Certains employeurs et adolescents pourraient être tentés d’augmenter les heures de travail de ces derniers tandis que les écoles secondaires sont en fermeture prolongée. Le Projet PRÉE et le CET Estrie préviennent cependant ceux-ci que les études, même si elles sont à distance, demeurent la priorité.
Certains employeurs et adolescents pourraient être tentés d’augmenter les heures de travail de ces derniers tandis que les écoles secondaires sont en fermeture prolongée. Le Projet PRÉE et le CET Estrie préviennent cependant ceux-ci que les études, même si elles sont à distance, demeurent la priorité.

Études secondaires à distance : rappel à l’ordre des élèves et des employeurs

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
La Tribune
Aussi tentant que peut représenter une augmentation des heures de travail pendant que les écoles secondaires demeurent fermées, le Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (Projet PRÉE) et Conciliation études-travail Estrie (CET Estrie) souhaitent rappeler aux élèves et aux employeurs que les études demeurent la priorité en cette période particulière.

Les organismes préviennent également que les conditions actuelles ont accru les risques de décrochage scolaire. La perte d’intérêt qui pourrait être encourue par les apprentissages à distance est susceptible de pousser certains élèves à occuper un emploi à temps plein cet automne plutôt que de poursuivre leurs études, affirme-t-on dans un communiqué.  

« Plus que jamais, nos adolescents ont besoin des adultes significatifs autour d’eux pour les encourager dans la poursuite de leurs apprentissages, avance Josiane Bergeron, coordonnatrice du Projet PRÉE. Il est de notre responsabilité collective de les soutenir et de les encourager à poursuivre leurs études et à atteindre leurs rêves. Il y aura un après pandémie, et dans cet après, nous aurons besoin de jeunes diplômés, qualifiés et passionnés. »

On rappelle également que le ministre de l’Éducation, François Roberge, a précisé que les élèves doivent poursuivre leurs apprentissages à distance d’ici la fin de l’année scolaire. 

« Ces apprentissages sont importants. D’une part, les élèves qui étaient en échec jusqu’à maintenant ont la chance de se reprendre et de passer au niveau suivant cet automne, et d’autre part, les élèves consolideront leurs apprentissages et acquerront des apprentissages essentiels les préparant au niveau supérieur d’ici la fin de l’année scolaire », fait valoir le communiqué. 

Une capsule vidéo pour sensibiliser

Afin de bien ancrer son message auprès des élèves, les organismes ont lancé une capsule vidéo humoristique qui rappelle aux jeunes de ne pas se laisser atteindre par les différentes distractions qui les entourent, alors qu’ils doivent terminer leur année scolaire. On invite les parents et les différents partenaires de l’Estrie à faire tourner cette vidéo sur les réseaux sociaux. 

À GO, on lit! en Estrie

La poursuite des apprentissages n’est pas le seul cheval de bataille du projet PRÉE en cette période de crise. Depuis le début du mois de mai, celui-ci agit comme propulseur de la campagne spéciale d’« À GO, on lit! » dans la région. Ce mouvement, qui a été implanté dans les Laurentides en 2018, s’est répandu dans toutes les régions du Québec à l’occasion du confinement afin de donner le goût à la lecture aux jeunes de 14 à 20 ans. 

Des ambassadeurs influents auprès de la jeunesse tels que Rachid Badouri, Yannick De Martino et Kevin Raphaël partageront par le biais d’une campagne numérique la relation qu’ils entretiennent avec la lecture.

Les jeunes sont également invités à participer à un questionnaire interactif pour connaître leur profil de lecteur parmi « Boho-Romantico, Échevelé, Surnaturel, Mains-moites et Fouineur ».

Ils se verront ensuite proposer des œuvres littéraires qui leur correspondent. 

« Nous sommes convaincus que cette approche permettra à plusieurs jeunes de redécouvrir la lecture et de développer voire approfondir leur goût de lire, soutient Josiane Bergeron, coordonnatrice du Projet PRÉE dans un communiqué. En plus d’être une condition à sa diplomation, la lecture est l’un des meilleurs outils pour appréhender le monde et devenir un citoyen à part entière. La lecture est un outil qui servira à nos jeunes tout au long de leur vie. »

Martial Gaudreau, coprésident de la Table estrienne de concertation interordres en éducation (TECIÉ) et du Projet PRÉE, craint d’ailleurs que la fermeture prolongée des écoles secondaires ait un effet néfaste sur les acquis de lecture des élèves. Durant le confinement, il craint une situation semblable à la « glissade d’été », soit une phénomène habituellement engendré par les vacances d’été qui cause un recul dans les acquis correspondant à environ un mois d’enseignement.   

« Cela pourrait contribuer à creuser davantage les fossés entre les élèves lors de leur retour éventuel en classe. D’un autre côté, nous savons que les jeunes qui participent à des activités de lecture régulières maintiennent ou améliorent leurs acquis en lecture, peu importe leur âge, leur sexe ou leur statut socio-économique », renchérit-il. 

La campagne spéciale se déroulera jusqu’au 15 juillet prochain.