La directrice générale du FTMS Malika Bajjaje et la copropriétaire du restaurant Comme chez soi Martine Gérin ont eu du plaisir lors de la 22e édition du Festival des traditions du monde de Sherbrooke.

FTMS : la pluie n’a pas gâché la fête

La pluie n’a pas gâché le Festival des traditions du monde de Sherbrooke. Les festivaliers se sont présentés au parc Quintal autant lors des journées ensoleillées que lors des jours pluvieux de jeudi et samedi, assure la directrice générale de l’événement Malika Bajjaje, qui dresse un bilan positif de l’événement.

« J’ai été enchantée et même émue, commente Mme Bajjaje. On a pu remplir toutes les scènes intérieures et les chapiteaux thématiques. On a démarré avec le spectacle de Zachary Richard qui s’est déroulé à guichets fermés. On a clôturé dimanche avec un site plein à craquer. On est conscients qu’on avait un peu de difficulté jeudi et samedi après-midi. Les gens ont bravé la température quand même les soirs. C’était plein. Les festivaliers sont restés à la maison jusqu’à ce que la pluie soit passée. Ils sont venus nous voir. »

Outre le spectacle à guichets fermés de Zachary Richard — rappelons que des gens ont même dû rebrousser chemin puisque la salle était trop remplie —, Florent Vollant et Yves Lambert, entre autres, ont conquis les cœurs des Sherbrookois. « C’est incroyable. Yves Lambert a fait un atelier, il était tellement généreux! Le Shack d’Amérique était plein à craquer. On a eu des noms qui sont rarement de passage à Sherbrooke », s’enthousiasme Malika Bajjaje, fière de la programmation de la 22e édition.

D’ailleurs, les idées ne manquent pas pour le 23e FTMS. « On a des artistes qui veulent revenir et des artistes qui nous font des propositions », avoue la directrice générale.

Pour leur part, les festivaliers semblent avoir à nouveau apprécié l’expérience. Marie-Fance Poulin a revisité le festival, elle qui n’y avait pas mis les pieds depuis plusieurs années. « Quand j’étais plus jeune, je venais avec mes grands-parents. C’est un retour, je ne suis pas déçue! Il y a plein de belles découvertes », mentionne-t-elle, ajoutant que le spectacle de danse baladi a été son coup de cœur.

Nouveaux restaurateurs satisfaits

Les restaurateurs qui prenaient part pour la toute première fois au FTMS, eux, ont semblé ravis. L’ambiance entre les commerçants et la proximité avec la foule sont des éléments satisfaisants, raconte Martine Gérin, copropriétaire du restaurant d’inspiration belge Comme chez soi. « C’est un bel esprit de partage. Ce que j’ai aimé, c’est que dès la première soirée lorsqu’on est arrivés pour les préparatifs, le Cambodge était là pour nous prêter une échelle, il y avait l’Iran à côté qui était là pour nous prêter des ciseaux. Tout le monde se donne un peu de nourriture. C’est une expérience extraordinaire. Je ne sens pas de compétition », explique Mme Gérin, le sourire aux lèvres.


« Tout le monde se donne un peu de nourriture. C’est une expérience extraordinaire. »
Martine Gérin

Même si elle ne peut pas comparer aux autres années, la copropriétaire du restaurant Comme chez soi pense que son kiosque a été populaire. « Je crois que ça va avoir un bel impact au niveau du restaurant en soi. Les gens nous demandent où nous sommes situés. On sent qu’on a un nouveau bassin de clientèle qu’on touche », exprime-t-elle, ajoutant que la cuisine d’inspiration belge est « très gourmande ».

« On a trouvé ça [la pluie] dommage, mais on ne peut rien y faire. J’ai senti que les autres restaurateurs ont vu une différence. J’ai l’impression que dimanche, on a une superbe journée. Les gens se reprennent », dit Mme Gérin, mentionnant son intérêt d’occuper le kiosque à nouveau pour les années à venir.