Plus de 120 personnes ont envahi la salle du conseil municipal de Potton lundi soir. Les élus locaux ont adopté une nouvelle réglementation autorisant la circulation en VHR sur les chemins municipaux.

VHR à Potton : plusieurs citoyens appuient le conseil

Les citoyens ont participé nombreux à l’assemblée publique du conseil municipal de Potton lundi soir, lors de laquelle une nouvelle réglementation concernant les véhicules hors route (VHR) a été adoptée. Plus de 150 personnes étaient présentes à l’hôtel de ville, mais quelques dizaines n’ont pas pu entrer dans la salle du conseil faute de place.

Il a fallu attendre de longues minutes, au début de l’assemblée, avant que la rencontre publique puisse véritablement prendre son envol. Des gens bloqués à l’extérieur de la salle du conseil ont fait entendre leur mécontentement après avoir appris qu’ils ne pourraient pas entrer à l’intérieur. Toutefois, un compromis qui devait permettre à tous d’être entendus a finalement permis de calmer les esprits.

À lire aussi: Arrivée des véhicules hors route sur les chemins de Potton : l’opposition s’organise

De toute évidence, on comptait plusieurs dizaines d’amateurs de VHR dans la salle du conseil. Ils ont posé très peu de questions, mais ils ont applaudi généreusement après des interventions d’élus favorables à leur cause.

Tel que prévu, le conseil municipal a adopté une résolution qui vise à autoriser les citoyens de Potton à rouler sur les chemins municipaux avec leur VHR, à condition cependant de posséder une vignette qui sera délivrée uniquement aux résidents locaux par le Canton de Potton.

Pas pour les touristes

D’entrée de jeu, le conseiller municipal Bruno Côté a affirmé que le nouveau règlement de la municipalité n’a pas pour objectif de favoriser la venue de touristes à Potton, une idée qui paraissait pourtant évoquée dans la résolution de départ.

Visiblement inquiète, une citoyenne a par contre demandé aux élus si le nouveau règlement ne risquait pas de rendre le canton de Potton moins attrayant pour les amateurs de plein air, souvent à la recherche de lieux paisibles. M. Côté a tenté de se faire rassurant en expliquant que la municipalité ne deviendra pas soudainement un lieu où règnera le bruit, la poussière et la pollution.

Le citoyen Marcel Baillargeon a pour sa part rappelé qu’un référendum, organisé il y a quelques années, avait forcé le Canton de Potton à rejeter un projet de règlement qui devait autoriser l’organisation d’événements de sport motorisé dans une zone précise de la municipalité.

« Ça me surprend qu’on dise que tout le monde est d’accord avec la réglementation que vous adoptez aujourd’hui (lundi). D’ailleurs, votre projet maintenant a une plus large portée que celui de l’époque. C’est quoi la logique démocratique derrière ce que vous faites? » a lancé M. Baillargeon.

Maire de Potton, Jacques Marcoux a lui-même répondu au citoyen. « Je sens que bon nombre de personnes sont pour la légalisation des VHR sur nos routes municipales. Je ne crois pas que le conseil soit dans l’erreur », a-t-il déclaré.

Si les élus se sont montrés relativement inflexibles lundi, le maire de Potton a laissé entendre que sa municipalité consentira des efforts afin de s’assurer que la nouvelle réglementation n’entraînera pas une problématique de bruit.

« La conduite de VHR sur les chemins municipaux sera un privilège qui sera donné aux citoyens de chez nous. Une personne qui ne serait pas respectueuse des règles pourrait faire perdre ce privilège à l’ensemble alors on pense que les gens vont se discipliner et s’influencer dans le bon sens », a soutenu le conseiller Michael Laplume.