuté à huis clos lundi, ils n’ont toujours pas rendu de décision.

« Le dossier a été discuté en profondeur. Je n’annoncerai rien ce soir. Je veux rassurer M. Corbin : tout ce qui se passe au niveau touristique à Sherbrooke est important pour nous. Il n’y a pas seulement la place Nikitotek. Il y a peut-être autre chose », dit le maire Steve Lussier.

La présidente de Destination Sherbrooke, Annie Godbout, est sensible aux propos de M. Corbin. « On aurait aimé prendre une décision plus rapidement dans le dossier de la place Nikitotek. On en voit les conséquences. Il n’y a rien de pire que de laisser les gens dans l’incertitude. C’est ce que je retiens de ce message. L’industrie touristique, ça se prépare longtemps d’avance. Il faut pouvoir bien planifier l’année prochaine. »

Mme Godbout voit toutefois l’avenir du tourisme à Sherbrooke d’un bon œil, citant entre autres la revitalisation du centre-ville et la mise à jour du plan Parcours. « Il faut savoir se renouveler et être innovants. Pour le développement touristique, d’avoir un super centre-ville, c’est essentiel. Le premier réflexe, quand on va dans une ville pour un court laps de temps, c’est d’aller dans le centre-ville... »

La nouvelle mouture du plan Parcours, elle, fera l’objet d’une présentation aux élus au début septembre.