Près de 400 personnes se sont rassemblées à la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, vendredi matin, pour faire un dernier hommage à l’archevêque émérite de l’archidiocèse de Sherbrooke André Gaumond.
Près de 400 personnes se sont rassemblées à la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, vendredi matin, pour faire un dernier hommage à l’archevêque émérite de l’archidiocèse de Sherbrooke André Gaumond.

« Il était un homme de foi »

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
La Tribune
Près de 400 personnes se sont réunies vendredi matin pour saluer la vie de celui qu’on a décrit comme un homme dévoué, tant dans le sacerdoce que dans sa famille. Les éloges étaient nombreux à l’endroit de Mgr André Gaumond sous le toit de la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, où celui-ci a œuvré comme archevêque de 1996 à 2011.

L’une de ses sœurs, Solange Gaumond, a tenu à rendre hommage à cet homme « d’une grande intelligence, réfléchi et charismatique ».

« Je me souviens lorsqu’il a été nommé Archevêque à Sherbrooke, a-t-elle partagé au micro. Après la cérémonie, juste ici, un journaliste du journal local a demandé à notre mère si elle croyait que son fils deviendrait un jour archevêque. Et celle-ci de répondre : “ j’espérais surtout qu’il soit un honnête homme ”. Honnête homme, il l’a été, mais il en a rajouté. André était un homme spécial. Un frère unique, un unique frère. » 

Celle-ci était à son chevet les jours qui ont précédé son décès le 14 décembre, avait-elle confié plus tôt à La Tribune. « Nous étions tous très proches », a-t-elle partagé au sujet de la famille Gaumond, originaire de Québec, qui compte cinq filles et un seul garçon.

Rappelant le tempérament discret de son frère, elle se souvient du moment où la famille a appris qu’il avait choisi la prêtrise, après ses études au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. « De la façon que ça se faisait, à ce moment-là à La Pocatière, c’est qu’on faisait descendre la montagne près du collège aux étudiants. Ils portaient des rubans de couleur pour indiquer leur décision. Quand André est descendu de la colline, il portait un ruban blanc, ce qui voulait dire qu’il avait choisi la prêtrise. C’était la fierté dans la famille. De par ce qu’il a choisi, mais aussi de par ce qu’il était. »

Message du pape  

Mgr Luc Cyr, archevêque de l’archidiocèse de Sherbrooke présidait les funérailles d’un évêque pour la première fois en 39 ans de carrière. Il a d’ailleurs amorcé les premières minutes de la cérémonie avec rien de moins qu’un message en provenance de Rome. Le pape François, qui reconnaissait l’apport de Mgr Gaumond à la communauté de l’Église catholique, offrait notamment ses sympathies à la famille.

Mgr Cyr avait sélectionné des passages du Livre de la Sagesse en l’honneur du défunt, un texte qui allait de soi selon lui, « puisque nous présentons au Seigneur un philosophe ». 

« Il était un homme de foi, a-t-il également prononcé personnellement. Une foi droite et sincère. Sans grandes manifestations. Comme on dirait : sans flaflas. [...] Dans sa formation en philosophie, il approfondissait les réalités de l’Église, du monde, de la société et de la science de l’éducation. » 

Il a également décrit son semblable comme un « fidèle serviteur, persévérant et tenace », mais qui savait en même temps « poser les bonnes questions. » 

Le défunt a été inhumé dans la crypte de la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke.

Mgr Gaumond a été admis à l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke le 8 décembre, puisqu’il souffrait de pertes cognitives. Son état s’est ensuite rapidement détérioré, obligeant son transfert à l’unité des soins intensifs. Il s’est éteint six jours plus tard.