Intronisé au temple provincial de la renommée d’Opération Nez rouge, Guy Vaillancourt a rencontré Ginette Alarie alors qu’ils travaillaient tous les deux au quartier général de l’organisation il y a plus de 18 ans. Le 5 août dernier, le couple s’est marié.
Intronisé au temple provincial de la renommée d’Opération Nez rouge, Guy Vaillancourt a rencontré Ginette Alarie alors qu’ils travaillaient tous les deux au quartier général de l’organisation il y a plus de 18 ans. Le 5 août dernier, le couple s’est marié.

Honneurs et amour pour un bénévole de Nez Rouge

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Depuis 25 ans, Guy Vaillancourt passe en moyenne 25 soirs du mois de décembre à faire du bénévolat pour Opération Nez Rouge. C’est en 1992, dès sa première nuit au sein de l’équipe, qu’il a eu la piqure.

« J’avais du temps, j’étais seul à l’époque, et j’ai vu une publicité de l’organisme. Je me suis dit que j’allais aller voir de quoi ça avait l’air. J’ai été piqué et il n’y a pas de remède. C’est devenu une dépendance chaque année », explique le bénévole qui a récemment été intronisé au temple provincial de la renommée d’Opération Nez rouge.

Lire aussi: Le service Nez rouge de retour à compter de vendredi

Le sentiment de rendre les routes plus sécuritaires et le contact avec des gens de toutes les sphères de la société sont les principales raisons qui ont fait en sorte que M. Vaillancourt s’est engagé à long terme avec l’organisme de raccompagnement.

Au fil des ans, il a raccompagné des présidents d’entreprise, des jeunes, un juge, des policiers, des ambulanciers. Il a été témoin de chicanes de couple, a reçu quelques insultes et a dû réveiller à destination des fêtards qui s’étaient assoupis.
« On a aussi raccompagné des gens très heureux. Surtout lorsqu’on croisait des barrages routiers », raconte le Windsorois de 55 ans.

Instructeur de moto de métier, M. Vaillancourt connaît la région de Sherbrooke comme le fond de sa poche. D’abord bénévole sur la route, il a ensuite intégré l’équipe de la centrale de coordination pour devenir rapidement responsable de l’assignation des équipes sur la route et de la coordination des demandes de transport hors territoire.

« Je peux tout faire. Accompagnateur, répartiteur, opérateur radio. Je peux même passer le balai, car j’aime ça », souligne celui qui est reconnu pour ne jamais rien faire à moitié.

Améliorations importantes

Au cours de la dernière décennie, M. Vaillancourt a su améliorer significativement les façons de faire d’Opération Nez rouge à Sherbrooke. En adoptant une approche dynamique pour l’affectation des équipes plutôt qu’une gestion de file d’attente du type « premier arrivé, premier servi », il a réussi à réduire les distances parcourues, permettant ainsi de diminuer les délais d’attente pour les clients et d’accroître le nombre de raccompagnements.

Les économies en essence et l’augmentation des dons issus de la générosité des personnes raccompagnées permettent de générer de meilleurs profits qui sont remis en totalité aux étudiants-athlètes du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke sous forme de bourses.

Coordonnateur adjoint de la centrale de Sherbrooke depuis 2011, M. Vaillancourt a le sentiment de participer à une activité valorisante qui peut même sauver des vies.

« Même si on en sauvait juste une, ce serait une vie de sauvée. C’est pas rien. Une chose est certaine, on contribue à rendre les routes plus sécuritaires », avoue humblement le bénévole qui dès le mois d’octobre est présent à toutes les réunions de coordination avec les bénévoles des centrales satellites. Il participe également à la recherche de commandites.

Généreux de son temps, M. Vaillancourt s’assure que tout le monde ait une expérience positive à Nez rouge. Il est toujours l’un des premiers à arriver à la centrale et l’un des derniers à la quitter en fin de nuit. Soucieux de vouloir assurer la pérennité du mouvement en région, il travaille ardemment à sélectionner et à former des bénévoles qui prennent peu à peu la relève dans des fonctions clés.

Le grand amour

Son engagement bénévole a été payant et les hasards l’ont mené à Ginette Alarie, celle à qui il a dit oui pour la vie le 5 août dernier.

« On s’est rencontré dans les locaux d’Opération Nez Rouge. Elle était téléphoniste et moi répartiteur à l’époque. Ça va faire 18 ans le 30 janvier qu’on est ensemble », mentionne le nouveau marié précisant que Ginette et lui ne sont pas le seul couple Nez Rouge. « Il existe même des bébés Nez Rouge », ajoute-t-il.

Pour sa part, M. Vaillancourt est maintenant grand-père par alliance de trois petits-enfants. Une famille avec qui il célèbre Noël en janvier.

« Nos familles sont avisées qu’on n’est pas disponibles en décembre. On reporte simplement les partys après le temps des Fêtes. »

Opération Nez Rouge reprend du service ce 1er décembre. M. Vaillancourt souhaite à tous les citoyens d’être responsables et de faire appel à l’organisme si leurs partys sont trop arrosés.