La Tribune
Chargée de cours à l’UdeS, Karine Bellerive collabore au projet collectif Un an de vieillissement, un livre qui vise à exposer de façon créative les différents vieillissements autour de nous et en nous.
Chargée de cours à l’UdeS, Karine Bellerive collabore au projet collectif Un an de vieillissement, un livre qui vise à exposer de façon créative les différents vieillissements autour de nous et en nous.

Fenêtre ouverte sur les vieillissements

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
« On parle souvent du vieillissement, mais on devrait parler des vieillissements. Parce que le vieillissement d’une personne est différent du vieillissement des autres personnes, même si elles ont le même âge. Et une personne peut porter plusieurs vieillissements en elle. Je ne vieillis pas aux mêmes rythmes comme mère, comme amie, comme conjointe, comme cycliste ou comme prof. Et mes manières de vieillir comme parent, par exemple, se distinguent de celles de ma propre mère », explique Karine Bellerive, enseignante à l’Université de Sherbrooke qui a collaboré à la rédaction d’Un an de vieillissement, un livre collectif qui cherche à exposer différents angles du vieillissement.