C’est en revenant chez elle mercredi que France Marois, la copropriétaire de la ferme l’Agneau maraîcher, a fait la découverte de ses pommiers abattus par Hydro-Québec.

Hydro-Québec abat par erreur des arbres à Melbourne

La ferme l’Agneau maraîcher de Melbourne a perdu quatre de ses pommiers en raison d’une erreur d’Hydro-Québec.

C’est en revenant du marché public de l’Université de Sherbrooke mercredi que France Marois, la copropriétaire de la ferme l’Agneau maraîcher, a fait la découverte de ses pommiers abattus par Hydro-Québec. 

En entrevue avec La Tribune, elle affirme avoir discuté avec un membre d’Hydro-Québec au début du printemps pour un possible déboisement. 

« Au début, j’ai discuté avec un technicien forestier. Il disait que mes pommiers étaient nuisibles aux lignes électriques. Je n’étais pas d’accord et je lui ai demandé de discuter. Il m’a répondu qu’il allait m’envoyer un courriel. Je n’ai rien reçu et quelques mois plus tard, je découvre cette scène », affirme France Marois en précisant que les quatre pommiers coupés étaient de très vieux arbres. 

Elle explique aussi que les arbres apportaient de l’ombre à ses brebis en plus d’assurer l’écosystème de la ferme. 

« Le bien-être animal vient d’en prendre un coup ainsi que l’écosystème. Les arbres étaient un genre d’îlot où les animaux sauvages allaient. Ils se nourrissaient à cet endroit au lieu de se nourrir dans nos potagers. Le tout évitait les dommages dans nos récoltes. On appelle ça un écosystème pour les animaux sauvages », explique France Marois. 

Elle ajoute que, au moment où Hydro-Québec était sur place mercredi, plusieurs voisins ont tenté d’interrompre le déboisement. 

« Mes voisins ont averti les travailleurs en leur disant que je n’étais pas d’accord, mais ils n’ont pas arrêté. »

Une erreur

De son côté, Hydro-Québec assure qu’il s’agit d’une erreur de leur part. Après que La Tribune leur ait signalé la situation, un technicien forestier s’est rendu sur place pour constater les bris. 

« C’est une erreur. Lorsque l’on fait du déboisement, on fait du déboisement sélectif. Dans ce cas-ci, tous les arbres ont été coupés. C’est dommage et nous assumons la responsabilité », affirme Mélanie Destrempes, conseillère en relation avec le milieu à Hydro-Québec. 

Hydro-Québec considère actuellement différentes possibilités de dédommagement. Selon les dires de France Marois, Hydro-Québec devrait la contacter au courant de la semaine prochaine.