La députée de Saint-François, Geneviève Hébert (au centre), a annoncé une aide de 2,2 M $ pour la réfection de la piscine du Centre de l’activité physique du Cégep de Sherbrooke. On la voit ici avec le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.
La députée de Saint-François, Geneviève Hébert (au centre), a annoncé une aide de 2,2 M $ pour la réfection de la piscine du Centre de l’activité physique du Cégep de Sherbrooke. On la voit ici avec le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.

Feu vert à la réfection de la piscine du CAP

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
La direction du Cégep de Sherbrooke pousse un soupir de soulagement. Québec accorde 2,2 M $ pour la réfection de la piscine du Centre de l’activité physique (CAP), ce qui permettra à l’institution collégiale d’enclencher des travaux à l’hiver 2022, évalués à 4,4 M $.

La députée de Saint-François Geneviève Hébert en a fait l’annonce, mardi, au Cégep de Sherbrooke. La Ville de Sherbrooke avait déjà promis une assistance financière de 1,05 M $, conditionnelle à l’acceptation du projet par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES). Le Cégep déboursera les quelque 1,15 M $ restants.

À LIRE AUSSI: Le sort de la piscine du CAP toujours incertain

Rappelons que les installations aquatiques du CAP montraient plusieurs signes de détérioration. Le projet de rénovation du Cégep n’avait cependant pas été retenu dans le cadre du programme de soutien aux installations sportives et récréatives. 

« Nous avons accueilli la subvention avec une grande joie, mais aussi en poussant un soupir de soulagement. L’entretien et la réfection d’une piscine peuvent sembler être une opération banale (...) Cela dit, quand la pérennité est menacée, on prend bien vite conscience de l’importance qu’elle a pour toutes les communautés qui en bénéficient », a indiqué la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger. 

Environ 80 % des activités aquatiques sont destinées à la population en général. En plus de desservir la communauté collégiale, l’infrastructure du CAP dessert 2500 élèves des écoles de la région, en plus de former annuellement 350 sauveteurs et moniteurs de sécurité aquatique. 

Les travaux seront lancés à l’hiver 2022 et le chantier sera terminé pour la rentrée 2022. D’ici là, l’institution devra engager les professionnels et réaliser les plans et devis, en plus d’octroyer le contrat de rénovation. 

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, la députée de Saint-François Geneviève Hébert et la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.

Les installations seront rénovées et bonifiées, et l’efficacité énergétique sera améliorée. La direction souhaite ajouter de la fenestration afin de profiter de la lumière naturelle. Une réflexion sera amorcée pour amoindrir les impacts des travaux sur l’utilisation de la piscine, a aussi noté Mme Bélanger, qui a souligné au passage le travail de l’ancien maire de Sherbrooke Jean Perrault dans ce dossier.   

« L’urgence de la situation a été entendue par mon collègue Jean-François Roberge (ministre de l’Éducation). Les contributions financières de la Ville de Sherbrooke et du Cégep de Sherbrooke ont fait une grande différence », a souligné Mme Hébert, en rappelant que la réfection de la piscine avait fait partie de ses engagements électoraux lors de la campagne provinciale en 2018. Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, a rappelé l’implication financière de la Ville de Sherbrooke, en soulignant que ces travaux auront des retombées positives sur l’ensemble de la communauté. 

Sans la subvention du gouvernement provincial, le Cégep de Sherbrooke aurait été contraint de soit fermer la piscine, opter pour un règlement d’emprunt pour réaliser les travaux ou encore trouver une autre source de financement.  

Malgré la détérioration du bassin aquatique, il n’est pas question de fermeture en attendant la cure de rajeunissement. L’équipe du Cégep maintient les infrastructures et les surveille, rappelle la direction.

Le projet, d’abord évalué à 4,3 M$ il y a quelques années, a été revu à 4,4 M$.