La Tribune
Plus de souplesse est réclamée à l’UdeS pour l’organisation des cours en présentiel.
Plus de souplesse est réclamée à l’UdeS pour l’organisation des cours en présentiel.

Grogne autour des cours en présentiel à l’UdeS

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
La grogne monte à l’Université de Sherbrooke. Alors que l’institution maintient sa position d’offrir le plus possible de présentiel cet hiver, la Fédération étudiante de l’UdeS (FEUS) et le Syndicat des professeures et des professeurs (SPPUS) réclament plus de souplesse de la part de la direction. « L’UdeS n’arrête pas de répéter que ça va bien. C’est un gros mensonge », lance le président de la FEUS, Alexandre Guimond.