Les gouvernements auront bientôt tout dans les mains pour donner le feu vert à la voie de contournement à Lac-Mégantic.

Voie de contournement : la phase « go no-go » pourra débuter

La balle sera bientôt dans le camp des gouvernements en ce qui concerne le dossier de la future voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic.

D’ici la fin du mois, la Ville de Lac-Mégantic sera en mesure de remettre tous les documents nécessaires à une prise de décision de la part des paliers des gouvernements provincial et fédéral pour sa construction, soit l’étude d’opportunités, l’étude d’avant-projet préliminaire, le modèle d’affaires et l’étude des variantes.

Lire aussi: Sécurité ferrovière : la Coalition reste très inquiète

Dès le 1er avril, la phase « go no-go » pourra débuter, ajoute la mairesse Julie Morin.

Les gouvernements donneront alors le feu vert ou ne poursuivront pas le projet.  

En regard du travail accompli au cours des derniers mois, Mme Morin assure que le dossier de la voie de contournement a bien avancé.

« Nous savons que les gouvernements négocient pour qu’une annonce soit faite avant le 6 juillet 2018. Actuellement, je suis optimiste, car tout le monde travaille ensemble et dans le même sens », explique-t-elle dans un communiqué de presse.

Dès le 5 novembre 2017, le nouveau conseil municipal a entamé des discussions avec les maires de Nantes et Frontenac afin d’établir un dialogue pour la réalisation de la voie de contournement. Ces discussions ont mené à la demande d’une étude supplémentaire pour analyser trois variantes au tracé suggéré.

« Il y a deux semaines, le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire nous a donné son aval pour l’étude de deux variantes demandées par Nantes et Frontenac. La firme AECOM analyse actuellement la variante de Nantes de passer au nord de la voie de contournement routière et celle de Frontenac de passer sur le trait-carré des terres, » ajoute la mairesse.

Visite de Garneau

C’est en grande partie en raison de ce travail que le deuxième rapport de l’étude de faisabilité n’a pas encore été rendu public.   « C’est ensemble, avec les maires de Frontenac et de Nantes, que nous avons pris la décision d’attendre le résultat de l’étude de ces variantes avant de rendre la dernière étude publique », ajoute Julie Morin.

« Nous avons fait ce choix pour ne pas apeurer certains citoyens qui pourraient, au final, ne pas être concernés par l’un des tracés. Nous rendrons publique l’étude et nous transmettrons l’information lorsque l’étude des variantes sera achevée. »
Un autre document important à la prise de décision dans ce dossier est le modèle d’affaires.     

« Nous avons reçu le rapport final la semaine dernière. Les discussions sont en cours entre les différents paliers de gouvernement et la compagnie ferroviaire, à savoir qui serait propriétaire, qui serait le responsable de l’entretien, qui serait le gestionnaire de la construction, etc. », a expliqué Mme Morin.  

La mairesse se dit heureuse d’apprendre la présence à Lac-Mégantic du ministre des Transports du Canada, Marc Garneau. Il sera présent le 23 mars, lors du colloque sur la sécurité ferroviaire organisé par la Fédération québécoise des municipalités.

La mairesse ainsi que les maires de Frontenac et de Nantes auront l’occasion de discuter avec lui. « Comme chaque fois que je lui parle, je lui mentionnerai les préoccupations des Méganticoises et Méganticois. Pour moi, l’absence d’une annonce dans le budget fédéral de sommes dédiées à la voie de contournement ne représente pas un pas en arrière. À partir du moment où le ministre Garneau a annoncé que le gouvernement fédéral investirait des sommes substantielles dans le projet, c’est que ces sommes ont été réservées. Je n’avais pas d’attente à ce niveau, » affirme Mme Morin.  

« Je profiterai de ce moment pour lui rappeler l’importance d’une annonce avant le 6 juillet 2018 », termine la mairesse.