La hausse du salaire minimum annoncée mercredi par le gouvernement de François Legault n’est pas suffisante aux yeux la Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie.
La hausse du salaire minimum annoncée mercredi par le gouvernement de François Legault n’est pas suffisante aux yeux la Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie.

Hausse du salaire minimum : « Pas assez » selon la Table contre l'appauvrissement

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
La hausse du salaire minimum annoncée mercredi par le gouvernement de François Legault n’est pas suffisante aux yeux la Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie.

Elle est loin de répondre à l’appel des nombreux groupes en défense collective des droits et syndicats qui réclament une hausse à 15 $ l’heure, depuis plusieurs années, afin de permettre une sortie de la pauvreté des travailleurs de l’Estrie.

Cette hausse « de 4,8 % est nettement insuffisante, considérant une hausse des tarifs d’hydro-électricité de 2 % par année à compter de l’année prochaine, de la hausse exponentielle du coût des loyers, de l’augmentation de 12 % du coût des légumes observée cette année et d’une augmentation anticipée de 6 % du coût de la viande », énumère-t-on dans un communiqué de presse.

« Le gouvernement doit refaire ses calculs afin que les Estriens puissent espérer une sortie de la pauvreté et non seulement une bulle d’air avant de replonger dans les dédales du quotidien à tirer le diable par la queue. La hausse du coût de la vie s’accélère à une vitesse bien supérieure au temps que prend le gouvernement pour s’ajuster. »

Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, a annoncé mercredi la hausse du taux général du salaire minimum de 60 cents l’heure à partir du 1er mai. Elle bénéficierait à 409 100 personnes au Québec, dont 235 700 femmes. Le salaire minimum au Québec augmentera passera à 13,10 $ l’heure.

Selon la Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie, l’an dernier environ 730 000 personnes qui gagnaient moins de 15 $ l’heure au Québec. « De ce nombre, 228 700 étaient rémunérées au taux général du salaire minimum et parmi ces personnes, 61 % n’étaient pas aux études, 41 % étaient âgées de 25 ans et plus et 63 % gagnaient l’unique revenu de travail de leur famille », souligne-t-on.

« Parce que travailler au salaire minimum rime encore et toujours avec pauvreté, le gouvernement doit porter le salaire minimum à 15 $ l’heure le plus rapidement possible. »