Mohamed Golli de l’ACIE a servi d’intermédiaire entre la famille de Rahaf Sana Aidy et plusieurs intervenants depuis le drame.

Faire le bien pour la petite Rahaf

La jeune réfugiée syrienne de huit ans qui s’est noyée dans la rivière Magog dimanche après-midi se nommait Rahaf Sana Aidy.

Bien qu’épuisée, sa famille a été soutenue par plus d’une centaine de personnes lundi soir au service commémoratif donné par l’Association culturelle islamique de l'Estrie (ACIE). « La mère était épuisée. Ses quatre frères étaient aussi présents pour recevoir les sympathies de la communauté. On a fait un discours, pour rappeler le deuil et l’importance d’être patient, de surmonter les épreuves », partage Mohamed Golli de l''ACIE. 

Lire aussi: Noyade dans la Magog: un choc pour une famille déjà affaiblie

Dans la croyance musulmane, explique-t-il, il est important de faire le bien pour le rediriger vers une personne décédée. C’est pourquoi l’ACIE organisera un souper-bénéfice à ses locaux (1200, rue Massé), mercredi soir, en l’honneur de la jeune Rahaf. 

« On envoie l’invitation à tout le monde. Il y aura des plats syriens et orientaux préparés. Ça amène un certain réconfort, surtout pour la famille. Donner leur apporte beaucoup de miséricorde », souligne M. Golli. Ce sera aussi l’occasion de réunir les différentes communautés, le repas étant même financé par une personne de confession chrétienne. 

La collecte de fonds pour la famille, aussi organisée par l’ACIE, aura toujours lieu vendredi entre 12 h et 14 h 30. Des gestes généreux font toutefois déjà surface : l’entreprise Steve L. Elkas a décidé d’assumer elle-même les frais encourus par le transport de la dépouille jusqu’au cimetière islamique de Laval. 

La fillette était accompagnée de deux de ses frères et de deux amis lors de cet après-midi funeste. Selon les informations obtenues par La Tribune, c’est une autre jeune fille du groupe d’amis présent qui a été la première à sauter à l’eau pour la secourir. 

Au moins un des frères de Rahaf serait ensuite entré dans l’eau, sans pouvoir ramener la jeune fille. Selon Mohamed Golli de l’ACIE, la deuxième jeune fille aurait subi des blessures mineures.