Le maire Jean-Guy Cloutier a bien l'intention d'obtenir une voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic.

Voie de contournement: le maire de Lac-Mégantic s'impatiente

Le maire de Lac-Mégantic a obtenu une rencontre avec le premier ministre du Québec Philippe Couillard, d'ici la fin mars, dans ses efforts pour accélérer la construction d'une voie de contournement ferroviaire dans sa ville.
« Je vais lui dire ce que j'ai dit à M. [Justin] Trudeau le 18 janvier. Je pense que je vais avoir la même écoute avec M. Couillard », exprime Jean-Guy Cloutier en entrevue avec La Tribune.
« J'aimerais pouvoir livrer quelque chose à la population après cette rencontre. »
Exaspéré par la longueur du processus d'étude de faisabilité de cette voie de contournement, le maire Cloutier, élu huit mois après l'octroi du contrat précise-t-il, s'est lancé dans une bataille pour gagner deux ou trois années sur la mise en chantier de l'ouvrage de près de 12 kilomètres, dont les coûts ont été estimés à 115 millions $.
« Ça n'a pas de bon sens que ça aille en 2022 avant qu'on ait un morceau de voie de contournement, martèle-t-il. Il faut que ça se fasse plus rapidement pour que les gens reviennent en bonne santé à Lac-Mégantic. »
Le 18 janvier dernier, le politicien est sorti encouragé d'une rencontre privée avec le premier ministre du Canada Justin Trudeau à Sherbrooke. Un scénario préparé par la Ville de Lac-Mégantic pour accélérer l'étude de faisabilité semble avoir obtenu une oreille attentive du premier ministre, après avoir obtenu un accueil favorable du ministre des Transports Marc Garneau, si l'on en croit M. Cloutier.
« Je ne peux pas donner de détails, mais j'ai la permission d'en discuter avec le gouvernement provincial. Ce sont les deux paliers de gouvernement qui vont pouvoir nous dire, par la suite, comment on va gagner du temps », relate la maire.
« Je me bats fort pour que ça aille plus vite. Je ne veux pas me faire dire qu'on va gagner juste deux mois », prévient-il.
Selon l'échéancier de l'étude de faisabilité octroyée à AECOM en mars 2015, l'avant-projet préliminaire de voie de contournement doit être présenté aux citoyens en mai 2017. Suivront l'étude d'avant-projet définitif en 2018, les plans et devis en 2019-2020 et la construction sur deux saisons en 2021 et 2022.
Comme maître d'oeuvre de l'étude de près d'un million $ financée à parts égales par Québec et Ottawa, la Ville de Lac-Mégantic convient que le chantier progresse selon l'échéancier prévu au contrat.
Le maire Cloutier espère maintenant que le dossier sera assez avancé, en mai, pour retourner devant les citoyens avec un projet « clair », même s'il ajoute que cette présentation évoquée devant les citoyens l'an dernier pourrait aussi avoir lieu en septembre.
« Si c'est ça, on va l'expliquer à la population », assure-t-il, en se disant bien conscient des attentes des Méganticois qui, presque quatre ans après la tragédie, voient quotidiennement des trains de matières dangereuses traverser leur centre-ville en reconstruction.
Entre autres considérations qui expliquent toute la complexité du dossier, rappelons que le projet implique les deux paliers de gouvernement et la compagnie ferroviaire Central Maine and Quebec Railway, et qu'il devra prendre en compte les études d'impact sur l'environnement, les consultations publiques, la protection du territoire agricole et forestier ainsi que les municipalités voisines de Nantes et de Frontenac.
Le maire Cloutier refuse toutefois de se laisser décourager par l'ampleur de la tâche.
« J'y crois à la voie de contournement, insiste-t-il, et je vais me battre tant qu'on ne l'aura pas. »