Selon un sondage Mainstreet mené auprès de 763 électeurs, les quatre principaux partis (PLQ, CAQ, PQ et QS) se retrouvent littéralement au coude à coude dans les intentions de vote des Sherbrookois en vue du scrutin du 1er octobre.

Fin de course à quatre à Sherbrooke!

À 10 jours du scrutin, rien n’est encore joué dans la circonscription de Sherbrooke. Loin de là! Un sondage Mainstreet mené auprès de 763 électeurs révèle que les quatre principaux partis (PLQ, CAQ, PQ et QS) se retrouvent littéralement au coude à coude dans les intentions de vote des Sherbrookois en vue du scrutin du 1er octobre.

Effectuée le 18 septembre dernier, l’enquête accorde au Parti libéral du Québec (PLQ) 20 % des intentions de vote, 19,6 % à Québec solidaire (QS), 18,8 % à la Coalition Avenir Québec (CAQ) et 18,6 % au Parti québécois (PQ). Un électeur sur cinq (20 %) se disait toujours indécis au moment du sondage.

Or, même après répartition des indécis, aucun des quatre partis ne peut prétendre être en avance. 

En effet, lorsque Mainstreet a demandé aux indécis : « Vers quel parti seriez-vous enclin à voter? » l’impasse demeure totale : Dans ce cas, le PLQ se situe à 24,7 %, la CAQ à 24,2 %, le PQ à 23,9 % et QS à 23,2 %. 

La course est à ce point serrée que, même après répartition des indécis, l’écart entre les quatre partis se situe à l’intérieur de la marge d’erreur de 3,9 %. 

« Wow! Ce sont des résultats tout simplement incroyables », a réagi l’analyste Steve Pinkus, de la firme de recherche Mainstreet, selon qui aucune autre circonscription au Québec n’a démontré une course aussi serrée que celle qui se déroule actuellement entre Luc Fortin (PLQ), Bruno Vachon (CAQ), Guillaume Rousseau (PQ) et Christine Labrie (QS). 

« J’ai l’impression qu’aucun de ces quatre candidats n’aura droit à de longues nuits de sommeil d’ici au 1er octobre... », souligne Steve Pinkus. « On savait dès le début de la campagne que Sherbrooke allait être une circonscription intéressante à suivre, mais pas à ce point-là », a-t-il ajouté. 

Selon Steve Pinkus, ce que les résultats dans Sherbrooke démontrent hors de tout doute, c’est que l’élection se jouera sur la capacité des organisations à mobiliser les électeurs.

« Je sais qu’on utilise souvent cette expression-là durant les élections, mais cette fois-ci, c’est plus vrai que jamais : va falloir que la machine de chacun des partis fasse sortir le vote pour espérer l’emporter », prévient-il.

Ces résultats démontrent en outre que les prétentions de Québec solidaire d’être en mesure d’effectuer une percée « historique » `; a l’extérieur de l’île de Montréal doivent être prises au sérieux. 

Dans un tel contexte, où tous les espoirs sont permis pour chacun des quatre candidats, ceux-ci devront donc éviter tout faux pas d’ici le 1er octobre, tout en espérant que leur chef se démarque à l’échelle provinciale, reconnaît l’analyste. « Comme le sondage a été mené avant le débat des chefs de jeudi, on ne sait pas pour le moment s’il a eu un impact. »   

Autres résultats

Depuis le déclenchement de la campagne, Mainstreet suit de près l’évolution des intentions de vote dans une quarantaine de circonscriptions. 

Outre Sherbrooke, les sondeurs de Mainstreet se sont aussi intéressés aux intentions de vote des électeurs dans les circonscriptions de Brome-Missisquoi et Laviolette-Saint-Maurice.

Dans Brome-Missisquoi, après relance des indécis, la CAQ récolte 32 % des appuis contre 22,6 % pour le PQ, 22,3 % pour le PLQ et 17,6 % pour QS.

Enfin, dans Laviolette-Saint-Maurice, la CAQ obtient 37 % des préférences contre 23,8 % pour le PLQ, 22,5 pour le PQ et 11 % pour QS.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.