Le maire d’Ayer’s Cliff, Vincent Gérin, a annoncé que sa municipalité a octroyé 30 000 $ au Centre de santé de la vallée Massawippi, représenté ici par son président, Richard Violette.

Vallée Massawippi : appel pour l’ajout d’un médecin

Le Centre de santé de la vallée Massawippi continue d’avoir des difficultés à recruter des médecins pour des raisons de nature technique. Ayant pignon sur rue à Ayer’s Cliff, l’organisme affirme avoir besoin d’un médecin de famille additionnel à temps plein pour assurer sa survie à long terme.

Président du Centre de santé de la vallée Massawippi, Richard Violette révèle que cette clinique de type coopérative a réussi à dénicher un médecin de famille qui serait intéressé à se joindre à son équipe. Mais les autorités de la santé n’auraient pas consenti à ce qu’il aille pratiquer à Ayer’s Cliff.

« On a des problèmes de recrutement, déplore M. Violette. Notre coopérative compte 1800 ou 1900 membres payants. Mais ça nous en prendrait entre 2500 et 2700 pour être vraiment viable. Il faudrait qu’on ait du renfort pour arriver à ça. »

Actuellement, deux médecins de famille travaillent au Centre de santé Massawippi. L’un a un horaire temps plein tandis que le second effectue l’équivalent d’une demi-tâche.

Richard Violette reconnaît que l’arrivée d’une infirmière praticienne spécialisée (IPS), au Centre de santé Massawippi, constituerait également une solution intéressante. Mais il admet que ce scénario risque peu de se produire considérant le faible nombre d’IPS œuvrant au Québec.

« On regarde aussi la possibilité d’avoir un médecin virtuel. C’est une chose qu’on voit beaucoup maintenant avec le développement des technologies », confie M. Violette.

Quoi qu’il en soit, la clinique a entrepris des travaux d’une valeur de 150 000 $ afin d’offrir des services mieux adaptés à sa clientèle et d’attirer plus facilement de nouveaux professionnels. Le gouvernement du Canada et la municipalité d’Ayer’s Cliff lui ont respectivement octroyé des montants de 50 000 $ et 30 000 $ pour réaliser les travaux planifiés.

« On a pour 100 000 $ de travaux déjà faits et on va continuer à rénover en fonction des montants qui seront disponibles pour ça », révèle Richard Violette.

Un atout

Maire d’Ayer’s Cliff, Vincent Gérin évoque avec fierté l’évolution du Centre de santé de la vallée Massawippi. « Cette coopérative est en voie de devenir une institution. On est fier de l’avoir chez nous et on veut qu’elle grandisse ici », déclare-t-il.

M. Gérin ajoute que le conseil municipal d’Ayer’s Cliff a octroyé 30 000 $ à la coopérative parce qu’il « doit prendre soin de sa population. C’est important qu’on s’implique financièrement auprès de cet organisme. »

Selon le maire de la petite municipalité, la présence de la clinique favorise par surcroît le développement économique du village, où on retrouve plusieurs commerces et entreprises manufacturières, et permet aux habitants des localités environnantes d’avoir plus facilement accès à des services souvent peu accessibles en milieu rural.