La Fondation du Centre jeunesse de l’Estrie tiendra son 7e Coquetel dînatoire de Noël jeudi au Musée des beaux-arts de Sherbrooke. Audrey* viendra témoigner de son expérience tandis que Mélanie Noël assurera l’animation de la soirée.

Fondation du Centre jeunesse de l’Estrie : un petit plus pour les jeunes

Cours de karaté, installation en appartement, inscription chez les scouts, camp d’été... Les façons dont la Fondation du Centre jeunesse de l’Estrie (CJE) aide les jeunes sont nombreuses. Et pour être en mesure de continuer à le faire, elle tiendra son 7e Coquetel dînatoire de Noël jeudi au Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

Audrey* est l’une des nombreuses personnes qui ont bénéficié de l’aide de la Fondation durant son parcours.

À l’âge de 12 ans, elle a fait un passage de six mois au Centre jeunesse.

« J’étais toujours suspendue à l’école et j’avais des comportements violents et agressifs, explique-t-elle. Mes parents n’étaient pas très présents et l’école a compris que je rapportais la violence que je vivais chez moi. »

Audrey a continué à aller à l’école de Val-du-Lac jusqu’à la fin de son secondaire 2 lorsqu’elle a été placée en famille d’accueil.

« Je suis tombée dans la consommation de colle, admet-elle. Il y avait comme une mode à mon école et je suis embarquée dedans. Mes parents l’ont su et ça faisait de la chicane. Ils ont cherché à m’envoyer à Val-du-Lac, mais je me suis défendue et je suis allée en famille d’accueil. Je continuais à m’en foutre et à consommer. Je ne traitais pas bien ma famille d’accueil donc je suis seulement restée trois semaines avant d’être envoyée à Val-du-Lac. »

De son propre aveu, Audrey n’était pas réceptive pour recevoir de l’aide.

« Dans les premiers temps à Val-du-Lac, j’étais fermée et je ne voulais pas d’aide. Je me suis dit que j’allais faire mon temps puis m’en aller. Je continuais mes comportements agressifs et d’essayer de consommer de la colle. » 

À la suite d’une tentative de suicide, Audrey a été transférée pendant un mois à Saint-Hyacinthe dans un milieu plus sécuritaire.

« Je n’avais pas d’ouverture à vouloir changer, estime-t-elle. Je me disais que la vie c’était de la marde et que ça allait être comme ça. Donc autant arrêter ça là ».

C’est à ce moment que les parents d’Audrey ont repris une place importante dans sa vie.

« Lorsqu’ils ont vu que je n’allais pas bien, ils se sont rapprochés. Ç’a pris des années, mais en ce moment ça va super bien. Je ne leur ai pas pardonné, mais je laisse aller, tout le monde a droit à une seconde chance. Mon père fait des efforts. »

Les choses ont alors commencé à se replacer pour Audrey qui a compris qu’elle pouvait être en contrôle de ses malheurs, mais aussi de son bonheur.

« C’est à force de me faire mettre des bâtons dans les roues que je l’ai réalisé, souligne-t-elle. J’étais sortie de l’école de Val-du-Lac et j’étais rendue à l’école Montcalm. J’avais de la liberté donc j’en profitais un peu trop. On m’a barrée et je suis retournée à Val-du-Lac. Je faisais de la photographie à Montcalm et ça m’a fait mal de perdre ça. Moins j’écoutais, plus j’étais serrée. À un moment donné, j’ai réalisé que c’était moi qui créais mon malheur. J’ai réalisé que quand je faisais mes affaires, j’avais des sorties, de la visite et Montcalm. Ça m’a ouvert les yeux. »

Le cours de photographie a justement été payé par la Fondation du CJE. La Fondation lui permet aussi d’être en appartement depuis un an, une réalité qui l’aide énormément.

Plus de 200 jeunes aidés

Des exemples comme celui d’Audrey, la Fondation du Centre jeunesse de l’Estrie peut se vanter d’en avoir plusieurs. En 2017, elle a soutenu plus de 209 jeunes à travers les différentes MRC de l’Estrie pour un montant de 73 525 $.

« C’est un petit plus qui permet aux jeunes de se sentir normaux, résume Isabelle Couture, membre du c.a. de la Fondation. Les subventions prennent en charge les besoins de base des jeunes, mais le gouvernement n’est pas en mesure de financer les activités sportives ou culturelles. Ce n’est pas non plus tous les parents qui peuvent se permettre ces activités pour leur enfant. »

* nom fictif

Vous voulez y aller?

7e Coquetel de la Fondation du Centre jeunesse de l’Estrie

Quand: Le jeudi 6 décembre de 17h à 19h

Où: Musée des beaux-arts de Sherbrooke

Coût: Les billets sont en vente au coût de 125$ sur le site de la Fondation au www.fondationcje.com