La cheffe du parti libéral Dominique Anglade était de passage à Sherbrooke vendredi dans le cadre de sa tournée provinciale.
La cheffe du parti libéral Dominique Anglade était de passage à Sherbrooke vendredi dans le cadre de sa tournée provinciale.

«Il faut investir dans l'humain avant le béton», pense Dominique Anglade

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Dans le cadre de sa tournée provinciale « d’écoute », la cheffe du Parti libéral du Québec Dominique Anglade remarque que les Sherbrookois, tout comme l’ensemble des Québécois, ont envie de privilégier une approche davantage axée sur l’humain.

« La COVID-19 prend une place énorme actuellement et les gens souhaitent que l’on investisse davantage dans l’humain que dans le béton. Il faut revoir nos façons de penser comme société. Il faut investir dans les services aux gens », indique celle qui s’inquiète notamment de l’avenir des aînés au Québec.

« La meilleure maison pour nos aînés, c’est la leur! Est-ce qu’on veut construire plus de maisons pour aînés ou on veut penser à une façon pour qu’ils puissent rester chez eux le plus longtemps possible et continuer à contribuer à la société, tel qu’ils le souhaitent », s’interroge Mme Anglade?

Selon elle, les enjeux sociaux comme la santé mentale, la détresse psychologique, le rattrapage scolaire ainsi que l’accompagnement des personnes âgées prennent une tout autre importance dans le contexte de pandémie actuel.

« Nous voulons un Québec moderne, un Québec qui innove et qui est proche de ses gens », indique Dominique Anglade.

Beaucoup de confusion

Alors que de nombreux enfants retournent sur les bancs d’école et que le nombre de cas positif à la COVID-19 ne cesse d’augmenter à Sherbrooke, Dominique Anglade se dit très préoccupée par les questions toujours sans réponse de nombreux citoyens venus à sa rencontre.

Elle a d’ailleurs tenu à rassurer la population de l’Estrie face au discours politique en vigueur qui « manque parfois de cohérence et de transparence au sein du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) ». 

Selon ses observations, le manque de ressources dans les écoles semble plutôt criant en Estrie. « Je perçois beaucoup de confusion et d’inquiétude quant à l’apprentissage en ligne et aux retards accumulés avec la formation numérique en contexte de pandémie. [...] Le rôle du gouvernement est d’anticiper et de prévoir et on manque vraiment de ressources », mentionne Mme Anglade.

De plus, impossible pour la cheffe de l'opposition officielle de passer sous silence la récente décision gouvernementale demandant l’arrêt temporaire des programmes sportifs dans les écoles. « C’est un imbroglio complet », déplore celle qui rappelle être mère de trois enfants.

« J’ai moi-même un fils pour qui le football, c’est essentiel. Le sport est là pour motiver et encourager les jeunes pour qui l’école est un mal nécessaire. Il est directement lié à la persévérance scolaire », insiste Mme Anglade.

Rappelons que vendredi après-midi, le premier ministre François Legault a finalement indiqué que les activités sportives et artistiques pourraient reprendre dans les écoles « le 14 septembre, si tout va bien ».