Les neuf immeubles visés sur la rue Galt Ouest sont situés entre les rues Alexandre et Belvédère Sud, près du parc Alfred-Élie-Dufresne.

Feu vert à la démolition de neuf bâtiments sur Galt Ouest

Les travaux de démolition de neuf bâtiments le long de la rue Galt Ouest, entre les rues Alexandre et Belvédère Sud, pourraient commencer à la fin de l’année 2019 et devraient durer deux ans. La Ville a adopté un budget de 3 M$ pour commencer la mise en œuvre du projet, qui prévoit la construction de plusieurs immeubles totalisant 70 logements.

Rappelons que La Tribune avait révélé en juin que la Ville prévoyait acheter neuf immeubles à logements près du parc Alfred-Élie-Dufresne pour élargir la rue Galt Ouest, y ajouter une piste cyclable et agrandir le parc.

Lire aussi: La possible démolition sur Galt Ouest inquiète

Des immeubles de la Galt Ouest pourraient être démolis

Si le sujet n’a fait l’objet d’aucune présentation et d’aucune discussion lundi au conseil municipal, un citoyen a néanmoins cherché à savoir si des consultations publiques seront organisées. Les élus ont laissé entendre que des rencontres avec les citoyens concernés seront organisées sous peu.

Il semble maintenant acquis que les bâtiments visés seront démolis et remplacés par des logements accessibles et abordables en collaboration avec l’Office municipal d’habitation, la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie et la Société d’habitation du Québec. Ils devront être achetés par la Ville, soit par négociation ou par expropriation.

« On détruit neuf immeubles qui ont peut-être manqué d’entretien et qui, on va se le dire, ne sont pas d’une grande qualité pour les locataires actuels. J’ai demandé que ces locataires aient peut-être un premier droit de regard sur les nouveaux logements, mais il y a des règles à respecter. À tout le moins, l’objectif, c’est de ne pas les changer de quartier », commente Chantal L’Espérance, présidente du comité de revitalisation du centre-ville et conseillère du district du Lac-des-Nations.

« On va rendre la rue beaucoup plus intéressante du point de vue de la sécurité. On va redresser la rue et en même temps, nous l’élargirons pour inclure une piste cyclable, plus de verdure et une bande médiane avec des arbres. Nous pourrons agrandir le parc Dufresne, pour qu’il soit plus convivial. En ce moment, la partie de la piscine est un peu enclavée. Tant qu’à creuser la rue à 40 pieds dans le sol, aussi bien en profiter pour avoir de la vision et ne pas revenir dans plusieurs années en regrettant. On a une économie souvent en faisant tout en même temps. »

La présidente du conseil, Nicole Bergeron, a expliqué que les détails n’avaient pas été rendus publics jusqu’à maintenant pour éviter la spéculation. « Des fois, on nous dit que nous manquons de vision. Quand on en a, on nous reproche d’en avoir. Mais ce n’est pas vrai qu’on a agi seul et qu’on ne se préoccupe pas des citoyens. »

On évalue qu’un million de dollars seront nécessaires pour décontaminer le secteur et que les infrastructures coûteront 2,5 M$. Elles sont toutefois admissibles à une subvention. Les locataires qui devront se reloger auront droit à trois mois de loyer et les propriétaires seront aussi dédommagés. Un budget supplémentaire de 800 000 $ sera adopté lundi dans le cadre de la présentation du budget d’immobilisation 2019.

Le maire Steve Lussier a parlé d’un beau projet de revitalisation. « Nous avions des conduites d’aqueduc et d’égout qui dataient de 1922 et 1933. Vous comprendrez qu’ils sont à refaire le plus rapidement possible. On rencontrera les citoyens de ce secteur. Il y aura des consultations par rapport au projet. »