Deux membres de la Société d'hitoire de Magog joignent leur voix à celles des membres du collectif Sauvons l'îlot Tourigny, qui souhaite la préservation de la maison Tourigny-Laforest.

Îlot Tourigny: de nouveaux appuis pour les opposants

Connaissant tous les deux fort bien l'histoire de Magog, Serge Gaudreau et Maurice Langlois joignent leur voix à celles des membres du collectif Sauvons l'îlot Tourigny, qui souhaite la préservation de la maison Tourigny-Laforest.
Dans une lettre adressée à la greffière de la Ville de Magog, MM Gaudreau et Langlois demandent à cette dernière de « porter une oreille attentive au message du collectif Sauvons l'îlot Tourigny. »
Selon ces deux membres de la Société d'histoire de Magog, la Ville devrait « considérer l'initiative du collectif non comme un poing fermé, mais plutôt une comme une main tendue vers une solution durable et gagnante pour tous, tant sur le plan patrimonial qu'économique ».
« Des impératifs de temps semblent guider la décision des élus relativement à l'avenir de l'îlot Tourigny. Nous espérons cependant que, cette fois, le temps sera accordé à une véritable démarche citoyenne », écrivent-ils également.
Serge Gaudreau et Maurice Langlois rappellent par ailleurs que la Société d'histoire de Magog avait pris parti pour la préservation de la propriété Tourigny-Laforest en 2005. À l'époque, l'organisme avait souligné « l'importance d'intégrer de façon originale ce site patrimonial à l'offre touristique locale ».
MM Gaudreau et Langlois ont choisi de s'adresser à la greffière Sylviane Lavigne quelques jours seulement après l'émission par la municipalité d'un avis de démolition qui concerne la maison Tourigny-Laforest. Les gens qui s'opposent à cette démolition sont invités à le faire savoir rapidement.
La démolition de cette résidence patrimoniale permettrait la concrétisation du projet du promoteur Gilles Bélanger. Celui-ci souhaite ériger un immeuble de trois étages dans lequel seraient accueillies des entreprises du secteur des technologies de l'information et des communications.
Hamm garde le cap
Pour sa part, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, continue de tenir au projet de Gilles Bélanger, susceptible d'engendrer la création de 150 emplois à Magog.
« Je pense que le conseil municipal est encore derrière ce projet, affirme Mme Hamm. En plus, j'ai l'impression que la grande majorité
de la population de Magog nous appuie dans ce dossier. »
La mairesse ajoute que sa municipalité n'a pas fait la sourde oreille devant les critiques formulées par le collectif Sauvons l'îlot Tourigny et ses sympathisants. « On a écouté les commentaires et les demandes. On a bonifié la proposition initiale du promoteur », assure-t-elle.