La Société d’histoire de Sherbrooke présente sa nouvelle exposition Passeport pour les vacances à la salle l’Américain-Biltrite.

Exposition de la SHS : voyager dans le temps et partout sur la planète

La Société d’histoire de Sherbrooke (SHS) devance la période estivale avec sa nouvelle exposition Passeport pour les vacances.

Pour la construction de cette exposition, la SHS s’est intéressée à savoir qui pouvait voyager dans le passé et surtout, où ces gens se rendaient. « L’exposition est sous forme de carnet de voyage. Un carnet qui illustre où les Sherbrookois et les familles sherbrookoises sont allés. Dans les années 30, 40 et 50, c’était surtout la bourgeoisie qui voyageait. Historiquement, les vacances payées, c’est récent  », affirme Marie-Ève Gingras, coordonnatrice de l’exposition. 

Puisque les archives de la SHS débordent de photos, l’exposition fait plusieurs clins d’œil aux endroits de la région et à d’autres endroits dans le monde. On peut se trouver à North Hatley comme au Pakistan. 

Le but premier étant de raconter, l’exposition permet également de découvrir les différents objets qui accompagnaient les vacanciers lors d’un voyage, tels que les maillots de bain en coton ou encore les vieux appareils-photo. 

Organisée selon les différents moyens de transport propices aux escapades, l’exposition nous en apprend également au sujet des avions, bateaux, trains et automobiles. 

Le carnet des Estriens 

Pourquoi le carnet de voyage? « Avec le carnet, on trouvait que l’on pouvait traiter plusieurs sujets concernant le voyage. Quand on est en voyage, on aime ça noter des choses, ramasser des cartes postales et garder nos billets de train. Dans nos fonds d’archives, on a trouvé des carnets de voyage qui ne sont pas illustrés, mais il y a des écrits. C’est cette idée qui nous a permis de rendre l’exposition dynamique. » 

D’un point de vue éducatif, selon Marie-Ève Gingras, l’exposition se révèle pertinente. « Ça nous permet aussi de faire des liens avec l’histoire et ce qu’on apprend à l’école. Établir ce qui est le présent et le passé  », ajoute-t-elle. 

Le vernissage avait lieu jeudi en soirée. Jusqu’au 27 octobre, c’est à la salle de l’Américain-Biltrite de la SHS qu’on peut se promener dans les carnets de voyage des Estriens de l’époque.