L’agrandissement et la modernisation de l’usine de filtration de Windsor a commandé des investissements de 12,3 millions $.
L’agrandissement et la modernisation de l’usine de filtration de Windsor a commandé des investissements de 12,3 millions $.

Windsor inaugure son usine de filtration Marcel-Bédard

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
La Ville de Windsor a inauguré jeudi sa nouvelle usine de filtration d’eau potable. L’infrastructure agrandie et modernisée au coût de 12,3 millions $ portera le nom de Marcel Bédard, un technicien en traitement de l’eau qui y a œuvré pendant 37 ans jusqu’en 2010.

Les travaux de mise aux normes des installations d’eau potable étaient attendus depuis plusieurs années.

L’usine est aujourd’hui devenue la plus importante infrastructure municipale de Windsor, précise-t-on. Elle est équipée d’un procédé qui permettra d’abandonner le chlore au printemps prochain pour faire place au mode de désinfection à la monochloramine.

« Les citoyens de la Ville de Windsor sont maintenant dotés d’une usine de filtration complètement revue qui permet de respecter les plus hautes normes en matière d’eau potable. Nous sommes très fiers de ce projet de longue haleine qui était prioritaire pour nous », a déclaré la mairesse Sylvie Bureau par voie de communiqué.

Entamée en janvier 2019, la modernisation comprend une nouvelle prise d’eau dans la rivière Watopeka, un nouveau poste d’eau brute, des bassins de contact pour améliorer le prétraitement et un changement de mode de désinfection aux rayons ultraviolets et à la monochloramine. 

Ces réalisations ont été possibles grâce à une aide financière de 7,5 M$ accordée dans le cadre du programme PRIMEAU du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec (MAMH) et à une contribution de 1 M$ provenant du programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec 2014-2018 (TECQ).

Le mode de désinfection à la monochloramine, qui sera opérationnel à compter du printemps prochain, est très populaire aux États-Unis et au Canada, précise la Ville. Il s’agit d’un désinfectant secondaire considéré comme étant l’un des meilleurs et des plus efficaces pour le maintien de la désinfection de l’eau potable dans le réseau d’aqueduc. 

L’eau monochloraminée peut être consommée sans danger et nettoie du même coup le réseau d’aqueduc. Cependant, les patients soumis à la dialyse et les propriétaires de poissons, de reptiles aquatiques et d’amphibiens doivent prendre certaines précautions, indique-t-on.

Une eau 3 étoiles

Soulignons par ailleurs que la Ville adhère depuis 2015 au Programme d’excellence en eau potable du Réseau environnement, ce qui l’engage à respecter des normes deux fois plus sévères que le Règlement québécois sur la qualité de l’eau potable. Au début du mois, elle a d’ailleurs obtenu 3 étoiles pour la qualité de son eau produite en 2019, lors du 43e Symposium eau du Réseau Environnement en partenariat avec le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

La Ville de Windsor a donné le nom de Marcel Bédard à sa nouvelle usine de filtration. L’homme y a œuvré pendant 37 ans comme technicien en traitement de l’eau, de 1973 à 2010. « Je me sens privilégiée d’avoir fait partie de l’équipe aussi longtemps. C’était un emploi que j’aimais, et je suis très touché d’avoir été nommé par mes collègues. C’est une très belle reconnaissance! » a témoigné M. Bédard.