Les profits du tournoi de golf annuel du maire de Sherbrooke sont versés à la Fondation pour les élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. Sur la photo, Steve Lussier, maire de Sherbrooke, David Siroie, Lydia St-Pierre, tous deux des élèves qui ont travaillé fort pour rester à l’école, et Serge Audet, directeur du développement de la Fondation pour les élèves de la CSRS.

Golfer pour la persévérance scolaire

Les participants au tournoi de golf annuel du maire de Sherbrooke, événement dont les profits sont versés à la Fondation pour les élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), ont eu droit à une nouveauté cette année : ils ont pu voir l’effet positif de leur générosité grâce aux témoignages de jeunes ayant fait preuve de persévérance scolaire.

«À la conférence de presse [sous cette forme], le monde voit c’est quoi, la persévérance scolaire, il voit à quoi sert l’argent, et c’est ce que je voulais!», se réjouit Serge Audet, directeur du développement de la Fondation pour les élèves de la CRSR.

Par exemple, pour David Sirois, qui entre en cinquième secondaire à l’école de La Montée, pavillon LeBer, le simple fait de suivre en classe était pénible : « Moi, les grandes difficultés que j’ai, c’est d’abord les langues et particulièrement le français, parce que j’ai vécu toute ma jeunesse sur une île dans la mer des Caraïbes où l’on parle anglais et espagnol... Mais j’ai travaillé fort parce que je me disais que ça ne me tentait pas de recommencer mon année! Moi, ça me tentait de la passer pour que je puisse aller dans un domaine qui m’intéresse et me passionne!»

Lydia St-Pierre, étudiante de 4e secondaire au Triolet, est quant à elle passée par une prise de conscience : «J’avais beaucoup de difficultés à cause de mon anxiété, j’avais beaucoup de mauvaises notes et je manquais fréquemment l’école. J’étais découragée et je n’avais plus de confiance en moi. Puis un jour, je me suis levé, je me suis dit ‘‘Bon, ça suffit! Tu vas te trouver un intérêt, une passion, qui va t’empêcher de décrocher’’. Alors j’ai été en danse et j’ai fait Propulsion jeunesse - j’ai fais cinq cours [en cuisine] au [Centre de formation professionnelle] 24-juin pour découvrir ce que c’est, puis j’ai décidé de m’inscrire dans ça l’année prochaine, pour être plus motivée à aller à l’école. Il faut se trouver quelque chose pour rester accroché, et avoir confiance en soi et rester positif, toujours!», conseille avec conviction l’adolescente.

Soutenir 350 jeunes

Mise de l’avant au tournoi de golf, la campagne « Reste à l’école! », qui valorise la poursuite des études auprès des jeunes de 3e, 4e et 5e secondaire, se donne l’objectif de garder 350 jeunes comme Lydia et David sur les bancs d’école cette année. Ces 350 élèves ont été identifiés comme étant à risque de décrochage par différents intervenants des écoles de la CSRS et seront encadrés par différents moyens.

«Souvent, les jeunes, dès qu’ils ont un emploi, un char et une blonde ou un chum, ben ils se sentent riches, ils lâchent l’école... Mais il ne faut pas ça, il faut qu’ils restent au moins jusqu’en secondaire 5! Quand tu finis ton secondaire 5, ça fait toute une différence dans la vie : tu as un meilleur emploi, un meilleur salaire, des meilleures conditions de vie... L’objectif, ce n’est pas de les emprisonner à l’école, c’est de les encourager à rester pour avoir plus de moyens pour aller vers leurs rêves et leurs ambitions», explique M. Audet.

D’ailleurs, le président de la CSRS, Gilles Normand, rappelle que les risques de décrochage scolaire sont plus élevés l’été, et non en cours d’année, puisque les jeunes qui ont goûté au travail perdent l’envie de retourner en classe. C’est pourquoi la campagne est lancée deux semaines avant la rentrée scolaire.

Tournoi record

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, a lui aussi tenu à souligner l’importance d’aider les jeunes à rester à l’école, et c’est pourquoi il a décidé de verser les profits du tournoi à cette cause depuis son élection. «La persévérance scolaire me tient réellement à coeur! Et à tous les membres du conseil municipal également, sans exception, unanimement! J’aime ça le dire, parce que c’était vraiment unanime au niveau du conseil; ils sont convaincus de l’importance de soutenir la persévérance scolaire, c’est donc avec conviction qu’on a adhéré au programme!», a lancé le maire jeudi, en remerciant et félicitant les conseillers municipaux et les représentants de la CSRS présents.

Les élus ont donc une bonne raison de se réjouir, puisqu’avant même le début de tournoi, M. Audet croyait que l’objectif de 40 000$ était déjà atteint et qu’il serait probablement largement dépassé après la journée. Le record de 37 500$ de l’année dernière serait ainsi assurément battu. Le montant final sera officiellement annoncé prochainement.