Louis Villeneuve

Vente du CMQR au CP: «Bonne nouvelle, notre interlocuteur va être canadien!»

L’Alliance du corridor ferroviaire Estrie-Montérégie (ACFEM) réagit avec optimisme à l’achat de la Central Maine and Québec Railway (CMQR) par le Canadien pacifique (CP).

«C’est une très bonne nouvelle! Notre interlocuteur va être canadien. C’est une entreprise qui a une grande expertise. En plus, elle est connue du gouvernement fédéral», lance le président de l’ACFEM, Louis Villeneuve.

À LIRE AUSSI: Le CP acquiert le tronçon de la CMQR

Plusieurs membres de l’ACFEM, qui regroupe des municipalités de la région, étaient réunis à Magog jeudi. La rencontre en sol magogois a été brièvement interrompue pour permettre la tenue d’un point de presse en matinée.

Jeudi matin, Louis Villeneuve n’avait pas encore pu s’entretenir avec un représentant du CP. Il souhaitait évidemment avoir l’opportunité de discuter avec un porte-parole de l’entreprise à court terme.

Quoi qu’il en soit, M. Villeneuve s’attend à ce le CP investisse de l’argent pour améliorer l’état général du chemin de fer Central Maine and Quebec, lequel est mal entretenu de l’avis de plusieurs.

«Je crois que oui il y aura plus d’investissements ces prochaines années. Je ne pense pas que le CP achèterait cette entreprise pour la laisser comme elle est présentement. Ils ont sûrement étudié le dossier et se sont dit que ce serait bon pour eux. Ils voudront que ça fonctionne. La mise à niveau nécessaire se fera», dit-il.

Dans la foulée, il rappelle qu’un projet de relance du tronçon de la CMQR a déjà été élaboré. «Il coûterait 300 millions $. Ça inclut la réfection des rails, le train de passagers, les zones de transbordement et les gares de triage. Chacune des municipalités a nommé des défis en terme de sécurité ou d’aménagement pour accentuer le développement économique et le transport de personnes.»

Louis Villevenuve ne s’attend toutefois pas à ce qu’un investissement de 300 M $ soit annoncé à brève échéance. «Ce serait un peu rapide de dire que ça va commencer demain matin», admet-il sans difficulté.

La sécurité

Si les municipalités riveraines du chemin de fer espèrent des investissements, il demeure que l’ACFEM désire principalement que le fameux tronçon ferroviaire soit sécuritaire. «On est ici pour la sécurité d’abord et avant tout, et ce, pour l’ensemble du tronçon. On parlera du reste ensuite», déclare celui qui est également maire de Bromont.

À ce sujet, le président de l’ACFEM soutient que le déraillement survenu à Bolton-Ouest, samedi dernier, a envoyé un «message» à de nombreuses personnes, dont des intervenants gouvernementaux.

«Je pense que ce qui est arrivé à Bolton-Ouest, c’est un message clair et tout le monde l’a compris, lance M. Villeneuve. Même le gouvernement a saisi, je crois. Ça aurait pu être très grave. Mais je crois qu’on s’en va vers des jours meilleurs. Le CP a des moyens plus importants que la CMQR et c'est un véritable spécialiste du secteur ferroviaire.»

Maire de Sherbrooke, Steve Lussier a pour sa part indiqué qu’il accueillait favorablement l’achat du tronçon de la CMQR par le CP. Il a notamment fait valoir que cette compagnie possède «une équipe technique adéquate».

M. Lussier s’est aussi montré satisfait que Marc Garneau demeure ministre des Transports du Canada. «C’est un dossier qu’il connaît très bien et ça aussi c’est une bonne nouvelle. On aura probablement un meilleur cheminement ainsi», a-t-il fait valoir.

Enfin, le maire de Farnham, Patrick Melchior, a plaidé en faveur d’une approche progressive en matière de sécurité sur le fameux tronçon. «Il faudra avancer par étape. Si on veut aller trop vite, on ne fera pas bien les choses», a-t-il soutenu, tout en soulignant que plus de 20 municipalités agissent solidairement dans ce dossier.