Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur du Service de police de Sherbrooke, Dany McConnell, a appelé les Sherbrookois à respecter les règles sanitaires, vendredi, en présence du maire de Sherbrooke Steve Lussier, de la présidente du comité de sécurité publique Danielle Berthold et de la vice-rectrice à la vie étudiante de l’Université de Sherbrooke Jocelyne Faucher (qu’on ne voit pas sur la photo).
Le directeur du Service de police de Sherbrooke, Dany McConnell, a appelé les Sherbrookois à respecter les règles sanitaires, vendredi, en présence du maire de Sherbrooke Steve Lussier, de la présidente du comité de sécurité publique Danielle Berthold et de la vice-rectrice à la vie étudiante de l’Université de Sherbrooke Jocelyne Faucher (qu’on ne voit pas sur la photo).

Front commun pour le respect des mesures sanitaires [VIDÉO]

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
« Nous demandons la collaboration de la population pour le respect des règles sanitaires. Portez le masque, c’est aussi simple que cela. »

Flanqué du maire de Sherbrooke, Steve Lussier, de la présidente du comité de sécurité publique, Danielle Berthold, et de la vice-rectrice à la vie étudiante de l’Université de Sherbrooke, Jocelyne Faucher, le directeur du Service de police de Sherbrooke, Dany McConnell, a réitéré vendredi la demande à la population de respecter les mesures sanitaires.

Ce front commun survient à la veille du premier long weekend printanier où les températures s’annoncent très agréables, mais au moment où l’Estrie se trouve sur la corde raide et pourrait basculer à nouveau en zone rouge.

« Nous sommes entre deux feux. Nous avons constaté un relâchement en ce qui a trait aux rassemblements sur notre territoire. Le premier ministre a été clair, l’Estrie se trouve sous haute surveillance. Nous ne voulons pas retourner en zone rouge avec tout ce que ça implique pour les commerces, les entreprises et les citoyens. Nos citoyens sont résilients et font de grands efforts. Il faut continuer en ce sens pour retourner à la vie normale le plus rapidement possible », signale le maire de Sherbrooke.

Jeudi, le SPS a dû intervenir dans une dizaine de parcs pour sensibiliser les utilisateurs au port du masque en tout temps lorsque l’on se retrouve en présence d’une personne hors de sa bulle familiale.

À partir de 16 h, le SPS a été submergé d’appels de citoyens qui dénonçaient des regroupements dans les parcs. Deux constats ont été émis pour le non-respect des mesures sanitaires et neuf autres pour le non-respect du couvre-feu.

« Nous émettons des constats lorsque c’est possible de le faire. Le but recherché demeure cependant d’éviter la propagation de la COVID-19 et de rester en zone orange. Chaque situation est une situation d’espèce. Il est possible de faire des sports comme du spikeball, mais à 250 personnes au parc Blanchard, il devenait impossible de faire respecter la distanciation. Il suffit de porter le masque pour les gens qui veulent sortir », réitère le directeur du SPS.

« La constante de la distanciation demeure depuis le début des mesures sanitaires le 13 mars 2020. Il faut continuer à respecter le deux mètres », martèle l’inspecteur à la surveillance du territoire au SPS, Patrick Roy.

La présidente du comité de sécurité publique, Danielle Berthold, invite au respect non seulement des règles sanitaires, mais aussi des policiers qui font appliquer les règles dans l’objectif d’éviter la propagation de la COVID-19.

Les étudiants

Les étudiants de l’Université de Sherbrooke ont été identifiés comme des participants importants au rassemblement du parc Blanchard jeudi. 

« Le pouvoir de l’université est d’être un citoyen responsable. Nous voulons que les étudiants apprennent à travailler, à étudier, à faire des travaux d’équipe dans le respect des mesures sanitaires et à les appliquer au quotidien même en dehors du campus », signale Jocelyne Faucher.

Par communiqué, la Table associative estrienne (TASSE) et le Regroupement étudiant de maitrise, diplôme et doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS) ont demandé à leurs membres de faire preuve de plus de prudence et de continuer de participer à l’effort collectif.

« Profiter du grand air, oui. Étudier en groupe, oui. Mais les consignes sociosanitaires doivent être observées coûte que coûte », affirme dans un communiqué la directrice aux affaires politiques et externes du REMDUS, Diana Gutiérrez-Ruiz,

« Il est clair que nous constatons un relâchement de la part de la population en général face aux restrictions émises par la Santé publique, et la communauté étudiante n’est pas une exception à ce laisser-aller, mais il est plus qu’essentiel, surtout en ce moment, de ne pas faire de faux pas », ajoute dans le même communiqué le représentant de la TASSE, Guillaume Desmarais.