Huit équipes ont compétitionné pour remporter cette édition de Hack Sherbrooke.

Hack Sherbrooke: une application pour que les jeunes donnent

Inciter les jeunes à donner aux fondations, voilà le défi qui était proposé à des programmeurs qui ont participé à Hack Sherbrooke, qui avaient une fin de semaine pour développer une application qui sensibilise les gens de 25 à 45 ans à ce sujet.

Le président de SociéTIC, Jean-Marc Allard, pense qu’actualiser les méthodes de dons est une bonne idée. « Les levées de fonds avec des soupers spaghetti, c’est un peu dépassé. On exploite maintenant la technologie comme ça. On tend à aller chercher le plus de monde possible pour y arriver. »

« Vendredi soir, on voulait que les gens comprennent l’empathie envers un receveur, poursuit-il. Ils ont compris et ont monté des histoires pour comprendre sa contribution qui devient essentielle. Un jour, ce sera peut-être nous qui profiterons des dons », rappelle-t-il.

Natacha Lévesque et Malou Merovitz font partie de l’équipe gagnante. « Notre idée était de donner à un ami, qui lui donne à une fondation. On voulait faire une grande chaîne de dons. La façon d’ajouter des gens à la chaîne est facile. Ils se sentent vraiment acceptés et se sentent dans une communauté de donneurs », ont-elles commenté après leur victoire.

IBM pourrait récupérer les idées des jeunes pour innover. « C’est le souhait. On se jette toujours dans l’inconnu lors d’un hackathon. On va sortir d’ici avec beaucoup d’inspiration pour alimenter la Fondation du CHUS », indique le leader de l’agence numérique IBM iX, Vincent Thériault.

Pour la présidente du conseil d’administration de la fondation du CHUS, Sophie Warren, il faut assurer une relève chez les donateurs.

« Il faut savoir que les donateurs ont en moyenne 65 ans. Un exercice comme aujourd’hui va nous donner des pistes pour voir de quelle façon on peut suggérer des jeunes à donner », résume-t-elle.