Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les inondations, comme celles survenues au printemps 2019, ont amené Québec à créer des bureaux de projets rattachés à divers bassins versants afin de prévenir les effets dévastateurs des débordements.
Les inondations, comme celles survenues au printemps 2019, ont amené Québec à créer des bureaux de projets rattachés à divers bassins versants afin de prévenir les effets dévastateurs des débordements.

Inondations: l’Estrie aura son bureau de projets

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La rivière Saint-François fait partie des bassins versants du Québec qui seront placés sous la supervision d’un bureau de projets ayant pour mission de prévenir les effets dévastateurs des inondations.

Au total, dix bureaux de projets seront mis en place dans les régions ayant connu des épisodes récurrents d’inondations au cours des dernières années.

Le déploiement de ces dix bureaux régionaux coûtera 89 millions $, a annoncé la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, en compagnie de son collègue de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.

Leur mise en place était comprise dans le Plan de protection du territoire face aux inondations qu’avait annoncé Québec en avril dernier à la suite des inondations majeures survenues en Estrie au printemps 2019, ainsi qu’ailleurs sur le territoire québécois. La création de ces bureaux de projets constituait l’une des 23 mesures prévues dans le document.

Ces bureaux auront pour mandat de « déterminer les solutions les plus adaptées au territoire », ont indiqué par voie de communiqué les deux ministres responsables de ce projet.

« L’approche privilégiée est celle de planifier les interventions en aménagement du territoire en fonction des bassins versants préoccupants, selon les données recueillies et projetées. »

Leur mandat sera de réaliser un portrait des problématiques d’inondations existantes sur le territoire. Ils devront ensuite définir « des mesures concrètes de résilience et d’adaptation s’appuyant sur des analyses coûts-avantages et une expertise scientifique ».

Ils auront aussi à effectuer « la concertation entre le milieu municipal, les ministères concernés et les citoyens touchés par les inondations. »

Au total, une vingtaine de nouvelles ressources seront déployées dans les dix bureaux de projets. Celles-ci seront rattachées à une nouvelle direction qui sera chargée d’assurer la coordination avec les directions régionales du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Pour ce faire, un comité municipal sera créé pour chaque bureau. « Ce comité aura pour mandat de positionner les intérêts des instances municipales touchées par les travaux des bureaux de projets, de conseiller celui-ci et de participer à certaines décisions. »

De plus une Table de la société civile, incluant les organismes de bassins versants, les différents acteurs économiques et environnementaux ainsi que les groupes d’intérêt concernés, sera créée. 

Le ministère assure que les citoyens seront informés des démarches et consultés pour l’élaboration du plan d’intervention et la réalisation des actions privilégiées et qu’un bilan d’avancement des travaux sera diffusé sur le site Internet du ministère.