La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, ainsi que la présidente de la Commission des finances, Nathalie Bélanger, se montrent satisfaites du budget 2020 de la Ville de Magog.

Hausse de taxes supérieure à l’inflation à Magog

Les contribuables de Magog devront absorber une nouvelle hausse de taxes supérieure au taux d’inflation en 2020, une situation qui s’explique notamment par de nombreuses hausses de coûts inévitables.

Le compte de taxes pour une résidence de valeur moyenne en « secteur desservi » — dans le noyau urbain autrement dit — augmentera de 2,27 pour cent en 2020. Dans les zones sans services d’aqueduc et d’égout, l’augmentation sera de 2,71 pour cent pour la même résidence.

Selon les informations transmises par la Ville de Magog, une maison de valeur moyenne à Magog vaut 266 659 $. Ce chiffre est obtenu grâce au rôle d’évaluation de la municipalité.

Le propriétaire d’une maison de valeur moyenne en secteur desservi paiera 2654 $ à la Ville de Magog en 2020. Quant à lui, le propriétaire d’une résidence de valeur identique en zone rurale aura à débourser un montant de 2352 $.

Pour l’eau potable, la Ville exigera un montant de 203 $ de la part de chacun des propriétaires de maison branchée au réseau d’aqueduc. Et des sommes de 187 $ et 171 seront respectivement réclamées pour les égouts et le traitement des eaux usées ainsi que pour la gestion des matières résiduelles.

Le taux de taxation pour les immeubles résidentiels de cinq logements et moins sera fixé à 0,785 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière. Par ailleurs, pour les commerces et entreprises industrielles, les taux se situeront à 2,167 $ et 2,771 $ par 100 $.

« C’est de plus en plus difficile de faire un budget, concède la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm. On a déjà eux beaucoup de surplus inutilisés dans le passé, mais les réserves s’épuisent à cause des différents projets qu’on réalise. En plus, il y a des coûts qui sont en hausse. On a seulement à penser aux matières résiduelles et au déneigement, par exemple. »

L’an dernier, la hausse de taxes refilée aux contribuables magogois avait été plus salée encore puisqu’elle avait dépassé les trois pour cent. Le conseil municipal a pu davantage contenir l’augmentation cette année, mais on demeure assez nettement au-dessus de l’indice des prix à la consommation, qui se situe à 1,9 pour cent.

« C’est un très bon budget, affirme néanmoins Vicki-May Hamm. Beaucoup d’efforts ont été mis par tout le monde. De plus, on réussira malgré tout à investir 7 M$ dans nos rues en 2020. »

Quant à elle, la présidente de la Commission des finances de la Ville de Magog, Nathalie Bélanger, laisse entendre que les contribuables magogois paient aujourd’hui les vrais coûts pour les services qu’ils obtiennent.

« Avec le recul, on s’aperçoit qu’on pelletait les obligations par en avant à une époque. Ça nous permettait de garder le compte de taxes plus bas, mais ce genre de stratégie finit par nuire au développement d’une communauté. On ne peut pas constamment remettre à demain », explique Mme Bélanger.

Le budget 2020 de la Ville prévoit des dépenses et des revenus de 59 159 400 $, pour un bond de 3,2 M$ comparativement à 2019. Une somme de 3,5 M$ provenant d’Hydro-Magog sera utilisée pour payer une partie des dépenses.

Représentant environ la moitié des dépenses de la municipalité, la masse salariale grimpera à plus de 24,6 M$ l’an prochain. Il s’agira d’une hausse de 2,7 pour cent si on compare avec 2019.