Hugo Fontaine devient directeur général de <em>La Tribune.</em>
Hugo Fontaine devient directeur général de <em>La Tribune.</em>

Hugo Fontaine nommé directeur général de La Tribune

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
La Tribune a confirmé mercredi la nomination d’Hugo Fontaine au poste de directeur général de la coopérative d’information régionale. Directeur de la section Affaires à La Presse depuis 2017, M. Fontaine succède à Maurice Cloutier pour poursuivre le virage numérique du quotidien. Sherbrookois d’origine, l’homme de 37 ans compte rapprocher encore davantage La Tribune de la communauté qu’elle dessert.

« Je suis très content de revenir à Sherbrooke. C’est un très beau défi et le fait que le poste soit à Sherbrooke, à La Tribune, a beaucoup influencé ma décision. C’est une institution à laquelle je suis beaucoup attaché pour y avoir travaillé comme journaliste », confie Hugo Fontaine.

À La Tribune, M. Fontaine devra poursuivre le virage numérique que la pandémie a accéléré considérablement. « Je crois beaucoup à l’importance des médias, que ce soit à l’échelle nationale ou régionale. Ce n’est pas parce qu’on est plus petit qu’on n’est pas important. La Tribune est extrêmement bien implantée dans la communauté. Elle joue un rôle de pilier de l’information. Nous sommes à un moment charnière de l’histoire des médias et je pense humblement pouvoir contribuer à assurer la pérennité de La Tribune. La crise est une occasion idéale de faire des changements beaucoup plus rapidement. Les possibilités sont grandes. »

Le combat n’est pas gagné pour autant. « Je ne dis pas que j’arrive avec des solutions magiques, mais je crois que nous pouvons bâtir des stratégies ensemble. L’abandon rapide du papier a peut-être été malheureux, mais c’était un passage obligé. L’avenir est dans le numérique. Je suis convaincu que les lecteurs vont embarquer dans les changements. Le numérique nous permet une plus grande flexibilité. »

Son défi : que La Tribune soit encore plus engagée dans la communauté. « Ça commencera par moi. Et je crois beaucoup aux idées qui viennent de la base. On prend les meilleures et on les réalise. »

À 37 ans, il ne croit pas que son âge l’empêchera d’être pris au sérieux. « J’ai vécu ça toute ma vie. Quand je suis arrivé à l’économie à La Presse, j’avais 23 ans. On se demandait un peu qui j’étais. Le jugement des gens est passé très vite. Je n’ai jamais eu de problèmes en raison de mon âge. J’ai toujours attaqué mes responsabilités avec humilité. Je n’ai jamais eu peur de dire ce que je pense. Tout est dans la manière. »


« Mon stage à La Tribune a été un tournant dans ma carrière et a confirmé mon intérêt pour le journalisme. »
Hugo Fontaine

Hugo Fontaine connaît bien la ville de Sherbrooke pour y avoir grandi. S’il a quitté la ville pour étudier en art et technologie des médias, à Jonquière, il y est revenu pour réaliser son stage de fin d’études à La Tribune. Après un baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal, il a effectué un deuxième séjour au quotidien sherbrookois en 2006. 

« Ma conjointe est aussi sherbrookoise. Nous nous disons encore sherbrookois même si nous sommes partis depuis près de vingt ans. Mon stage à La Tribune a été un tournant dans ma carrière et a confirmé mon intérêt pour le journalisme. »

Il a ensuite œuvré à La Presse comme journaliste aux sports et à l’économie avant de gravir les échelons à titre de chef de division à l’affectation à la section Affaires et de directeur de la section Affaires. 

« Quand j’ai eu l’occasion de devenir chef de division, j’ai réalisé que je pouvais m’impliquer dans toutes les histoires que nous publiions à l’économie. J’ai trouvé l’expérience stimulante, grisante. Je me suis rendu compte que j’avais un intérêt pour la gestion. »

Enfin, Hugo Fontaine a une pensée pour Maurice Cloutier, à qui il succédera. « Maurice a été important dans ma carrière. Je suis arrivé au journal à 22 ans, mais j’avais l’air d’en avoir 16. Il n’a pas hésité à me faire confiance. Je pense qu’il m’a aussi aidé à entrer à La Presse. C’est un honneur de lui succéder. »

Le nouveau directeur général de La Tribune doit entrer en poste le 30 novembre.

+

L’information régionale est essentielle

Hugo Fontaine ne déménagera pas de Montréal vers Sherbrooke par dépit. L’information régionale, il y croit. Selon le nouveau directeur général de La Tribune, le quotidien sherbrookois constitue même un pilier essentiel dans la communauté.

« L’information régionale, c’est par là qu’on commence quand on veut savoir ce qui se passe chez nous, dans notre quartier, dans notre ville, dans notre région. C’est aussi vers elle qu’on revient pour savoir comment les enjeux nationaux nous touchent. Le journal joue un rôle rassembleur dans la communauté. C’est un lieu d’échange où on peut apprendre sur le milieu culturel, le milieu scolaire, le milieu académique qui nous est propre. C’est un ciment important. Tous les médias locaux jouent ce rôle, mais bien humblement, La Tribune est au centre de cet écosystème. C’est presque un bien public », affirme M. Fontaine.

Il ne tient pas le lectorat pour acquis pour autant. « Les citoyens vont consulter le journal s’il est pertinent, percutant, original. Nous n’avons jamais autant eu à disputer l’attention des lecteurs avec d’autres sources d’information. Ça passe donc par la qualité des histoires qu’on raconte. Une bonne histoire est une bonne histoire, qu’elle soit courte ou longue, les gens vont la lire si elle est intéressante. Il faut que les gens aient l’impression qu’il leur manque quelque chose s’ils n’ont pas lu La Tribune. J’aimerais que le journal rayonne, qu’il remporte des prix, parce qu’il produit un contenu de qualité. »

Hugo Fontaine rappelle l’importance d’un média local pour les annonceurs également. « C’est une bonne façon de rejoindre les gens de l’Estrie. On le voit à l’échelle nationale aussi : les annonceurs réalisent l’importance d’annoncer dans les médias régionaux. »

Il faut composer avec le défi de la visibilité, aussi, alors que le format numérique ne permet plus de laisser une copie du journal sur la table de la cuisine ou dans les salles d’attente. « Le défi sera de joindre les jeunes d’une autre manière, d’aller dans les écoles, par exemple, pour présenter ce qu’est le journalisme et pour expliquer l’importance de l’information locale. Il y a de la sensibilisation à faire sur ce qui caractérise une information crédible. »

Ce sera une partie de la mission que le directeur général de La Tribune s’est donnée pour se rapprocher de la communauté. « Dans le monde des médias, le devoir de réserve est important. Les employés se tiennent parfois loin de l’engagement communautaire pour cette raison. Mais ils peuvent être membres d’organismes, de conseils d’administration, parce qu’on va aussi demander à la communauté d’être là pour nous. Il faudra étudier les engagements au cas par cas. Mais il ne faut pas devenir complaisant pour autant. »

Hugo Fontaine croit donc fondamentalement en l’importance de l’information régionale. « Si ce n’était pas essentiel, je n’aurais pas fait ce choix de revenir à Sherbrooke. »