Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les parents d’élèves sont invités à prévoir un plan B pour le transport de leurs enfants le mercredi 14 avril en matinée.
Les parents d’élèves sont invités à prévoir un plan B pour le transport de leurs enfants le mercredi 14 avril en matinée.

Grève des enseignants : parents d’élèves sur le qui-vive

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
En vue de la grève des enseignants de « courte durée » prévue le mercredi 14 avril entre minuit et 9 h 30, les parents d’élèves sont invités à prévoir un plan B pour le transport de leurs enfants.

Une lettre a par ailleurs été envoyée vendredi aux parents des élèves fréquentant le Séminaire de Sherbrooke afin que ces derniers puissent réorganiser leur journée en fonction du transport scolaire qui pourrait se voir annuler en matinée.

Les Centres de services scolaires touchés par cette grève sont toutefois toujours en attente d’une réponse de la Cour supérieure quant à l’injonction interlocutoire qu’ils ont déposée plus tôt cette semaine.

Dans leur requête, les gestionnaires scolaires affirment que le débrayage prévu « met en péril la santé et la sécurité des élèves ». Ils déplorent notamment les répercussions que cela aura sur le transport scolaire et sur les services de garde. En conséquence, ils demandent à la Cour supérieure de déclarer que cet avis de grève est illégal et d’ordonner l’annulation de l’avis tel qu’il a été transmis.

La Cour supérieure devait trancher vendredi.

Le président du Syndicat de l'enseignement de l’Estrie (SEE) Richard Bergevin s’est dit par ailleurs déçu de la tournure des événements.

« Pour nous, la grève de courte durée est une façon de lancer un coup de semonce pour rappeler au gouvernement que ça fait plus d’un an que nous sommes en négociation. Nous attendons la réponse de la Cour, mais c’est un droit constitutionnel de pouvoir faire la grève dans le but de négocier ses conditions de travail », mentionne-t-il.

« D’autant plus qu’un préavis de 14 jours a été donné aux Centres de services scolaires afin qu’ils puissent s’organiser avant l’exercice de cette grève. »

Du côté du Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS), on indique que les modalités entourant la grève seront transmises aux parents lorsque la décision sera rendue par le juge de la Cour supérieure.

Le Centre de services scolaire des Haut-Cantons a, quant à lui, envoyé un courriel aux parents mercredi dernier demandant leur collaboration. « Le transport scolaire sera suspendu le matin. Nous demandons donc la collaboration des parents pour venir reconduire leur enfant entre 9 h 45 et 10 h. Les élèves marcheurs doivent aussi respecter la consigne de ne pas se présenter à l’école avant 9 h 45. Veuillez noter que les services de garde seront fermés le matin, en raison des lignes de piquetage. Ils seront cependant ouverts en fin de journée, selon l’horaire habituel de votre école. Le transport scolaire sera fonctionnel, comme à l’habitude, en fin de journée », était-il indiqué.

Rappelons que près de 73 000 enseignants du préscolaire, primaire, secondaire et de la formation professionnelle représentés par la CSQ pour la négociation des conventions collectives, dans les secteurs francophone et anglophone, ont prévu cette grève de quelques heures.