Groupe Capitales Médias en progression

MOT DU PRÉSIDENT / Le nombre de lecteurs des journaux de Groupe Capitales est en progression tous les jours sur toutes ses plateformes numériques, et globalement sur support papier. Une performance exceptionnelle dans le contexte actuel, qui donne confiance en l’avenir de La Tribune.

Cette progression se mesure d’abord sur le Web. Le site latribune.ca, qui a été totalement repensé, a vu son nombre d’utilisateurs uniques dépasser les 550 000 en mars, soit une augmentation significative de 35% par rapport à la même période en 2018. (1)

L’application mobile de La Tribune, sur tablette ou sur téléphone intelligent, a connu elle aussi une progression de sa fréquentation de 4% en mars par rapport à l’an dernier (2). Ça s’explique : de plus en plus de lecteurs font de l’édition matinale de notre application leur nouveau rituel de lecture.

Sur papier, les six journaux de Groupe Capitales Médias voient aussi leur lectorat global augmenter. En semaine, plus de 16 000 lecteurs de plus lisent nos journaux, une hausse de 4%, selon le dernier rapport Vividata (3). Cette progression se vérifie aussi le samedi, avec une croissance globale de 26 000 lecteurs, soit un bond de 5% par rapport au précédent rapport de l’automne dernier.

Les résultats de Vividata montrent que 48 000 lecteurs choisissent La Tribune en semaine. Ce total atteint 62 000 le samedi. (4)

L’intérêt que vous manifestez pour La Tribune vient conforter nos choix, particulièrement le samedi, où nous avons revu notre édition papier avec l’introduction du supplément Le Mag.

Le rituel papier demeure fort le samedi et nous continuerons de faire évoluer notre édition, pour encore mieux répondre aux préoccupations actuelles de nos lecteurs, y compris les plus jeunes.

La progression du lectorat de La Tribune dans le numérique est une autre source de fierté. C’est aussi une grande motivation pour continuer le travail sur l’immense chantier de notre réinvention.

Personne n’est épargné

Tous les médias au Canada, sans exception, sont confrontés aux mêmes défis, provoqués par une migration accélérée des revenus publicitaires vers le numérique, où essentiellement deux géants se partagent l’enveloppe, soit Google et Facebook.

Or, ces revenus publicitaires demeurent nécessaires aux médias pour maintenir des salles de rédaction capables de livrer une information de qualité, dans toutes les régions. Une information qui n’a rien de gratuite à produire.

Personne n’est épargné par cette réalité, ici comme ailleurs en Occident. Personne ne peut prétendre avoir trouvé le modèle idéal, qui assurera la pérennité des médias actuels dans leur marché. Chez Groupe Capitales Médias, on y travaille ardemment, tous les jours.

Plusieurs initiatives ont été mises de l’avant ces dernières années pour réduire nos dépenses, diversifier nos revenus, accélérer le virage numérique. Mais il faut du temps pour que nos stratégies donnent les résultats escomptés.

Une aide pour la transition

L’aide gouvernementale, au fédéral comme au provincial, fait partie des solutions que nous sollicitons pendant cette période de transition. Il en va du maintien d’une information de qualité partout sur le territoire, et du maintien des emplois nécessaires pour la produire.

Cette aide, réclamée tant par les médias que par les syndicats, ne suffit toutefois pas, et ne garantira pas à elle seule un avenir, tant l’érosion du modèle publicitaire s’est accélérée. Mais cette aide est une étape nécessaire, comme c’est le cas dans toute industrie traversant une transformation en profondeur.

Que cette aide profite à l’ensemble des médias écrits est tout à fait souhaitable à nos yeux. Nous croyons chez Groupe Capitales Médias à la nécessité pour le citoyen d’avoir accès à une pluralité de sources d’information, particulièrement dans les régions. Question de santé démocratique.

Des informations alarmistes ont circulé ces derniers temps sur la situation de Groupe Capitales Médias. Au salissage, on ne répliquera pas par le salissage. Ce n’est pas notre façon de faire. Nous ne souhaitons la disparition d’aucun groupe.

Nous avons d’autres priorités, soit de travailler pour assurer l’avenir de nos journaux, au nom de ses équipes, de ses lecteurs, de ses partenaires et de la vitalité des régions qu’ils desservent.

Un soutien concret

Ce n’est pas une mince tâche. Le défi est stimulant. Nous y consacrons nos énergies, avec le sentiment, partagé par de plus en plus de lecteurs, d’avancer dans la bonne direction.

Pour réussir une telle transformation, il nous faut avoir le soutien de nos partenaires, mais d’abord de nos lecteurs. Et les nouveaux chiffres que nous publions ce matin – des faits, pas des rumeurs – nous redisent non seulement ce soutien, mais nous montrent qu’il est grandissant. Vous êtes de plus en plus nombreux à trouver chez nous la pertinence, l’utilité dans l’information que vous cherchez.

Vous tenez à La Tribune. Vous voulez que ce journal continue. Vous avez aussi votre mot à dire dans notre avenir.

Nous lire, c’est une façon de nous soutenir. Vous abonner, la semaine ou le samedi, c’est aussi une façon de nous appuyer. Une manière concrète de participer au maintien d’une salle de rédaction forte en Estrie, investie à fond dans la mission de vous offrir le meilleur de l’information. En toute indépendance.

J’en profite, au nom de toute l’équipe, pour remercier les abonnés qui nous sont fidèles et qui nous permettent, par leur confiance et leur contribution, de continuer à construire l’avenir de La Tribune.

Je tiens également à remercier les nombreux partenaires et annonceurs qui nous sont fidèles, qui trouvent chez nous des plateformes non seulement de plus en plus lues, mais adaptées à leurs besoins nouveaux. Des partenaires qui croient comme nous à la nécessité de maintenir une pluralité de voix pour informer sur la région.

Merci à vous lecteurs, d’être encore plus nombreux au rendez-vous. Chaque semaine, c’est plus de 2,1 millions de lecteurs qui font le choix de s’informer chez Groupe Capitales Médias (5).

Merci enfin à nos équipes, dédiées à la réussite.

***

(1) Source : Google Analytics, utilisateurs uniques, mars 2019 vs mars 2018.

(2) Source : Google Analytics, utilisateurs uniques, mars 2019 vs mars 2018.

(3) Source : Vividata printemps 2019, Québec Est, Québec centre, Ottawa/Gatineau RMR et Granby RMR, ad. 18+.

(4) Source : Vividata printemps 2019, Québec centre, 18 ans et +,

(5) Nombre de lecteurs et d’usagers uniques, toutes plateformes confondues (papier et numérique), Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, La Tribune, Le Quotidien et La Voix de L’Est