La responsable des bénévoles de la friperie-boutique, Diane Roy, et le directeur du bénévolat et des services de soutien de La Maison Aube-Lumière, Joël Bolduc.
La responsable des bénévoles de la friperie-boutique, Diane Roy, et le directeur du bénévolat et des services de soutien de La Maison Aube-Lumière, Joël Bolduc.

Friperie-boutique d'Aube-Lumière : une édition «printanière» malgré tout

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
La friperie-boutique temporaire de La Maison Aube-Lumière a finalement ouvert ses portes cette semaine pour l’édition « printanière » reportée.

Encore une fois, la pandémie actuelle bouleverse les plans de plusieurs. Chaque année, La Maison Aube-Lumière ouvre une friperie-boutique pour dames pendant cinq semaines, et ce, au printemps et à l’automne.

Les dons de vêtements et d’accessoires se sont accumulés et les consignes de la santé publique s’assouplissent, donc les bénévoles s’activent enfin.

« Nous sommes plus de cinquante bénévoles qui participent à cette mission. Autant pour le triage, la préparation de la boutique et la vente. C’est une source de revenus non négligeable pour La Maison Aube-Lumière », souligne la responsable des bénévoles de la friperie-boutique pour dames, Diane Roy.

Jusqu’au 11 juillet, la friperie-boutique liquidera les dons à des prix variant de 2 à 12 $ au local 132 du centre commercial près de la Place des Congrès.

En raison de la COVID-19, les morceaux de vêtements ne seront pas étiquetés de la même manière que les dernières éditions. Pour faciliter le fonctionnement, le prix est maintenant indiqué au-dessus de chaque présentoir de la boutique.

En d’autres mots, pour cette première édition de l’année, les pantacourts sont tous affichés au même prix par exemple.

D’autres mesures sanitaires sont mises en place afin d’offrir un environnement sécuritaire aux clients et aux nombreux bénévoles qui lèvent la main depuis des années.

« Pour la friperie, non. En fait, les vendeuses sont vraiment contentes de venir. C’est une activité de bénévolat qu’elles apprécient beaucoup », affirme spontanément le directeur du bénévolat et des services de soutien de La Maison Aube-Lumière, Joël Bolduc, à propos de la recherche de bénévoles souvent difficile dans certains milieux.

La friperie-boutique pour dames est l’une des activités majeures de financement de la Maison Aube-Lumière qui a pour mission d’accueillir gratuitement des personnes atteintes du cancer en fin de vie et de leur prodiguer des soins.

« Grosso modo, la moitié de l’argent provient de l’agence de la santé et nous, il faut trouver un million [de dollars] avec des activités de financement comme la friperie ou la vente de poinsettias. L’argent permet d’offrir des soins gratuits à tout le monde, bref aux gens qui sont hébergés chez nous », précise Joël Bolduc.

Depuis cinq ans, Diane Roy s’occupe de la friperie-boutique en tant que responsable. Toutefois, elle est bénévole pour La Maison Aube-Lumière depuis une dizaine d’années.

« Diane chapeaute le tout et de mon côté, je la soutiens pour d’autres aspects comme la gestion des horaires ou la publicité, par exemple. Mais tout ce que tu vois ici, c’est l’œuvre de Diane et de ses bénévoles », souligne Joël Bolduc au moment de la visite du local 132.

Comme le souligne Diane Roy, le succès de l’activité de financement se résume principalement à la belle collaboration avec les bénévoles de La Maison Aube-Lumière.