Les dépenses ont été nombreuses cet hiver dans les hôpitaux de la région. Par exemple, le CIUSSS a dû avoir avoir recours à 428 heures supplémentaires obligatoires (TSO) entre le 15 février et le 15 mars dans ses deux hôpitaux de Sherbrooke, comparativement à 202 en 2016.

Vers un déficit de 20 à 25 M$ au CIUSSS

L’année financière du CIUSSS de l’Estrie-CHUS s’est terminée le 31 mars. Impossible toutefois de savoir si le déficit sera toujours celui qui est projeté depuis plusieurs mois par la direction — entre 20 et 25 millions $, ou s’il s’est considérablement creusé alors que les hôpitaux ont été débordés pendant tout l’hiver.

« Nous sommes toujours en attente de confirmation de certains de nos revenus. Pour le moment, nous projetons toujours un déficit de l’ordre de 20 à 23 millions $ », a soutenu Olivier Girard du service des communications du CIUSSS de l’Estrie-CHUS en marge du conseil d’administration qui se tenait cette semaine.

Les dépenses ont pourtant été nombreuses cet hiver. Par exemple, le CIUSSS a dû avoir avoir recours à 428 heures supplémentaires obligatoires (TSO) entre le 15 février et le 15 mars dans ses deux hôpitaux de Sherbrooke, comparativement à 202 en 2016.

Toutes ces heures supplémentaires ont un impact sur la santé humaine et financière de l’institution de 17 000 employés.

« Le TSO a un impact budgétaire et un impact sur notre taux d’absentéisme. Quand on fait travailler des gens en temps supplémentaire ou en TSO, on n’est pas assurés qu’ils vont rentrer au travail le lendemain. Notre objectif n’est vraiment pas de maintenir ça, au contraire », a soutenu Stéphane Tremblay, directeur général adjoint au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Le CIUSSS compte sur l’ajout de personnel au cours des prochains mois pour diminuer le recours au TSO et diminuer la pression sur son personnel.

Pour boucler son budget, le CIUSSS de l’Estrie doit aussi avoir la confirmation de certains de ses revenus. En effet, certains services, notamment les activités en lien avec le soutien à domicile (SAD), doivent être remboursés à l’activité par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour une première année. En résumé, si le CIUSSS n’a pas atteint ses cibles de performance, il n’est pas certain d’être remboursé des services qu’il a quand même offerts — et le déficit pourrait alors se creuser. D’autres activités étaient aussi visées par le financement à la performance.