Voie de contournement: les maires acceptent par «solidarité»

Dans «un esprit de solidarité», les maires de la MRC du Granit ont accepté la voie de contournement telle proposée par le fédéral et le provincial le printemps dernier.

Les membres du conseil des maires de la MRC disent continuer à supporter les municipalités de Frontenac et Nantes dans leur demande de modification du tracé qui avait été refusé récemment par les gouvernements d’Ottawa et de Québec.
La décision a été prise à l’issue d’une séance spéciale s’étant déroulée mercredi en soirée.
On a adopté unanimement une résolution demandant aux gouvernements de minimiser les impacts de leur décision en offrant aux municipalités et aux citoyens touchés par le tracé de la voie de contournement ferroviaire, un soutien et une attention toute particulière, note la préfète Marielle Fecteau.
« Malgré tous les efforts, nous avons dû nous rendre à l’évidence que le tracé ne serait pas modifié. Il faut alors travailler ce sur quoi il est possible pour la MRC d’intervenir: prioriser ses citoyens, ses municipalités et son plein développement », souligne la préfète.
« Nous sommes conscients du caractère exceptionnel de la décision que les gouvernements ont dû prendre puisqu’il s’agit d’une situation exceptionnelle. Nous souhaitons et leur demandons alors qu’un accompagnement et des indemnisations pour les municipalités et les citoyens touchés par le tracé le soient tout autant », a déclaré la préfet de la MRC du Granit.
La préfète Marielle Fecteau, qui animait cette réunion spéciale, a dû se montrer ferme et autoritaire à plusieurs reprises pour prévenir les débordements du public. Au cours des deux périodes de questions, des citoyens de Nantes, de Lac-Mégantic et de Frontenac ne se sont pas gênés pour faire sentir leur mécontentement au sujet de la tiédeur de la prise de position de la MRC pour les défendre face aux ministères des Transports des deux gouvernements.
Mme Fecteau a même dû avertir les participants en déclarant : «S’il y en a qui veulent déranger ici ce soir, je les invite à quitter immédiatement la salle.»
Cela a visiblement irrité les nombreux participants présents dans la salle Bestar du Centre sportif Mégantic remplie à pleine capacité.
La résolution adoptée reprend des éléments de l’historique des demandes et résolutions précédentes de la MRC concernant la voie de contournement et les accommodements de Nantes et Frontenac proposés pour limiter les impacts du tracé sur la vie quotidienne des citoyens, de même que la déception du refus exprimé par les deux gouvernements.
Elle propose également que les citoyens impactés soient équitablement indemnisés, que les trois municipalités concernées reçoivent de l’accompagnement et une expertise gouvernementale en matière de développement de territoire. Elle demande qu’elles soient compensées pour la perte de terrains, que les gouvernements continuent de travailler sur l’augmentation de la sécurité ferroviaire, sur l’application rigoureuse de la réglementation et l’entretien de la voie ferrée. Ottawa et Québec  doivent demeurer à l’écoute des besoins de la région pour améliorer la sécurité du réseau du territoire de la MRC du Granit, ajoute-t-on.
Les 19 maires et la préfète avaient préparé fébrilement, à huis clos, cette séance extraordinaire qui s’est ouverte au public vers 20h environ. Elle comprenait deux périodes de questions et un seul item à l’ordre du jour, soit la présentation et l’adoption de cette résolution sur la voie de contournement.
Les questions des citoyens ont porté principalement sur les compensations qu’ils pourraient recevoir pour la perte de leurs terrains et de leur tranquillité, à cause de la proximité de la voie ferrée. Ils craignent aussi voir leur sécurité diminuer. Les résidants de Nantes acceptent mal que la voie de contournement ne puisse passer au nord de la voie de contournement routière et épargner ainsi des terrains destinés à des développements domiciliaires, entre autres, de même que son passage à proximité d’une cabane à sucre populaire, sise sur le 10e rang de Lac-Mégantic.
Des citoyens ont bruyamment fait voir leur mécontentement. Ils doutent de la capacité de la MRC à les défendre face aux deux gouvernements qui refusent les accommodements proposés pour minimiser les impacts de la voie de contournement sur des territoires de Nantes et de Frontenac. La quiétude d’une quarantaine de propriétaires, selon la MRC, et 82 selon les citoyens, sera troublée.
À la sortie de la séance extraordinaire, les citoyens ont eu la surprise de se rendre compte de la présence de trois policiers de la Sûreté du Québec, dans l’antichambre de la salle Bestar, ce qui est très peu courant pour des réunions se tenant à Lac-Mégantic.