Guillaume Rousseau, candidat pour le parti Québécois dans Sherbrooke, s’engage à une tenir une consultation publique au sujet de la sécurité sur le chemin Ste-Catherine.

Guillaume Rousseau veut améliorer la sécurité du chemin Sainte-Catherine

Dans un communiqué de presse émis mercredi, le candidat pour le Parti québécois dans Sherbrooke Guillaume Rousseau dit vouloir améliorer la sécurité routière sur le chemin Sainte-Catherine. Il estime que la vitesse y est trop élevée pour sa grande utilisation piétonnière.

Rejoint par La Tribune, M. Rousseau explique qu’il a été interpellé par les préoccupations de plusieurs résidants du secteur, lors du conseil de l’arrondissement des Nations. 

« Un citoyen a interpellé les élus du conseil au sujet de la circulation très rapide et dangereuse », explique le candidat. 

M. Rousseau s’est donc rendu dans le secteur afin de discuter avec plusieurs résidants. Selon l’endroit, le problème relève du ministère des Transports du Québec (MTQ), et non de la Ville de Sherbrooke. Le problème se situe surtout aux coins des rues Breton et Montante, où la vitesse y est élevée pour les virages serrés et la circulation à pied ou à vélo.

« C’est clairement le genre de dossier où un député de Sherbrooke peut décider prendre la rondelle et d’essayer de faire bouger le ministère des Transports. Au point où les citoyens se mobilisent pour en parler au conseil, c’est un enjeu de sécurité routière relevant du Gouvernement du Québec ».

S’il est élu, M. Rousseau assure qu’il tiendra une consultation publique sur la problématique et consultera des experts afin de proposer des recommandations au MTQ à la suite d’un rapport.

« Il y a des mesures qui ont été prises dans les dernières années, mais clairement ce n’est pas suffisant. Ce qu’il faut c’est quelque chose de majeur comme modification », assure M. Rousseau.

Plusieurs scénarios sont possibles afin de remédier au problème de ce secteur. « N’étant pas un expert, je ne prétends pas avoir la solution. Mais je prétends par contre connaitre la démarche pour arriver à la solution, c’est de consulter à la fois les citoyens et les experts sur la sécurité routière », note le candidat pour le Parti québécois.