Lionel Larochelle

Guerre de Corée : Un Estrien honoré a titre posthume

Bryan O’Malley se souviendra longtemps de son voyage à New Carlisle en Gaspésie. Accompagné de son frère et de son fils, il s’est rendu à une cérémonie qui honorait à titre posthume l’implication de son grand-père, Lionel Larochelle, à la guerre de Corée.

Lionel Larochelle s’est vu décerner le 27 juillet, à l’occasion du 65e anniversaire de l’armistice, la médaille de l’Ambassadeur de la Paix pour reconnaître ses années de services pendant la guerre de Corée qui a fait rage de 1950 à 1953. 

Un homme de peu de mots

« C’est un très grand honneur et on est très fier de pouvoir souligner ça et de se remémorer le grand geste qu’il a posé, souligne un Bryan O’Malley très émotif. Ça reflète la personne qu’il était. C’était un homme de peu de mots, mais il aimait les gens. J’ai lu certains articles de son journal qu’il avait en Corée et il était là pour les bonnes raisons pour changer le quotidien des gens autour de lui. »

C’est le fils de Bryan O’Malley, Logan qui a reçu la médaille des mains de l’ambassadeur Yun Je Lee.

« Il n’a pas connu son arrière-grand-père, explique Bryan O, Malley. Je l’ai amené pour qu’il puisse vivre son héritage à travers cet honneur-là. C’était très spécial. »

Né à Coaticook en 1927, Lionel Larochelle a été très impliqué dans la région. Au début des années 1980, il a été conseiller municipal puis maire de Waterville, où il a résidé une bonne partie de sa vie. Il a été le président fondateur du comité des loisirs et il a contribué à mettre sur pied le club Optimiste de la municipalité. Lionel Larochelle a quitté l’armée dès son retour et il a fait une carrière en comptabilité à Waterville TG. Il est décédé en 2002.

Pour changer le monde

« J’ai toujours essayé d’en savoir un peu plus sur son service, mais en bon militaire il a toujours été très cachottier, résume Bryan O’Malley. Il allait en Corée dans l’espoir de changer le monde. Ç’a été assez difficile ce qu’il a vu là bas et il n’a jamais vraiment voulu partager ses histoires. Nous avons quand même beaucoup de souvenirs comme son médaillon d’identification militaire. »

Frustré d’avoir été trop jeune pour combattre lors de la Deuxième Guerre mondiale, Lionel s’est engagé de façon volontaire dans les Forces canadiennes.

Pas moins de 26 791 Canadiens ont combattu au front pendant la guerre de Corée, et environ 7000 d’entre eux ont continué de servir dans ce théâtre entre le cessez-le-feu et la fin de 1955. Du nombre, 516 sont morts en service.