Le gouvernement fédéral doit acquérir 82 propriétés sur le tracé de la voie de contournement, principalement des parcelles de lot.

Voie de contournement : place à la négociation avec les propriétaires

Les travaux d’arpentage réalisés au cours de l’automne sont terminés en ce qui concerne la voie de contournement de Lac-Mégantic. Les autorités se lancent donc dans la prochaine phase soit celle de négocier avec les propriétaires. La voie de contournement devrait être complétée en 2022, soit neuf ans après la tragédie.

« Maintenant qu’on est confortable avec le tracé, on arrive dans la prochaine phase où on va négocier avec les propriétaires sur un prix pour vendre leur terrain, souligne Marc Garneau, ministre fédéral des Transports. C’est là qu’on est. Lorsque ce sera complété, on va entrer dans les détails avec les plans et devis et ensuite la construction commence. »

Il y a 82 propriétés à acquérir, principalement des parcelles de lot. Quarante-quatre propriétaires sont concernés, soit 6 à Nantes, 26 à Lac-Mégantic et 12 à Frontenac. L’enveloppe pour les indemnisations s’élève à 1,9 M$.

Le ministre Garneau est au courant que la grogne persiste chez certains citoyens. La Municipalité de Nantes a même adopté une résolution officielle indiquant qu’elle refuse le trajet choisi par le gouvernement du Canada et qu’elle demande le déplacement du trajet plus au nord.

Coûts trop élevés

Le déplacement du trajet engendrerait toutefois des coûts trop élevés selon le gouvernement fédéral.

« Le gouvernement du Canada et celui du Québec se sont accordés pour faire un investissement de 133 millions $, indique M. Garneau. Nous avions dit au début que s’il y avait des changements qui pouvaient se faire sans augmenter sensiblement le coût, on pourrait les examiner. »

Le ministre Garneau donne l’exemple de la gare de triage ferroviaire qui pourrait être déplacé de Nantes à Lac-Mégantic. Cette proposition est présentement à l’étude.

Une pétition a été lancée le 14 janvier en ligne pour demander « une commission d’enquête publique sur les vraies causes sur la tragédie de Mégantic ». Pas moins de 181 personnes ont signé la pétition jusqu’à maintenant. Marc Garneau estime toutefois que la lumière a été faite sur les événements du 6 juillet 2013.

« Nous avons examiné de fond en comble ce qui s’est produit ce soir-là, résume-t-il. C’est très bien documenté du point de vue technique ou des ressources humaines. Tous les faits sont là. Il y a eu des procès, il y a eu des amendes qui ont été payées. Ç’a été examiné à 100 % et, de notre point de vue, il n’est pas nécessaire de faire une enquête. Je pense que les gens veulent aller de l’avant maintenant et mettre ça dans le passé. C’est un événement tragique, mais qui, je crois, a provoqué beaucoup de changements. »