Étienne Lavoie
Étienne Lavoie

Étienne Lavoie renonce à être remis en liberté... pour le moment

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Étienne Lavoie a renoncé, lundi, à sa volonté de demander une remise en liberté, à tout le moins jusqu’à ce que son procès soit fixé.

L’ancien psychologue sherbrookois, accusé de divers crimes de nature sexuelle, se présentera devant la Cour supérieure le 5 janvier pour fixer son procès devant juge et jury au palais de justice de Sherbrooke.

Étienne Lavoie est détenu depuis son arrestation en février 2019.

À la mi-mars 2019, le Tribunal avait déterminé que Lavoie devait rester détenu pour la durée des procédures judiciaires.

Il avait réclamé une révision de sa détention l’automne dernier après 90 jours de détention en vertu de l’arrêt Myers, mais devant le Tribunal, lundi, il y a renoncé.

L’homme de 48 ans de Sainte-Catherine-de-Hatley est accusé de proxénétisme, d’agressions sexuelles, d’agression sexuelle armée, de trafic de stupéfiants, d’avoir obtenu des avantages matériels provenant de services sexuels, d’avoir fait de la publicité de services sexuels, de distribution d’images intimes sans consentement, de menaces de mort et de voies de fait sur six victimes.

Une ordonnance de non-publication empêche de divulguer le contenu des témoignages des victimes lors de l’enquête préliminaire.

Étienne Lavoie a été arrêté pour 14 accusations liées au proxénétisme et à des délits sexuels concernant trois victimes alléguées à l’hiver 2019. Treize autres accusations ont été déposées en mai de la même année. En novembre 2019, une sixième plaignante s’est ajoutée au dossier.

Il a été cité à son procès relativement à toutes les accusations portées contre lui.

C’est Me Laïla Belgharras qui représente le ministère public dans cette affaire, alors que Me Jasmin Laperle défend l’accusé.