Les GEEBEE sont notamment utilisés sur les terrains de l’Université Bishop’s à Lennoxville.
Les GEEBEE sont notamment utilisés sur les terrains de l’Université Bishop’s à Lennoxville.

GeeBee poursuit sa course

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
SHERBROOKE — Trois experts indépendants ont évalué la candidature de l’entreprise sherbrookoise GeeBee pour l’obtention du sceau international Efficient Solution de la fondation Solar Impulse. Déjà, leur trottinette électrique figure parmi les 1000 solutions propres et rentables au monde.

Selon la présidente de Concept GeeBee, Sabine Le Nevannau, le but de la Fondation Solar Impulse est de sélectionner et ainsi promouvoir ces nombreuses solutions, qui sont à la fois propres, durables et rentables.

Bertrand Piccard, le créateur de cette Fondation, est une personne active dans la lutte aux changements climatiques. «Il voulait démontrer qu’il existait des solutions et des technologies autres que celles utilisant des carburants fossiles», mentionne Sabine Le Nevannau.

À vrai dire, il existe des solutions alternatives, et ce, dans différents domaines tels que la mobilité, le traitement des déchets ou des eaux, l’énergie et même celui de l’agriculture, souligne la présidente, à titre d’exemple.

«Ce n’est pas vrai que la lutte aux changements climatiques ou la proposition de solutions durables coûte de l’argent. Au contraire, c’est rentable, et c’est aussi bien pour le créateur, mais aussi pour les personnes qui vont l’adopter comme les entreprises, le gouvernement ou les organisations, par exemple. C’est vraiment pour ces raisons que je trouve cela intéressant», précise-t-elle.

La candidature a été déposée le 3 juin. Depuis, trois experts indépendants ont évalué minutieusement le dossier à l’aide de calculs, dont celui sur l’impact de la trottinette sur les émissions de gaz à effet de serre.

«Pour nous, c’est important parce que le sceau amène une certaine crédibilité. Quand c’est nous ou nos clients qui le disons, c’est une chose, mais dans ce cas-ci, ce sont des experts indépendants qui évaluent ces solutions», se réjouit Sabine Le Nevannau.

Les GeeBees sont utilisés dans les organisations publiques et privées au Québec ainsi qu’à l’étranger, dont la France, la Belgique, les États-Unis et bientôt le Mexique. Pour la présidente de l’entreprise sherbrookoise, cette récente reconnaissance se caractérise comme une «validation de nos arguments» sur la décarbonisation des transports.

Les efforts portent fruit 

Prochainement, Sabine Le Nevannau aimerait ajouter une corde à son arc, soit le développement de bornes de recharge et un modèle de GeeBee à trois roues. «En plus, ils bénéficieront sensiblement des mêmes choses que la trottinette, car ils seront fabriqués de la même façon.»

Cette dernière ne cache pas que la pandémie de la COVID-19 a influencé la commercialisation des GeeBees, puisqu’elle se déroule habituellement dans les salons et les missions internationales. «On doit vraiment essayer le GeeBee», précise Sabine Le Nevannau à propos de la vente de son produit.

Pour le moment, plusieurs commandes ont été reportées à l’an prochain, toutefois les ventes augmentent en Europe, observe Sabine Le Nevannau.

Les difficultés d’autres entreprises et l’incertitude reliée à la pandémie se répercutent inévitablement sur Concept GeeBee. «Je dirais que tout le travail que nous avions fait depuis les dernières années porte ses fruits. La croissance de notre entreprise a seulement été moins importante que prévu», estime-t-elle.

L’entreprise continue à se déployer dans certains États américains, en plus de prendre le temps de consolider ses marchés. 

Selon Sabine Le Nevannau, le Mexique est aussi dans la mire de l’entreprise, et ce, principalement pour répondre aux besoins de l’industrie agricole.

«Avec la pandémie, on doit se concentrer sur des secteurs qui sont peut-être moins ébranlés comme l’agriculture plutôt que celui du récréotourisme.»