Le conseiller Pierre Avard

Hôtel Albert: Avard souhaite une nouvelle vocation

L’hôtel Albert, en place depuis 1901, est en vente depuis quelques mois. Le propriétaire des 26 dernières années en a récemment fait l’annonce. Sachant que l’immeuble situé au coin des rues King Est et Bowen Nord est réputé pour accueillir plusieurs bagarres et magouilles, le conseiller municipal Pierre Avard est d’avis qu’une restructuration de l’endroit et l’accueil d’un commerce autre qu’un bar seraient bénéfiques pour le secteur.

Aucun projet n’est cependant prévu par la Ville de Sherbrooke ni par l’Office municipal d’habitation.

Lire aussi: L’hôtel Albert à vendre

« Juste à côté, ce sont des bâtiments qui appartiennent à l’Office municipal, si on traverse l’autre bord de la rue, ce sont aussi des logements sociaux qui sont là. On a déjà beaucoup de logements là, je pense que ça pourrait être un autre type d’immeuble qui s’installe », explique M. Avard, conseiller pour le district de Pin-Solitaire et vice-président de l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke.

Même si aucun projet n’est prévu, M. Avard n’écarte pas l’idée de diriger la nouvelle occupation de l’immeuble et d’encourager le futur acheteur.

« Cette zone-là est couverte par des subventions qui sont possibles pour la rénovation, ça peut se faire au privé aussi. Comme l’autre côté de la rue, avec la caisse populaire », explique-t-il.


« Le problème dans ce coin-là, c’est que c’est une zone inondable. »
Pierre Avard

L’ancienne caisse populaire de la même intersection a récemment été transformée en bureaux et en condos.

« Le problème dans ce coin-là, c’est que c’est une zone inondable. Ça coûte toujours plus cher. Mais dans le secteur, ça ferait une bonne bouffée d’air frais. Il y a plusieurs bâtiments qui datent de plusieurs années qui ont besoin d’amour dans ce coin-là », poursuit M. Avard.

Le conseiller avoue qu’il y aurait beaucoup de travaux à faire pour revamper l’endroit, mais il rappelle que l’acheteur peut se tourner vers les subventions.

« C’est le nouvel acheteur qui pourrait être la clé de futurs développements. Ce secteur-là, on est conscients qu’il a besoin d’un coup de main pour se revitaliser. »