Une étudiante en réadaptation traite une jeune fille dans le cadre de son stage à la Clinique universitaire de réadaptation de l’Estrie.
Une étudiante en réadaptation traite une jeune fille dans le cadre de son stage à la Clinique universitaire de réadaptation de l’Estrie.

Former la relève par l’entremise de cliniques-écoles

Mireille Vachon
Mireille Vachon
La Tribune
L’Université de Sherbrooke (UdeS) offre depuis plusieurs années des services gratuits ou à faible coût à la population, qui permettent de professionnaliser les étudiants de divers programmes. Ces services, souvent méconnus, permettent aux universitaires de développer leurs compétences pratiques sous la supervision de professionnels de leur milieu.

À la clinique-école en orientation, par exemple, chaque client est attitré à un étudiant de troisième année au baccalauréat en orientation ou à la maîtrise, sous la supervision de conseillers en orientation expérimentés.

La clinique est d’ailleurs présentement à la recherche de clients pour la session d’automne, soit des adultes de tous âges qui souhaitent réorienter leur carrière, retrouver du travail après une mise à pied, faire le bilan de leurs compétences professionnelles ou encore prendre une décision quant à leur choix de carrière, et ce, gratuitement.

Cynthia Joyal, coordonnatrice académique de la formation pratique, croit que c’est un moment adéquat pour utiliser les services, puisque la pandémie a créé son lot d’incertitudes chez les gens par rapport à leur travail. « En temps normal, une personne sur cinq vit de la détresse psychologique au travail, et je pense que la statistique a probablement grimpé à une sur quatre en temps de pandémie », souligne-t-elle.

À LIRE AUSSI: Des services gratuits méconnus à l'UdeS

« On essaie de trouver un rapport gagnant-gagnant au niveau de la formation des étudiants et des besoins de la communauté sherbrookoise. Les gens ont besoin d’un service au niveau de leur carrière, et nous on a besoin de former des conseillers en orientation compétents. À la clinique, on essaie de les rapprocher le plus possible de la réalité des interventions », explique Eddy Supeno, professeur responsable de la maîtrise en orientation et de la clinique.

Il précise toutefois que le but n’est pas de faire compétition aux autres organismes d’employabilité et de développement de carrière, mais bien d’agir en complémentarité avec eux. 

Notons qu’entre 50 et 100 étudiants par trimestre participent à la clinique-école, qui dessert environ 450 personnes par année.

La Clinique d’intervention psychoéducative est aussi en période de recrutement pour les services offerts aux parents et aux enfants de 10 mois à 3 ans et aux enfants de 10 à 12 ans.

Des services en réadaptation physique 

La Clinique universitaire de réadaptation de l’Estrie (Coop CURE) offre quant à elle des services de physiothérapie et d’ergothérapie à moindre coût depuis 2012, prioritairement à une population n’y ayant pas accès et vulnérable au plan socioéconomique.

« La clinique est née d’un besoin de la population qui nécessite des soins en réadaptation. Les listes d’attente au public sont souvent extrêmement longues, et le privé n’est pas accessible à tous, car beaucoup n’ont pas d’assurance », explique Stéphanie Demers-Dubuc, directrice générale de la Coop.

La CURE a aussi comme mission de déployer plus d’offres de stage pour les étudiants de l’École de réadaptation de l’UdeS. 

En moyenne, autour de 60 étudiants de la première à la dernière année en ergothérapie et en physiothérapie ont la chance de développer leurs compétences pratiques. Pour la prochaine année, les offres de stage seront toutefois réduites en raison de la COVID-19.

« Il n’y a aucune démarche lucrative dans notre approche, soutient Mme Demers-Dubuc. On a le souci de rendre les services de réadaptation plus accessibles, tout ça dans un contexte universitaire reconnu et un souci de qualité de la prise en charge », termine la directrice générale. 

Portail Apprendre avec vous 

Des services du même genre sont également offerts dans les quatre autres établissements du Pôle régional en enseignement supérieur de l’Estrie (PRESE), soit le Cégep de Sherbrooke, l’Université Bishop’s, le Collège Champlain-Lennoxville et le Collégial du Séminaire de Sherbrooke.

Pour découvrir l’offre complète des services, il suffit de visiter le portail bilingue Apprendre avec vous, créé par le PRESE en février 2020 pour faciliter l’accès au public. 

« Le besoin de créer un portail commun de visibilité pour les services à la collectivité et l’apprentissage expérientiel a été identifié comme un projet structurant du Pôle », explique Sophie Vincent, coordonnatrice du PRESE. Ces services, qui existent parfois depuis des décennies, sont bien implantés, mais souvent méconnus, ajoute-t-elle. 

Pour en savoir plus: les cliniques-écoles près de chez vous.